Actualité
Il y a 11 jours
Mission "Flash", retour sur l'audition de la FEHAP

La FEHAP, par la voix de son président, Antoine Dubout et de l’équipe médico-sociale, a été auditionnée par Madame Monique Iborra, députée de Haute Garonne (LREM) et les parlementaires présents de la Commission des Affaires Sociales à l’Assemblée nationale dans le cadre de la mission « Flash » centrée sur les étab[...]

FEHAP
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
E-santé
Il y a 11 heures
DSIH

Début juillet, une circulaire(1) venait préciser les dispositions à mettre en œuvre, dans le domaine du médico-social, pour sécuriser les SI.

Actualité
Il y a 1 jours
Ministère de la Santé

L'assistant familial exerce une profession définie et réglementée d'accueil permanent à son domicile, et dans sa famille, de mineurs ou de jeunes majeurs de 18 à 21 ans.
Cet accueil peut être organisé au titre de la protection de l'enfance ou d'une prise en charge médico-sociale ou thérapeutique.

L'assistant familial doit être titulaire d'un agrément délivré par le président du conseil départemental après vérification que ses conditions d'accueil garantissent la santé, la sécurité et l'épanouissement des mineurs accueillis.

En cas de circonstances imposant une séparation entre parents et enfant, le fondement de la profession d'assistant familial est de procurer à l'enfant ou à l'adolescent, confié par le service qui l'emploie, des conditions de vie lui permettant de poursuivre son développement physique, psychique, affectif et sa socialisation.

Son rôle

  • assurer une permanence relationnelle, attention, soins et responsabilité éducative au quotidien de l'enfant, de l'adolescent ou du jeune majeur selon ses besoins
  • favoriser l'intégration de l'enfant, de l'adolescent ou du jeune majeur dans la famille d'accueil en fonction de son âge et de ses besoins, de veiller à ce qu'il y trouve sa place ;
  • et, avec les autres membres de l'équipe technique pluri­disciplinaire du service d'accueil familial permanent (travailleur social référent, psychologue, psychiatre, chef de service…) et les autres membres de la famille d'accueil : -* aider l'enfant, l'adolescent ou le jeune majeur à grandir, à trouver ou retrouver un équilibre et à aller vers l'autonomie -* accompagner l'enfant, ou le jeune majeur dans ses relations avec sa propre famille.| |

Lieu d'exercice

La majorité des assistants familiaux sont employés dans le cadre de !'Aide sociale à l'enfance par les conseils départementaux. Les autres secteurs d'intervention sont : les services de placement familiaux gérés par des établissements privés associatifs autorisés par les départements et habilités par la justice ; les services d'accueil familial spécialisé, l'accueil familial thérapeutique en services de psychiatrie infanto-juvénile.

Formation

Tout assistant familial doit, préalablement à l'accueil du premier enfant, suivre un[...]

Actualité
Il y a 4 jours
CNSA

Anne Burstin, inspectrice générale des affaires sociales (IGAS), a été nommée directrice de la CNSA sur proposition de la ministre des Solidarités et de la Santé et de la secrétaire d’État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées. Les textes qui organisent le fonctionnement de la Caisse prévoient que son directeur est nommé par décret pour trois ans. Anne Burstin succède à Geneviève Gueydan dont le mandat a pris fin le 31 juillet 2017.

Le parcours d’Anne Burstin

Ancienne élève de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École nationale d’administration, Anne Burstin est membre de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) depuis 1995.

Depuis cette date, elle a alterné les périodes au sein de l’inspection générale (évaluation de politiques publiques dans l’ensemble du champ des politiques de santé, du social et de l’emploi ; missions d’appui au cabinet ou à l’administration centrale ; coordination du rapport annuel 2012 de l’IGAS sur l’hôpital, contrôles d’organismes divers…) et les postes opérationnels de direction, au niveau régional d’abord, puis au sein d’opérateurs nationaux.

Elle a ainsi exercé les fonctions de directrice adjointe de la direction régionale des affaires sanitaires et sociales (DRASS) d’Aquitaine (2000-2003), pu[...]

Actualité
Il y a 4 jours
Unicancer
Titre court:
Contrats aidés - La Croix-Rouge française, la FEHAP, Nexem et UNICANCER exposent leurs propositions au Gouvernement
Le secteur médico-social et sanitaire a rencontré la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, pour demander le maintien du dispositif et y proposer des améliorations.

Dans la continuité de leur action commune engagée dès l’annonce de la remise en cause du dispositif des contrats aidés, la Croix-Rouge Française, la FEHAP, Nexem et UNICANCER ont été reçus par Agnès Buzyn, la Ministre de la Santé et des solidarités et la Secrétaire d’Etat aux Personnes Handicapés Sophie Cluzel, en présence du Haut-Commissaire à l’Economie sociale et solidaire Christophe ITIER et de Jean-Marc BORELLO, en charge d’une mission visant à ap

Synchronisation
Encart international:
Non

en lire plus

Actualité
La CNSA soutient les recherches en lien avec la maladie d’Alzheimer
Il y a 6 jours
CNSA

Depuis sa création, la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie soutient la recherche sur l’expérience de vie avec la maladie d’Alzheimer et les enjeux et outils pour son accompagnement. Solutions technologiques, cohortes, malades jeunes, approches non-médicamenteuses, actions en direction des aidants, les axes de recherche sont variés.

La recherche épidémiologique

La CNSA s’est associée aux principales cohortes de données sociales et épidémiologiques sur le vieillissement : PAQUID, 3Cités et AMI. Ces cohortes sont nécessaires pour estimer la prévalence et l’incidence de l’incapacité, estimer la durée de vie en incapacité et en dépendance, identifier des moyens permettant de prévenir ou de retarder l’entrée en dépendance… Elle a également financé des recherches qui utilisent ces données, comme une étude épidémiologique sur l’histoire naturelle de la maladie réalisée à partir des données de la cohorte Paquid.
Régulièrement, la Caisse finance des projets de recherche en sciences humaines et sociales sélectionnés lors des appels à recherche de l’IReSP ou de la Fondation plan Alzheimer.

Les malades Alzheimer jeunes

Environ 2 % des personnes atteintes de maladie d'Alzheimer ont moins de 65 ans. Elles ont besoin d’une approche diagnostique, d’une prise en charge médico-sociale et d’aides spécifiques. À Lille, le centre national de référence pour les malades Alzheimer jeunes conduit de nombreux travaux, dont l’étude Par MAAJ (Parcours Maladies Alzheimer et Apparentées Jeunes) que la CNSA subventionne. La Caisse a également décidé de financer une évaluation des maisons de Crolles, une résidence qui accueille des malades jeunes.

Le développement de robots sociaux

En participant à l’appel à projets TECSAN, la CNSA a soutenu le développement de solutions technologiques de surveillance ou de régulation des comportements des malades Alzheimer, telles que le projet MIRAS, un robot d’assistance à la déambulation, Robadom, un robot compagnon pour les personnes âgées ayant des troubles cognitifs légers, ou Homecare, un système de surveillance à domicile. D’autres technologies d’assistance pour les personnes âgées ont été commercialisées ces dernières années. Pour autant, tous les effets de ces robots sociaux en gériatrie n’ont pas toujours été évalués. C’est l’objet du projet Rosie (Robots sociaux et expérimentations en gériatrie) conduit actuellement par Gerond’If (Gérontôpole d’Ile de France) soutenu par la CNSA.
Sur toutes les aides techniques fondées sur les technologies innovantes, la CNSA a identifié et soutient un centre d’expertise nationale : le CEN STIMCO dédié aux aides techniques visant la stimulation cognitive. Le CEN STIMCO est d’ailleurs partie prenante du projet Rosie.

Les approches non-médicamenteuses

La recherche sur la maladie l’Alzheimer investit également le champ des approches non médicamenteuses. La Caisse s’est associée à différents travaux comme :

  • la mélodie d’Alzheimer, un documentaire sur projet de recherche musicale appliqué à des personnes souffrant de troubles de la mémoire ;
  • STIMART, une application qui regroupe des jeux de stimulation de la mémoire et développe un protocole de repérage du déclin cognitif et fonctionnel chez les personnes âgées en institution ;
  • ou encore ETNA 3, un essai randomisé visant à évaluer les effets à long terme de trois stratégies thérapeutiques non médicamenteuses dans la maladie d’Alzheimer : la stimulation cognitive, la thérapie par réminiscence et un programme de prise en charge individuelle.

Le soutien aux aidants de malades Alzheimer

La CNSA finance différents types d’actions de soutien aux aidants de malades Alzheimer (formation, groupes de parole…). En s’associant à des recherches sur le sujet, elle entend élargir les modalités de soutien aux aidants. En 2011, elle a ainsi permis à France Alzheimer de modéliser son programme de soutien. Elle accompagne actuellement un projet d’auto-formation à distance mené par l’université de Lille 3 et participe [...]

Actualité
Il y a 8 jours
FHF

Après la Paris Healthcare Week 2017 qui a connu une fréquentation record, la FHF tiendra ses Universités d’été les 5 et 6 septembre prochains. Ce rendez-vous sera l’occasion de faire le point sur les perspectives d’avancées dans la mise en œuvre des propositions de la plateforme politique, de marquer les points de vigilance de la FHF quant aux enjeux d’actualité du secteur sanitaire et médico-social et porter les positions vi[...]