Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 8 heures
Hemoprostol H-W-2652
EMA Europe
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 6 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le VIH/Sida recule. Grâce aux progrès en matière d'accès au traitement antirétroviral, les personnes séropositives vivent aujourd'hui plus longtemps, et elles vivent surtout en meilleure santé. En juin 2016, ce sont ainsi plus de 18 millions de personnes de par le monde qui avaient accès au traitement, parmi lesquelles 910 000 enfants.


Actualité
Syndicat des Jeunes MG : Une équipe pour les grands rendez-vous de 2017 - Une avancée pour les privés de thèse !
Il y a 1 jours
Réseau Pro Santé

Revue "Jeune MG" SNJMG n°17 - Avril 2017

Syndicat des Jeunes MG : Une équipe pour les grands rendez-vous de 2017 15 décembre 2016

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) s'est réuni en Assemblée Générale (AG ordinaire) ce samedi 10 décembre 2016. Après les votes du bilan moral et des rapports d'activités, l'AG a élu le Bureau National du Syndicat pour 2017 : Présidente : Emilie FRELAT

Vice-Présidentes : Bernadette ZAMBON et Aurélie TOMEZZOLI

Secrétaire Général : David AZERAD

Trésorière : Aysun EKEN

(...)

Une avancée pour les privés de thèse ! 21 décembre 2016

La Commission mixte paritaire du 19 décembre 2016 a rendu dans son rapport hier soir, le texte proposé sur les dispositions restant en discussion du projet de modernisation, de développement et de protection des territoires de montagne.

Est adopté l’article :

« 25 ter (nouveau)

Un décret en Conseil d’État détermine les conditions et les modalités dans lesquelles les personnes ayant validé en France la formation pratique et théorique du résidanat de médecine et n’ayant pas soutenu, dans les délais prévus par la réglementation, la thèse mentionnée à l’article L. 632-4 du code de l’éducation, peuvent être autorisées à prendre une inscription universitaire en vue de soutenir leur thèse, après avis d’une commission placée auprès des ministres chargés de l’enseignement supérieur et de la santé. Ce décret précise que l'autorisation est conditionnée à l'engagement d'exercer en zone sous-dotée ». (...)

Actualité
4ème édition des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes - Les 25 ans du SNJMG - La Médecine Générale des années 1990 à nos jours
Il y a 1 jours
Réseau Pro Santé

Revue "Jeune MG" SNJMG n°17 - Avril 2017

4ème édition des Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes

Les Assises Nationales des Jeunes Médecins Généralistes (ANaJMG) ont été créées en octobre 2012 à l'initiative du Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG). Elles constituent les seules rencontres nationales indépendantes des internes, remplaçants et jeunes installés (ou salariés) en Médecine Générale.

La 4ème édition aurait dû se tenir en 2016, année des 25 ans du SNJMG. Malheureusement, des contraintes techniques ont imposé de repousser l'événement à début 2017. (...)

Les 25 ans du SNJMG

Le Syndicat National des Jeunes Médecins Généralistes (SNJMG) a été créé le 29 mars 1991 par cinq jeunes médecins généralistes d'Ile-de-France (Philippe Boisnault, Eric Camus, Jean-Paul Dabas, Didier Duhot, Didier Seyler) ; certains étaient résidents (à l'époque, il n'existait pas d'internat de Médecine Générale) et d'autres remplaçants.

Choqués de la manipulation dont avaient été alors victimes les résidents de Médecine Générale dans un mouvement de grève lancé en 1990 par des internes de spécialités, ils avaient voulu, au travers d'un syndicat, disposer pour les jeunes généralistes d'un organe d'information de qualité et d'une structure propre de défense de leurs intérêts. (...)

La Médecine Générale des années 1990 à nos jours

Début des années 1990

L'internat de MG, supprimé en 1987, est remplacé par un résidanat de MG avec 4 semestres pratiques en hôpital (faiblement rémunérés et sans limitation officielle du temps de travail) et de 30 demi-journées en cabinet de MG. La convention médicale est obligatoirement commune à tous les médecins et fait habituellement l'objet d'un accord entre la CSMF (pour les médecins) et FO (pour la sécurité sociale).[...]

Presse médicale
Il y a 1 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 24 April 2017
Source:Néphrologie & Thérapeutique
Author(s): Kouamé Hubert Yao, Aristophane Koffi. Tanon, Adjoua Delphine Lagou, Serge Didier Konan, Séry Patrick Diopoh, Fatou Meite
ContexteL’insuffisance rénale aiguë (IRA) est fréquemment associée à l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH).ObjectifsDécrire le profil de l’IRA chez les patients infectés versus non infectés par le VIH.Patients et méthodeIl s’agit d’une étude prospective qui s’est déroulée durant la période de janvier 2010 à décembre 2015 dans le service de néphrologie-médecine interne D du CHU de Treichville, en Côte d’Ivoire.RésultatsLa prévalence de l’infection à VIH était de 35,2 % dans la population d’IRA. L’âge moyen des patients était de 42±18 ans dans le groupe VIH positif, contre 51±18 ans dans le groupe VIH négatif (p=0,0001). Les étiologies étaient les infections dans 65,1 % dans le groupe VIH positif, contre 38,8 % dans le groupe VIH négatif (p=0,0001) et les pertes hydriques dans 24,7 % dans le groupe VIH positif contre 7,8 % dans le groupe VIH négatif (p=0,0001). Les facteurs tels que le stade sida (p=0,002), le sepsis sévère (p=0,002) et la pyélonéphrite aiguë (p=0,001) étaient associés à la mortalité chez les patients VIH positif, contre l’anémie sévère (p=0,0001) et le sepsis sévère (p=0,0001) dans le groupe VIH négatif.ConclusionLa mortalité est identique dans les deux groupes avec des facteurs de risque différents.BackgroundAcute kidney injury (AKI) is commonly associated with HIV infection.ObjectivesTo describe the profile of AKI in HIV infected versus non-infected persons.Patients and methodsThis is a prospective study that was carried out during the study period from January 2010 to December 2015 in the department of nephrology-internal medicine D of Treichville University Hospital (Côte d’Ivoire).ResultsThe prevalence of HIV infection was 35.2% in the population of AKI. The average age of patients was 42±18 years in the HIV positive group against 51±18 years in the HIV negative group (P=0.0001). Etiologies were infections in 65.1% in the HIV positive group against 38.8% in the HIV negative group (P=0.0001) and water loss in 24.7% in the HIV positive group against 7.8% in the HIV negative group (P=0.0001). Factors such as the AIDS stage (P=0.002), severe sepsis (P=0.002) and acute pyelonephritis (P=0.001) were associated with mortality in HIV positive patients against severe anemia (P=0.0001) and severe sepsis (P=0.0001) in the HIV-negative group.ConclusionHIV positive patients are younger with a female predominance. The mortality rate is identical in both groups.

Actualité
Il y a 2 jours
JIM

Paris, le lundi 24 avril 2017 – Les derniers chiffres concernant la prévalence des hépatites B et C publiés par l’Organisation mondiale de la Santé, révèlent que 325 millions de personnes sont atteintes de l’une de ces pathologies dans le monde, tandis que 1,34 million y succombent chaque année. Les décès liés aux hépatites B et C sont aussi nombreux que c[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Infirmiers

L'hépatite virale a provoqué 1,34 million de décès dans le monde en 2015, selon la dernière étude de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la question daté du 21 avril dernier. Si le chiffre est comparable aux décès dus à la tuberculose et au virus de l’immunodéficience humaine (VIH), la mortalité imputable à l'hépatite, elle, augmente, contrairement à celle impliquant la tuberculose et le Sida. Les hépatites B et C, les deux principaux types parmi cinq, sont responsables de 96% de la mortalité globale due à cette maladie, toujours selon le rapport de l'OMS. Les causes de cette hausse de la mortalité dues à l'hépatite virale ? A la fois le faible accès au traitement et les lacunes du dépistage."On reconn[...]