Actualité
Il y a 1 mois
Projection de la DREES : en 2030, 20 500 lits d’hospitalisation en moins ?

Un rapport publié jeudi 11 mai par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère des Solidarités et de la Santé présente les projections d’activité hospitalière de court séjour à l’horizon 2030, à partir d’hypothèses construites avec un groupe d’experts, et tenant compte des évolutions démographiques à venir. Selon cette étude, compte tenu uniquement du vieillissement démographique, le nombre de séjours hospitaliers augmenterait de plus de 2 millions et les besoins en lits d’hospitalisation complète de 28 % à horizon 2030. En revanche, en tenant compte également du développement de la prise en charge ambulatoire et du raccourcissement des durées de séjours en hospitalisation complète, le nombre de journées en hospitalisation complète diminuerait d’un peu plus de 3 millions et le nombre de séjours réalisés en ambulatoire augmenterait de près de 50 % en 2030, par rapport à 2012. Quant aux besoins en[...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 13 secondes
CHU de Toulouse
  • allergène : substance entraînant une réaction allergique de l'organisme.
  • atopie : prédisposition qu'ont certaines personnes à développer des allergies. Il s'agit d'un « terrain atopique ». Quand ces personnes deviennent sensibilisées à un allergène, elles peuvent ensuite développer des réactions allergiques à ce produit.
  • bronchoconstriction : contraction des muscles bronchiques entrainant une diminution du calibre des bronches.
  • bronchodilatation : relâchement des muscles bronchiques entrainant une augmentation du calibre des bronches.
  • bronchospasme : contraction en spasme des muscles lisses de la paroi des bronches.
  • corticoïdes : médicaments utilisés pour diminuer l'inflammation des bronches. Dans l'asthme, ils sont le plus souvent administrés par voie inhalée et peuvent aussi être utilisés par voie orale ou injectable lors de fortes crises.
  • diurne : qui a lieu la journée.
  • dyspnée : difficulté à respirer. Dans l'asthme, l'essoufflement est proportionnel au degré d'obstruction bronchique.
  • exacerbation : augmentation épisodique ou régulière de l'inten[...]
Actualité
Il y a 13 secondes
CHU de Toulouse

L'éducation thérapeutique a pour but d'aider le patient à acquérir des connaissances et des compétences utiles à la gestion de sa maladie, en partenariat avec l'équipe soignante. Elle s'adresse à tout patient, quel que soit le degré de sévérité de son asthme et ceci de façon précoce.

Les individus sont différents et nécessitent la mise en œuvre de méthodes d'apprentissages variées et adaptées aux besoins de chacun, par une équipe pluridisciplinaire (médecins, infirmières, diététiciens, kinésithérapeutes, psychologues, sophrologues, assistantes sociales…) formée à la pédagogie. Le rôle de la famille et des proches est important.

Au cours des séances d'éducation thérapeutique sont précisés les buts à atteindre en priorité par le patient, selon sa propre histoire, la nature de sa maladie, ses désirs et ses potentialités d'autonomie. La maitrise gestuelle des traitements inhalés, les capacités à résoudre les situations problématiques et à mettre en œu[...]

Actualité
Il y a 13 secondes
CHU de Toulouse

L'éducation thérapeutique a pour but d'aider le patient à acquérir des connaissances et des compétences utiles à la gestion de sa maladie, en partenariat avec l'équipe soignante. Elle s'adresse à tout patient, quel que soit le degré de sévérité de son asthme et ceci de façon précoce.

Les individus sont différents et nécessitent la mise en œuvre de méthodes d'apprentissages variées et adaptées aux besoins de chacun, par une équipe pluridisciplinaire (médecins, infirmières, diététiciens, kinésithérapeutes, psychologues, sophrologues, assistantes sociales…) formée à la pédagogie. Le rôle de la famille et des proches est important.

Au cours des séances d'éducation thérapeutique sont précisés les buts à atteindre en priorité par le patient, selon sa propre histoire, la nature de sa maladie, ses désirs et ses potentialités d'autonomie. La maitrise gestuelle des traitements inhalés, les capacités à résoudre les situations problématiques et à mettre en œu[...]

Actualité
Il y a 13 secondes
CHU de Toulouse

L'éducation thérapeutique a pour but d'aider le patient à acquérir des connaissances et des compétences utiles à la gestion de sa maladie, en partenariat avec l'équipe soignante. Elle s'adresse à tout patient, quel que soit le degré de sévérité de son asthme et ceci de façon précoce.

Les individus sont différents et nécessitent la mise en œuvre de méthodes d'apprentissages variées et adaptées aux besoins de chacun, par une équipe pluridisciplinaire (médecins, infirmières, diététiciens, kinésithérapeutes, psychologues, sophrologues, assistantes sociales…) formée à la pédagogie. Le rôle de la famille et des proches est important.

Au cours des séances d'éducation thérapeutique sont précisés les buts à atteindre en priorité par le patient, selon sa propre histoire, la nature de sa maladie, ses désirs et ses potentialités d'autonomie. La maitrise gestuelle des traitements inhalés, les capacités à résoudre les situations problématiques et à mettre en œu[...]

Actualité
Il y a 12 minutes
CHU de Toulouse

Certains asthmes sont dits intermittents et le traitement bronchodilatateur suffit à les traiter. Dans les asthmes dits persistants, c'est-à-dire quand la maladie est chronique, le traitement doit être poursuivi quotidiennement même si les signes de la maladie ne sont pas perceptibles (toux, essoufflement…). Seule la prise régulière des anti-inflammatoires inhalés peut venir à bout de l'inflammation permanente des bronches.

Si vous arrêtez la prise de médicaments par lassitude ou parce que vous n'avez plus de symptômes, la réapparition des signes se fera de façon plus ou moins rapide mais sera inexorable.

Il est prouvé que les traitements continus anti-inflammatoires, même utilisés à très faibles doses, réduisent le nombre de crises d'asthme, les réveils nocturnes [...]

Actualité
Il y a 24 minutes
CHU de Toulouse

L'angoisse peut aggraver votre crise : essayez de garder votre calme. Mettez-vous dans la position où vous vous sentez le mieux, souvent en position assise.

Si vous possédez un appareil de mesure du souffle (débitmètre de pointe) (voir l'article sur la mesure du souffle), vous pouvez l'utiliser après avoir pris votre bronchodilatateur d'action rapide et comparer la valeur obtenue à celle que vous avez en temps normal. Cette mesure pourra être répétée toutes les vingt minutes pendant au minimum une heure de façon à apprécier l'évolution de la crise.

Dès les premiers signes de la crise, prenez votre bronchodilatateur d'action rapide : le plus souvent une à deux bouffées sous forme inhalée, à renouveler si besoin.

Si malgré la prise initiale de ce médicament, la gêne respiratoire persiste ou s'aggrave après 5 à 10 minutes, reprenez votre bronchodilatateur d'action rapide : une à deux bouffées à renouveler si besoin. Si les symptômes ne disparaissent toujours pas, recommencez après 5 à 10 minutes.

En cas de non-amélioration dans les 20 minutes ou si la crise recommence rapidement, il s'agit d'une crise sévère qui nécessite de contacter un service médical en urgence : SAMU (15) ou pompiers (17).

Un seul des signes suivants suffit pour affirmer que votre crise est grave :

  • vous ne ressentez aucune amélioration de vos symptômes respiratoires malgré la prise de plusieurs bouffées de votre bronchodilatateur,
  • vous ressentez un essoufflement intense rendant impossible la moindre activité,
  • vous avez des difficultés pour parler, vo[...]