Actualité
Il y a 1 mois
Projet d'accompagnement à l'autonomie en Santé des jeunes : Happy Doors

Objectifs
Informer sur le système de santé, le parcours de soins, l'accès aux droits.
Favoriser l'adoption de comportements favorables à la santé des étudiants et à leur bien-être mental et social.
Rompre l'isolement des jeunes.
Repérer la détresse psychologique des étudiants vivant en résidence universitaires du CROUS.

Le porteur du projet

Coordonnées de la structure :

La Mutuelle Des Etudiants

32 rue blanche

Paris 75009

Type de la structure :
mutuelle

Coordonnées du contact

EL AARAJE Lamia

Qualité : Directrice Santé Prévention

Téléphone professionnel : 06 86 65 66 55

Courriel : lelaaraje@lmde.com

Fax :

Le contexte

L'origine
Concernant la santé des étudiants, 96% des jeunes de 15-30 ans se déclarent plutôt en bonne santé. Toutefois, 3.8% ont une représentation négative de leur santé, souvent significativement associée aux problèmes de poids.
Avec l'avancée en âge, la perception d'une très bonne santé par les jeunes se dégrade : 59.5% des 15-19 ans perçoivent ainsi leur santé comme excellente ou très bonne, contre 45.2% des 20-25 ans et 38.4% des 26-30 ans.Il y a donc, au cours des études, une dégradation importante de la perception qu'ont les étudiants de leur santé. Près de quatre étudiants sur dix (37%) seraient en état de mal-être, les jeunes femmes, étant, en proportion, deux fois plus nombreuses (46%) que les jeunes hommes (25%) à présenter des symptômes anxieux (ENSE, 2016). Selon l'Enquête Nationale sur la Santé des Etudiants 4 menée par LMDE, les étudiants décohabitants déclarent davantage renoncer à la consultation que les cohabitants avec leurs parents.

La finalité
L'objectif général de l'action est d'informer les étudiants sur le système de santé, le parcours de soins, l'accès aux droits afin de favoriser l'adoption de comportements favorables à leur santé et à leur bien-être mental et social.
Il s'agit de rompre l'isolement des jeunes en repérant la détresse psychologique des étudiants vivant en résidence universitaire du CROUS.
Le projet pourra être amené à évoluer les années suivantes et étendu à d'autres lieux de vie en fonction des retours d'expérience (internats de classe prépa par exemple).

La description du dispositif
Ces actions visent un public étudiant vivant en résidences universitaires. Les actions envisagées s'effectueront au sein des résidences et des restaurants universitaires :
Dans les restaurants universitaires : un set de table pour les plateaux intitulé « Ma santé bien remboursée en 5 étapes ».
Dans les résidences universitaires :
Ces actions s'organisent en porte à porte via des étudiants relais santé, préalablement formés. La formation comportera plusieurs modules : prévention, méthode de l'aller vers, système de santé, accès aux droits, santé mentale. Les discussions porteront sur : le parcours de soins coordonnés, l'isolement, le bien-être (sommeil, gestion du stress, nutrition, activité physique). Des actions collectives seront organisées dans les lieux de vie des résidences universitaires. Lors des passages, des « prétextes » de discussion pour la prochaine visite seront laissés : pochettes contenant graines de trèfle, chocolat, guide bien-être, liste des structures de santé.

Les acteurs
La Mutuelle des Etudiants est à l'initiative de ce projet et les étudiants (usagers de la mutuelle) sont associés au projet pour valoriser la démarche par les pairs de La Mutuelle Des Etudiants.
Les étudiants sont également associés à la phase d'évaluation dans le sens où ils sont sollicités pour remonter les informations concernant les interventions menées (observations, questionnaires…) et ainsi donner des pistes d'évolution.

Les axes prioritaires :

renforcer et préserver l'accès à la santé – y compris à la prévention – pour tous, notamment par une information adaptée aux personnes vulnérables (mineures, majeures protégées, en perte d'autonomie, souffrant de troubles psychiques, intellectuellement déficientes…), étrangères, placées sous main de justice… ;

La réalisation

La mise en oeuvre
Suite à un travail de recherche de partenariats, nous avons réussi à intégrer dans notre réseau les structures suivantes :
Centre René Capitant : partenaire clé. Participation à la formation, à la supervision, à la coordination, au comité de pilotage et au travail d'évaluation.
Association APASO : partenaire clé. Participation à la formation, participation au comité de pilotage.
Fondation Santé des Etudiants de France : participation au comité de pilotage, les étudiants relais santé pourront parler de leur structure aux étudiants visités.
SIUMPPS, 2, 4, 6 : participation à la formation et au comité de pilotage.
SIUMPPS, 1, 3, 5, 7, 9 : invitation au comité de pilotage.
Service social du CROUS : participation à la formation et au comité de pilotage.
MILDECA : invitation au comité de pilotage.

Le calendrier

Projet initié en :
2016

Projet mis en œuvre en :
2017

Comment et combien ?
Moyens matériels :
Habillement pour les relais santé étudiants (s[...]

Ministère de la Santé
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 23 heures
Greffes et dons d'organes : plans d'actions 2017-2021
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 3 jours
Les indicateurs de ré-hospitalisation et de coordination
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 4 jours
Diaporamas
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 4 jours
Presse
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 5 jours
L'autisme
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 5 jours
Nouvel article N° 417380
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 5 jours
Nouvel article N° 417379
Ministère de la Santé
Actualité
Il y a 5 jours
Nouvel article N° 417378
Ministère de la Santé
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 7 minutes
Santé mentale

Le patient peut aujourd’hui échanger sur des forums Internet avec d’autres patients touchés par la même maladie. Il peut mesurer lui-même sa glycémie ou sa température et transmettre ses analyses......

Actualité
Il y a 24 minutes
VNI

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, souhaite lancer des expérimentations pour mettre en place les prérequis d'entrée à l'université voulus par Emmanuel Macron.

Actualité
Il y a 25 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Actualité
Il y a 25 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Presse médicale
Il y a 37 minutes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

Les progrès du numérique vont-ils laisser une place à l’humain dans la santé ? Vaste question, abordée mercredi dernier à l’occasion de la Paris Healthcare Week. Entre super-héros, science-fiction et simulation, l’éthicien Axel Kahn a tenté d’es[...]

Actualité
Il y a 37 minutes
Institut de veille sanitaire

Sommaire

  • Les accidents de la vie courante en lien avec la consommation d’alcool à l’île de la Réunion, 2004-2014
  • Recrudescence de passages liés à la consommation de cannabinoïdes de synthèse « la chimique » dans le service d’urgences du centre hospitalier de Mayotte, 2012-2016
  • Epidémie saisonnière de grippe avec un nombre important de cas graves en réanimation à La Réunion en 2016
  • Surveillance épidémiologique des 9èmes Jeux des Iles de l’Océan Indien, 31 juillet au 9 août 2015, La Réunion