Actualité
Il y a 3 mois
Pour une meilleure prise en charge des troubles de l'humeur

Une étude de Santé publique France souligne l'importance de détecter et prendre en charge précocement les troubles de l'humeur, dépressifs ou bipolaires notamment, afin d’éviter leur chronicisation et le passage à l’acte suicidaire. Des disparités régionales importantes de prise en charge sont observées, relevant de multiples facteurs. Merci à Hospimedia de partager avec la communauté d'infirmiers.com cet article.

Solitude et détresse

Prendre en charge les troubles de l'humeur précocement permettrait d'éviter la chronicisation et le passage à l'acte suicidaire.

Une étude réalisée par Santé publique France, parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) du 18 avril, réalise un descriptif de la prise en charge des patients atteints de troubles de l’humeur dans les établissements de santé ayant une activité autorisée en psychiatrie en France métropolitaine. Ce travail, réalisé à partir de la base nationale de recueil d’information médicalisée en psychiatrie (RIM-P), a inclus toutes les personnes hospitalisées ou prises en charge en ambulatoire dans ces établissements entre 2010 et 2014 et pour lesquelles un trouble bipolaire ou un trouble dépressif a été noté en diagnostic principal ou associé.

Des taux de prise en charge très variables en région

Chaque année, le nombre de patients pris en charge pour trouble bipolaire (TB) se situe entre 80 000 et 95 000, tandis que ceux pris en charge pour trouble dépressif (TD) sont trois à quatre fois plus nombreux, entre 320 000 et 350 000. Parmi les patients atteints de TD, environ les trois quarts présentent un épisode dépressif caractérisé et 20% ont un trouble dépressif récurrent. Ces répartitions ne sont pas différentes selon les années. Pour les TD comme pour le TB, les taux sont systématiquement plus élevés chez les femmes que les hommes. En 2014, les taux de prise en charge pour TD étaient de 564,8 pour 100 000 personnes, plus élevés chez les femmes (698,3 contre 421,5 chez les hommes). Ils ont peu varié au cours de la période étudiée. En 2014, les taux de prise en charge pour TB étaient de 157,1 pour 100 000 personnes (190,3 chez les femmes et 120,8 chez les hommes). Une augmentation annuelle de 2,6% a été observée chez les hommes et de 3,4% chez les femmes entre 2010 et 2014. Pour les TB comme pour les TD, les taux les plus élevés se retrouvent chez les hommes et les femmes âgés de 50 à 54 ans. Tous sexes confondus, des taux de prise en charge supérieurs de 20% au taux national ont été observés en Bretagne et en Bourgogne-Franche-Comté pour les TD et dans le Sud-Ouest pour les TB. Les disparités régionales dans la prise en charge des TD et des TB par les établissements sont importantes, avec des taux allant presque du simple au double, relève l'étude.

Des disparités régionales multifactorielles

Toutefois, ces disparités ne peuvent être entièrement attribuées à des variations de prévalences selon les régions, développe Santé publique France. Ces disparités peuvent être aussi dues à une différence dans l’offre de soins et dans la prise en charge de ces troubles par des établissements de santé. Enfin, une différence dans les pratiques de codage des troubles ne peut pas être exclue, la concordance diagnostique semblant meilleure pour les TB que pour les TD, expliquent les auteurs. Malgré leurs limites, les bases médico-administratives constitue[...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 14 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 July 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Author(s): B. Khatibi, A. Bambe, C. Chantalat, M. Resche-Rigon, A. Sanna, C. Fac, M. Bagot, F. Guibal


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Il fallait contenir hémorragie. A Epinay-sous-Sénart, d’ici 5 ans, près de 70 % des médecins de la commune pourraient être partis à la retraite et ne pas être remplacés. Dans une commune où il faut...


Actualité
Il y a 2 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

SANTE - Le président américain veut réduire les fonds investis par son pays alors qu'ils représentent les deux tiers des financements gouvernementaux internationaux...


Actualité
Il y a 3 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Paris, capitale de la lutte contre le sida... La conférence internationale de recherche contre la maladie s'est ouverte, aujourd'hui, au Palais des Congrès. Elle réunit, jusqu'à mercredi, les grands noms de la recherche mondiale.


Actualité
Il y a 3 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Paris, capitale de la lutte contre le sida... La conférence internationale de recherche contre la maladie s'est ouverte, aujourd'hui, au Palais des Congrès. Elle réunit, jusqu'à mercredi, les grands noms de la recherche mondiale.


Actualité
Il y a 4 heures
sante-medecine-RFI

Cette semaine, nous allons aborder une question grave: les mutilations génitales féminines dans le monde. C’est une pratique sociale qui entraîne un problème de santé publique, avec des conséquences sociales redoutables. Pour lutter contre l’excision en France, il importe de mieux connaître la population de femmes concernées et les pratiques dans les pays d’origine, africains principalement. Pour cela, deux chercheurs de l’Institut national des études démographiques, Armelle Andro et Marie Lesclingand, se sont attelées à cette tâche. Le résultat de ce travail est une publication dans la revue Population & Sociétés n° 543 – avril 2017. (Rediffusion du 23 avril 2017).