Actualité
Il y a 5 mois
Près de 60 % de fonds d'œil en moins sur 20 ans - Un algorithme à deux variables pour espacer le dépistage de la rétinopathie diabétique
Des ophtalmologues américains ont mis au point un algorithme basé sur le statut actuel de la rétinopathie diabétique et sur le taux d'hémoglobine glyquée (HbA1c) permettant d'individualiser et au final d'espacer le rythme de surveillance.
Quotidien du médecin
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
Ces médecins accros à Snapchat ou Instagram
Quotidien du médecin
Actualité
Actualité
Il y a 1 jours
Prise de têtes à la FHF ?
Quotidien du médecin
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
JIM

Paris, le samedi 23 septembre 2017 – Le début de l’automne coïncide maintenant avec l’approche du mois dédié au cancer du sein, souvent baptisé Octobre rose. Ces dernières années, de nombreuses critiques ont été formulées contre cette opération, critiques que nous avons régulièrement relayées dans ces colonnes. Longtemps sourdes à ces observations, les[...]

Actualité
Il y a 3 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Octobre Rose a su s’imposer comme un rendez-vous grand public permettant de sensibiliser et de mobiliser contre le cancer du sein. Mais aujourd'hui, le sens initial de l'événement est souvent brouillé et éparpillé dans de multiples communications. C'est pourquoi la Ligue contre le Cancer lance une Charte pour le recentrer sur son message initial: inciter les femmes à réaliser une mammographi[...]

Actualité
Il y a 4 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le 20 septembre a lieu la journée européenne de la prostate, cancer le plus fréquent chez l'homme. A cette occasion, l'Association Française d'Urologie souhaite sensibiliser les hommes aux problèmes prostatiques et en particulier le cancer de la prostate dont le bénéfice du dépistage n’est pas clairement démontré.


Presse médicale
Il y a 4 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 19 September 2017
Source:Nutrition Clinique et Métabolisme
Author(s): Philippe Fayemendy, Jean Claude Desport, Jérémy Cornu, Olivier Ragi, Pierre Jésus
Introduction et objectifsLes données sur nutrition et sclérose en plaque sont discordantes et peu précises. L’objectif de cet article était de faire un point sur les facteurs nutritionnels impliqués dans la sclérose en plaque, de la prévention de la maladie à la prise en charge spécifique des patients.RésultatsParmi les paramètres environnementaux nutritionnels suspectés de participer à la pathogenèse de la sclérose en plaque, l’obésité du jeune adulte et l’insuffisance en vitamine D sont des facteurs de risque reconnus. Les données sont insuffisantes pour préciser la prévalence ou l’incidence des altérations du statut nutritionnel des patients, mais la sclérose en plaque peut exposer au risque de dénutrition, le surpoids pourrait concerner une part importante des patients, et l’obésité être moins fréquente qu’en population générale. Les causes de dénutrition lors de la sclérose en plaque sont multiples. La prévalence élevée des troubles de la déglutition impose un dépistage de ces anomalies. La prise en charge nutritionnelle doit être pluridisciplinaire et graduée, incluant des conseils d’adaptation de textures et de positionnement, des conseils diététiques, la supplémentation orale voire la nutrition entérale. L’alimentation pourrait jouer un rôle dans l’évolution de la sclérose en plaque. Les données de la littérature sont insuffisantes pour établir des recommandations quant à la prise en charge diététique spécifique lors de la sclérose en plaque. Cependant, la limitation de consommation des acides gras polyinsaturés et des acides gras trans, la réduction de l’apport sodé, l’augmentation de l’apport en acides gras polyinsaturés ou en vitamine D sont les éléments les plus fréquemment cités comme facteurs d’amélioration potentiels.Introduction and objectivesNutritional data on multiple sclerosis are discordant and have a low accuracy. The objective of this article was to focus on the nutritional factors involved in multiple sclerosis, from the prevention of disease to the specific management of patients.ResultsAmong the many nutritional environmental parameters suspected of participating in the pathogenesis of multiple sclerosis, obesity in young adults and vitamin D deficiency are[...]

Presse médicale
Il y a 4 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 19 September 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique
Author(s): M. Inghels, P.A. Coffie, J. Larmarange
Position du problèmeEn Côte d’Ivoire, peu de documents renseignent sur les besoins en santé et les barrières d’accès aux soins chez les jeunes. Cette étude cherchait à mesurer et à décrire l’offre de soins, les besoins et les freins au recours aux soins, en particulier en santé sexuelle et reproductive, et l’acceptabilité d’une visite médicale à la rentrée universitaire, chez les étudiants de l’université Houphouët-Boigny, à Abidjan.MéthodesL’étude était une enquête transversale représentative des étudiants de 2e année sélectionnés par un sondage aléatoire équiprobable à deux degrés.RésultatsAu total, 543 étudiants (322 hommes et 221 femmes) ont été interrogés (98,4 % de participation). Parmi les étudiantes ayant déjà eu des relations sexuelles, 38,4 % (IC95 % [30,5 %–47,0 %]) avaient des besoins non satisfaits en matière de contraception et 31,2 % (IC95 % [23,7 %–40,0 %] avaient déjà vécu une grossesse non désirée. La peur d’effets indésirables sur la fertilité était le principal motif de non utilisation des méthodes contraceptives hormonales qui étaient les méthodes contraceptives les plus désirées chez les étudiants. Les principaux problèmes de santé déclarés par les étudiants étaient le paludisme (54,3 %), les infections respiratoires (44,6 %), les problèmes de constipation (28,0 %) et les troubles psychologiques (25,9 %). La principale barrière d’accès au centre de santé de l’université était la perception du coût élevé de ses services malgré leur gratuité, ce qui traduit des problèmes de visibilité sur cette offre et ses prestations. La majorité des étudiants étaient favorables à l’instauration d’une visite médicale lors de l’entrée à l’université.ConclusionL’instauration d’une visite médicale permettrait d’améliorer la visibilité de l’offre du centre de santé universitaire et pourrait proposer les services suivants pour compléter au mieux l’offre de santé universitaire actuelle : i) dépistage du VIH, des chlamydiae et de la gonorrhée ; ii) dépistage et vaccination du virus hépatique B ; iii) mise à disposition d’information concernant les méthodes contraceptives ; iv) présentation de l’offre de santé sur l’université. L’aménagement d’espaces où les étudiants puissent avoir accès à une information sur certaines thématiques de santé (sexualité, nutrition, dépression) pourrait aussi compléter l’offre de santé universitaire.BackgroundIn Ivory Coast, little is known about health needs and health access barriers among young people. The aim of this study was to describe health provision, health needs and barriers when seeking medical care, with an emphasis on sexual and reproductive health, and the acceptability of a medical examination for students attending their first year at the Houphouët-Boigny University, Abidjan, Ivory Coast.MethodsWe conducted a representative cross-sectional study among second year students who were selected by two-stage equiprobable random sampling. In-depth interviews were conducted among students and the university health center staff.ResultsFive hundred and forty three students (322 men and 221 women) answered a questionnaire (participation rate 98.4%). Among women who ever had sex, 38.4% (95%CI [30.5%–47.0%]) had unmet contraception needs and 31.2% [23.7%–40.0%] had experienced an unwanted pregnancy. Fear about impaired fertility was the leading reason for non-use of hormonal contraception, the method of choice among most students. The[...]

Presse médicale
Il y a 4 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 September 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Emmanuel Mandonnet, Luc Taillandier, Hugues Duffau
Les gliomes diffus de bas grade (GDBG) sont des tumeurs cérébrales cancéreuses de l’adulte jeune, qui se transforment inévitablement en gliomes de haut grade, avec aggravation fonctionnelle puis décès. Les GDBG évoluent en plusieurs phases : une phase asymptomatique malgré une progression radiologique initialement lente ; une période où apparaissent les premiers symptômes, généralement épilepsie avec de possibles troubles cognitifs mineurs ; puis la phase de dégénérescence avec déficits neurologiques invalidants ; avant la phase terminale. La chirurgie de résection tumorale précoce majore les médianes de survie tout en préservant la qualité de vie. Les interventions sont effectuées sous anesthésie locale afin de cartographier les réseaux neuraux fonctionnellement cruciaux, permettant d’utiliser les mécanismes de neuroplasticité en épargnant la connectivité cérébrale. Les traitements oncologiques adjuvants type chimiothérapie et/ou radiothérapie sont réservés aux résections très partielles ou aux récidives non opérables. Vu l’augmentation du nombre de GDBG de découverte fortuite en raison d’un accès facilité à l’imagerie cérébrale, la chirurgie éveillée a été proposée chez les patients asymptomatiques, afin de majorer le taux d’exérèses complètes, voire “supratotales”, de ces plus petites tumeurs. Les résultats ont été optimisés tant sur un plan oncologique, avec minimisation du risque de dégénérescence, que sur un plan fonctionnel, avec absence de déficit neurologique et d’épilepsie postopératoire dans ce groupe d’incidentalomes. Ainsi, il semble légitime de mettre en place un dépistage par IRM cérébrale dans la population de 20 à 40 ans, afin de proposer une séquence thérapeutique adaptée basée sur une chirurgie maximaliste première, et ainsi de créer les fondations d’une neuro-oncologie fonctionnelle prophylactique personnalisée.Diffuse low-grade gliomas (DLGG) are cerebral tumors occurring in young adults, with an inescapable progression to higher grade of malignancy, resulting in functional impairment and death. DLGG evolve in several[...]