Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Blog
Le 8ème Peer Review congress en septembre 2017 : Supprimer l'innovation ou encourager les réplications ?
Il y a 2 jours
Rédaction médicale et scientifique

Le premier Peer Review congress était un pari risqué, en 1989 à Chicago. Nous étions deux français ! Cet événement se déroule tous les 4 ans, maintenant à Chicago, après 3 essais hors Chicago... dont celui des 14 au 16 septembre 2001 à Barcelone... salles vides car les américains avaient été bloqués dans les aéroports suite à l'attentat de New York du 9 septembre !!!

Revisiter les abstracts ou articles publiés est un parcours passionnant. Les deux premiers congrès ont été mis en ligne a posteriori sous forme de pdf car l'ère des revues électroniques n'existait pas encore ! Les premiers congrès ont eu des impulsions de rédacteurs qui ont marqué l'histoire du Peer Review, comme Stephen Lock d'abord (BMJ), Ed Huth (Annals), D Rennie (JAMA), G Lundberg (JAMA), et E Garfield, l'inventeur du facteur d'impact, etc....

Les archives des 7 premiers congrès du Peer Review sont disponibles, la meilleure source de ceux qui veulent étudier le peer review. Le dernier congrès à Chicago en 2013 a attiré 516 congressistes de 32 pays. La présence française augmente, mais n'est pas suffisante.

Une communication du premier congrès mérite relecture : l'auteur est D Horrobin, fondateur de la revue Medical Hypothesis, et il a publié sa communication (JAMA 1990) avec le titre The philosophical basis of peer review and the suppression of innovation. Il présente 18 exemples de recherches innovatives qui ont eu du mal à être publiées, et dont certaines ont mené à des prix Nobel. L'exemple 1 est la description des lymphocytes B finalement publiée dans Poultry Science, alors que des revues d'immunologie auraient dû l'accepter ; de même le cycle de Krebs, les radioimmunoasay, les transplantations rénales, la fertilisation in vitro, et d'autres cas ?? Lire avec prudence car tout n'est pas référencé, ou evidence-based, mais moment de lecture très agréable. Horr[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Quotidien du médecin
En juillet 2015, le petit Zion, âgé de 8 ans, avait reçu une transplantation bilatérale des mains, à la suite d'une amputation survenue à l’âge de 2 ans. Le « Lancet Child & Adolescent Health » décrit les détails chirurgicaux,...
Actualité
Il y a 2 jours
Quotidien du médecin
En juillet 2015, le petit Zion, âgé de 8 ans, avait reçu une transplantation bilatérale des mains, à la suite d'une amputation survenue à l’âge de 2 ans. Le « Lancet Child & Adolescent Health » décrit les détails chirurgicaux,...
Actualité
Il y a 2 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

L'enfant américain, aujourd'hui âgé de 10 ans, qui avait reçu une greffe des deux mains en 2015 peut à présent écrire et s'habiller seul. Il était le premier enfant a subir une telle transplantation.


Actualité
Il y a 4 jours
EMA Europe

On 12 March 2013, orphan designation (EU/3/13/1113) was granted by the European Commission to CTI Clinical Trial and Consulting Services, Germany, for murine IgM monoclonal antibody binding to alpha beta T-cell receptor for the prevention of gra[...]

Actualité
Il y a 4 jours
Réseau CHU

Pour pallier à l'absence de formation spécifique pour chirurgiens préleveurs, le Pr Benoît Barrou, urologue à la Pitié Salpêtrière (AP-HP) a créé en 2009 une école francophone du prélèvement multi-organes (EFPMO)* où les chirurgiens séniors forment les jeunes à la transplantation. "Un enseignement bénévole" souligne le porteur du projet. Et fait marquant, la neuvième session de formation de l’EFPMO a été dispensée à Poitiers, du 19 au 23 juin 2017. Une cinquantaine de jeunes chirurgiens, internes en fin d’étude ou chefs de clinique assistants, se sont initiés en conditions réelles sur Simlife ; un modèle unique de simulation chirurgicale sur des cadavres revascularisés et reventilés grâce à un process informatique breveté. Ce modèle a été conçu dans le laboratoire de simulation de la faculté de médecine de Poitiers par les professeurs Jean-Pierre Richer et Jean-Pierre Faure, et le docteur Cyril Brèque. Théorie, pratique, la semaine de formation est dense, mais se déroule dans une bonne ambiance. « Etudiants, formateurs, tout le monde y met du sien. Nous mettons un point d’honneur à ce que le comportement des jeunes chirurgiens soit irréprochable car c’est essentiel. Quand vous avez les mains dans le cambouis, vous n’êtes pas tout seul, il faut savoir communiquer avec ses collègues », insiste l’urologue. A la fin de la semaine, les étudiants sont interrogés sur leurs acquis dans une épreuve de groupe sur Simlife. « Cette initiative témoigne du dynamisme de Poitiers, CHU, faculté et unité de recherche, sur cet[...]