Actualité
Il y a 2 mois
Motivation et apathie : quelles molécules agissent dans notre cerveau ?

Accomplir un exploit sportif, exercer un métier à risque, ou encore se rendre au musée, tout est question de motivation. Comment la définit-on et quelles sont les molécules impliquées ? Mathias Pessiglione et Sébastien Bouret, co-responsables de l’équipe « Motivation, Cerveau et Comportement » à l’ICM répondent à ces questions.

Comment définit-on la motivation ?

La motivation est la fonction qui régule le comportement, que l’on pourrait résumer simplement par « qu’est-ce que je vais faire et avec quelle énergie ?» Afin de l’étudier scientifiquement, il est nécessaire de la définir rigoureusement grâce à des équations. Pour cela, nous nous basons sur la théorie de la décision, qui décrit la motivation comme la résultante d’une différence entre le coût d’une action et son bénéfice.
En d’autres termes, le degré de motivation correspond à la différence entre ce que va apporter une action et ce qu’elle va couter.
L’apathie, en revanche, est le contraire de la motivation. Lorsqu’un individu est apathique, il n’a envie de rien.

Quelles sont les différentes molécules qui jouent un rôle dans la motivation ?

Notre cerveau fabrique des molécules, les neuromodulateurs, directement impliquées dans la motivation. Ils agissent soit en augmentant le bénéfice, soit en diminuant le coût.

La première est la dopamine. Elle est bien connue car les neurones dopaminergiques, producteurs de dopamine, meurent dans la maladie de Parkinson, qui est une pathologie causant des troubles moteurs mais aussi une apathie. Le traitement de la maladie de Parkinson correspond à des médicaments pro-dopaminergiques, qui boostent la fabrication de dopamine, avec un effet positif sur les symptômes moteurs mais aussi sur l’apathie.

Dans notre équation, la dopamine joue sur le terme de bénéfice. Elle rend les sujets plus sensibles à la récompense, elle amplifie les perspectives de bénéfices ou la désirabilité des activités. Elle intervient dans un circuit appelé autrefois, « circuit de la récompense ». Un des effets de la cocaïne par exemple est d’augmenter la libération de dopamine, ce qui crée une forme d’excitabilité, les sujets deviennent surmotivés.

Un autre neurotransmetteur est la sérotonine, bien connue car les antidépresseurs sont des médicaments pro-sérotoninergiques, c’est à dire qu’ils empêchent la recapture de la sérotonine afin qu’elle soit disponible en plus grande quantité. Contrairement à la dopamine qui joue sur le terme de bénéfice, la sérotonine allège les coûts des actions. Avec la sérotonine, une action va paraitre moins coûteuse.

Enfin, le dernier neuromodulateur que l’on peut évoquer, qui est aussi le moins connu, c’est la[...]

ICM
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 30 minutes
Amazon medecine
Lyme les solutions naturelles
Judith Albertat
(28)

Acheter neuf : EUR 12,90
11 neuf & d'occasion à partir de EUR 8,90

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 57 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le parasite est fréquent dans les eaux du bassin du Mékong. Une fois ingéré, le ver peut vivre pendant des années dans le foie de l'individu, sans se faire remarquer.


Actualité
Il y a 1 heures
La documentation française

L’Observatoire de l’inclusion bancaire a été créé par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013. Il est présidé par le Gouverneur de la Banque de France et composé de représentants des pouvoirs publics, des établissements de crédit et des associations. Il est « chargé de collecter des informations sur l’accès aux services bancaires des personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels, sur l’usage que ces personnes en font et sur les initiatives des établissements de crédit en la matière ». L’Observatoire propose des indicateurs d’inclusion bancaire que doivent respecter les établissements de crédit et qui sont fixés par un arrêté [...]

Actualité
Il y a 1 heures
La documentation française

L’Observatoire de l’inclusion bancaire a été créé par la loi de séparation et de régulation des activités bancaires du 26 juillet 2013. Il est présidé par le Gouverneur de la Banque de France et composé de représentants des pouvoirs publics, des établissements de crédit et des associations. Il est « chargé de collecter des informations sur l’accès aux services bancaires des personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels, sur l’usage que ces personnes en font et sur les initiatives des établissements de crédit en la matière ». L’Observatoire propose des indicateurs d’inclusion bancaire que doivent respecter les établissements de crédit et qui sont fixés par un arrêté [...]

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Aux États-Unis, le don du sang est un business, il est rémunéré. France 2 a enquêté pour savoir si cette pratique est saine.


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une étudiante âgée de 19 ans est morte de la méningite à Paris, rapporte ce mercredi Le Parisien. La jeune fille, qui étudiait à l'Université américaine de Paris -où sont scolarisés un millier d'étudiants- dans le 7e arrondissement de la capitale, était tombée malade en février dernier. L'Agence régionale de santé (ARS) d'Île-de-France précise au quotidien que "l'entourage proche a reçu un traitement antibiotique et un[...]