Actualité
Il y a 7 jours
Neurologie - Le cannabis à la rescousse des épileptiques ?
Malgré ses effets psychotropes, le cannabis tend de plus en plus à être utilisé de façon spontanée par les patients épileptiques pour limiter la survenue de crises. Un usage paradoxal pris très au sérieux par la communauté scientifique qui atten[...]
Le généraliste
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Actualité
Il y a 7 heures
Pénurie de vaccins contre la polio
Le généraliste
Actualité
Il y a 19 heures
2795-LSG
Le généraliste
Actualité
Il y a 19 heures
Editorial - Deux voies
Le généraliste
Actualité
Actualité
Il y a 19 heures
Courrier des lecteurs - Effet nocebo...
Le généraliste
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 24 secondes
Santé Environnement

Glyphosate, pesticides perturbateurs endocriniens, dépendance aux pesticides, … autant de sujets très présents dans l'actualité qui préoccupent les citoyens mais qui peuvent aussi le laisser perplexe au regard de la complexité des enjeux. La consultation publique du Plan d'action national 2018-2024 (NAPAN) relatif à l'utilisation durable des pesticides n'échappe pas à cette complexité malgré la coordination entre Régions pour présenter un Plan national. Les 120 mesures qui le constituent, leur technicité et l'absence d'objectifs globaux peuvent freiner les citoyens les plus avertis. Les associations environnementales proposent aux citoyens une consultation « simplifiée » leur permettant d'exprimer leur avis sur ces mesures qui ont une incidence sur la santé des utilisateurs, des riverains, mais aussi sur la qualité de l'eau et sur la biodiversité.

Pour aider le citoyen à remettre un avis sur ce plan, les associations proposent un décryptage des points essentiels. Elles ont évalué l'ensemble des mesures proposées au regard d'enjeux prioritaires liés à la santé et l'environnement et proposent une série d'améliorations au projet de plan. Sur base de cette analyse, [...]

Actualité
Il y a 2 minutes
Santé Environnement
Ce 27 avril, le Ministre Borsus a annoncé son intention d'interdire la mise sur le marché des herbicides pour les usages par les particuliers, en ce compris les produits à base de glyphosate. Cette décision se base sur l' « application du principe de précaution » et sur le fait que des alternatives sont largement disponibles. IEW et N&P saluent cette décision, qui non seulement assure la cohérence entre les niveaux de pouvoirs (les trois Régions ayant décidé d'interdire les utilisations d'herbicides à base de glyphosate) mais envoie également un signal fort : les usages par les particuliers de pesticides appartiennent au passé !

Pour IEW et N&P, cette décision pourrait être élargie et s'appliquer non seulement aux herbicides, mais à l'ensemble des pesticides destinés aux usages par les particuliers puisque de nombreuses alternatives sont disponibles également pour ces applications. En outre, IEW et N&P appellent à une concrétisation rapide de cette interdiction, afin d'éviter que ne se prolonge la présence des produits à base de glyphosate dans les rayons des jardineries, alors que [...]

Presse médicale
Il y a 58 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 April 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): C. Vandererven, A.-P. Bellanger, J.-F. Faucher, P. Marguet
IntroductionTick bites, which may lead to Lyme disease, often prompt patients to consult their primary care physicians (PCPs). The aim of the present study was to assess how and how often PCPs in the Franche-Comté region of France manage tick bites.Material and methodsStandardized questionnaires were sent to a random sample of 400 PCPs in the Franche-Comté region, requesting their voluntary and anonymous participation. The questionnaires collected socio-demographic details and practice-related information about tick-bite prophylaxis, Lyme serology, and tick-borne encephalitis vaccination.ResultsThe crude response rate was 54.5% of the PCPs contacted. Tick-bite prophylaxis was prescribed as per current guidelines. However, Lyme serology seemed to be largely overprescribed for tick bites and in case of erythema migrans. A clear lack of knowledge about tick-borne encephalitis vaccination was also observed.DiscussionPCPs provide the first line of care for patients presenting with tick bites. This study showed that although PCPs of the Franche-Comté region manage tick bites as per current guidelines, they need further training on Lyme serology lim[...]

Presse médicale
Il y a 58 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 April 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): C. Vandererven, A.-P. Bellanger, J.-F. Faucher, P. Marguet
IntroductionTick bites, which may lead to Lyme disease, often prompt patients to consult their primary care physicians (PCPs). The aim of the present study was to assess how and how often PCPs in the Franche-Comté region of France manage tick bites.Material and methodsStandardized questionnaires were sent to a random sample of 400 PCPs in the Franche-Comté region, requesting their voluntary and anonymous participation. The questionnaires collected socio-demographic details and practice-related information about tick-bite prophylaxis, Lyme serology, and tick-borne encephalitis vaccination.ResultsThe crude response rate was 54.5% of the PCPs contacted. Tick-bite prophylaxis was prescribed as per current guidelines. However, Lyme serology seemed to be largely overprescribed for tick bites and in case of erythema migrans. A clear lack of knowledge about tick-borne encephalitis vaccination was also observed.DiscussionPCPs provide the first line of care for patients presenting with tick bites. This study showed that although PCPs of the Franche-Comté region manage tick bites as per current guidelines, they need further training on Lyme serology lim[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement
Ce 27 avril, le Ministre Borsus a annoncé son intention d'interdire la mise sur le marché des herbicides pour les usages par les particuliers, en ce compris les produits à base de glyphosate. Cette décision se base sur l' « application du principe de précaution » et sur le fait que des alternatives sont largement disponibles. IEW et N&P saluent cette décision, qui non seulement assure la cohérence entre les niveaux de pouvoirs (les trois Régions ayant décidé d'interdire les utilisations d'herbicides à base de glyphosate) mais envoie également un signal fort : les usages par les particuliers de pesticides appartiennent au passé !

Pour IEW et N&P, cette décision pourrait être élargie et s'appliquer non seulement aux herbicides, mais à l'ensemble des pesticides destinés aux usages par les particuliers puisque de nombreuses alternatives sont disponibles également pour ces applications. En outre, IEW et N&P appellent à une concrétisation rapide de cette interdiction, afin d'éviter que ne se prolonge la présence des produits à base de glyphosate dans les rayons des jardineries, alors que leur util[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin