Actualité
Il y a 12 jours
PSA : les États-Unis se rapprochent de la position française

Un groupe consultatif d'experts du gouvernement fédéral américain vient d'assouplir leur position sur le dépistage du cancer de la prostate. L’USPSTF (U.S. Preventive Services Task Force), haute autorité dans le domaine d...

Le généraliste
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Actualité
Actualité
Il y a 10 heures
Le déficit des CHU divisé par deux en 2016
Le généraliste
Actualité
Il y a 13 heures
Le ralliement tardif de Touraine à Macron
Le généraliste
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 minutes
APF ICM

Agenda :

Rééducation intensive fondements, évidences scientifiques et principes clés.

L'Institut Motricité Cérébrale a le plaisir de vous proposer une journée exceptionnelle à Paris en compagnie des auteurs et promoteurs de la recherche faite sur la rééducation intensive HABIT et HABIT-ILE, Dr Yannick Bleuyenheuft et Pr Andrew Gordon.

Mercredi 17 mai 2017 de 9h30 à 16h30

Au Centre Médico-Social Lecourbe - Fondation Saint-Jean de Dieu - 205 rue de Javel - 75015 Paris.

- Site éditeur : www.fondationparalysiecerebrale.org.

Actualité
Il y a 1 minutes
APF ICM

Les 8 projets retenus s'articulent autour des thèmes suivants :

Mobilité, marche et rééducation

· Pr JM GRACIES (Créteil, France) Caractérisation de la myopathie spastique, sur les plans clinique, biomécanique, histo-immunologique et radiologique chez des patients adultes atteints de parésie spastique après paralysie cérébrale et après un accident vasculaire cérébral.

· Pr M GAZZONI et Dr C Boulay (Turin, Italie et Marseille France) La réalité virtuelle (serious games) permet-elle d'améliorer la marche des enfants atteints de Paralysie Cérébrale ? Intérêt du feedback par électromyographie (EMG)

Perception du corps

· Dr C NEWMAN (Lausanne, Suisse) Impact de la paralysie cérébrale sur l'appropriation du corps.

Activité physique

· Dr P VAN DE WALLE (Anvers, Belgique) Relation entre niveau d'activité physique et condition cardio-respiratoire chez les enfants PC ambulatoires âgés de 6 à 8 ans

Rééducation des troubles associés à la PC

· Pr P HOEBEKE (Gand, Belgique) Rééducation mictionnelle chez les enfants avec PC.

Stratégies de neuroprotection

· Dr J MAIRESSE (Paris, France) Activation précoce des récepteurs à l'ocytocine et neuro-protection vis-à-vis des dommages inflammatoires du nouveau-né exposé à une réduction de la croissance intra-utérine.

· Dr A RIDEAU (Paris, France) Handicaps neurocognitifs associés à un retard de croissance intra utérin : Régulation de la neuroinflammation, une nouvelle cible pour la neuroprotection.

· Dr J PUYAL (Lausanne, Suisse) Etude des voies de signalisations de la Na+K+-ATPase impliquées dans la mort neuronale médiée par autophagie après hypoxie-ischémie périnatale.

- Source : www.fondationparalysiecerebrale.org


La Fondation Motrice lance son appel à projets 2016/2017 sous la forme de deux appels à projets distincts visant à financer des projets de recherche : l'un dans le champ de la rééducation motrice ou cognitive chez le suje[...]

Actualité
Passerelle : une infirmière pourra entrer directement en 2e ou 3e année de médecine
Il y a 21 minutes
SNPI

Un arrêté paru au Journal officiel du 21 avril permet aux titulaires d'un diplôme d'Etat d'auxiliaire médical "sanctionnant au moins 3 années d'études supérieures" et pouvant justifier "d'un exercice professionnel en lien avec ce diplôme de 2 ans à temps plein" pourront intégrer directement la 2e ou la 3e année des études médicales, odontologiques, pharmaceutiques ou de sage-femme.

Les candidats justifiant ces conditions peuvent présenter un dossier de candidature en vue d'une admission directe en deuxième ou troisième année, au plus tard le 31 mars de chaque année.

Détails dans l'arrêté du 24 mars 2017 relatif aux modalités d'admission directe en deuxième ou troisième année des études[...]

Actualité
Il y a 1 heures
RA-Santé
Réveil douloureux ? De bonnes positions permettent de prendre soin de son dos ©Aldeca Studio

Au lever

Le mauvais geste : se lever directement de son lit en sollicitant les abdominaux alors que l’on est allongé sur le dos.

Le bon geste : allonger les jambes alternativement durant environ une minute pour échauffer le corps. Ce mouvement est intéressant car il permet de mobiliser en décompression le bas du dos. Cette zone est souvent atteinte par de l’arthrose, car le bas de notre dos est très fixe à cause de nos activités sédentaires (chaises, voiture…). Ensuite, il est conseillé de se tourner sur le côté avant de s’asseoir puis de se lever.

S’habiller

Le mauvais geste : le matin, à froid, s’habiller en restant debout. Cela crée de fortes compressions au niveau des articulations du bassin, et peut engendrer des dysfonctions articulaires.

Le bon geste : s’habiller en restant assis. Et n’oubliez pas, mettez votre pantalon après vos chaussettes, surtout si vous portez un slim !

En voiture

Le mauvais geste : ne pas mettre sa tête sur l’appuie-tête car cela crée des tensions au niveau des cervicales et du dos.

Le bon geste : placer sa tête sur l’appuie-tête. Pour cela, on a besoin d’appuyer son pied gauche sur le passage de roue, à gauche des pédales, pour caler son bassin contre le dossier. Ainsi installé, on peut caler sa tête confortablement sur l’appui-tête.

En marchant

Le mauvais geste : faire du bruit lorsque l’on marche. Cela veut dire que l’on « talonne ». Or, la voute plantaire est le premier amortisseur du corps. Si on talonne, cette dernière ne peut pas amortir les chocs, qui se répercutent sur le bas du dos. On s’expose alors à long terme à des complications, comme des douleurs au dos ou encore de l’arthrose.

Le bon geste : ne pas taper le sol avec le talon, mais plutôt dérouler son pied et bien utiliser ses orteils pour nous cramponner au sol et nous propulser. Cela vaut aussi pour la course à pieds.

Au travail

« Mon corps mode d’emploi » ©LePommier

Le mauvais geste : se tenir voûté devant l’ordinateur, ou encore avoir les jambes croisées. Mais il faut savoir que si l’on apprécie cette position, c’est sûrement car on souffre de tensions ou de dysfonctionnements articulaires. Si l’écran n’est pas assez haut, on peut aussi souffrir de douleurs au cou.

Le bon geste : alterner la station assise avec la station debout, comme cela est désormais possible avec certains bureaux. Pour le corps, c’est la dose qui fait le poison ! Il faut aussi bien penser à placer le sommet de son écran d’ordinateur à la hauteur des yeux, poser ses coudes (ou ses avant-bras) sur la table, avoir le clavier bien avancé… et ne pas croiser les jambes.

Porter des charges

Le mauvais geste : se pencher en avant en prenant la position d’une grue. Cela crée un gros porte-à-faux qui comprime le bas du dos, les vertèbres lombaires.

Le bon geste : ne surtout pas se relever sans plier les genoux car cela crée une compression dans le bas du dos. Le dos est fait pour nous faire tenir debout à la verticale, mais pas pour que le tronc, qui est fixe, passe de l’horizontale à la verticale.

Bricoler

Le mauvais geste : bricoler en ayant les bras trop en l’air. Anatomiquement, l’épaule n’est pas faite pour fonctionner ainsi. Cela crée un terrain propice à la tendinite.

Le bon geste : travailler avec un échafaudage et tâcher d’utiliser au maximum sa main gauche et sa main droite.

Faire le ménage

Le mauvais geste : passer l’aspirateur en se penchant en avant. Une fois encore, cela crée de vives tensions dans le dos.

Le bon geste : passer l’aspirateur en prenant une position de fente avant pour bien écarter les jambes et faire descendre le centre de gravité, un peu à la manière d’un squat. Lorsque l’on fait la vaisselle, penser à écarter les pieds et à caler ses genoux contre le meuble sous l’évier.

Jardiner

Le mauvais geste : une fois encore, se pencher en avant pour jardiner.

Le bon geste : essayer si possible de jardiner un peu chaque jour plutôt[...]

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La sportive a publié un touchant message d'amour.


Actualité
Il y a 2 heures
APF ICM

« Étudiant handicapé, j'ai passé une année Erasmus en Irlande. »

Voir l'article de Faire Face, du 24 avril 2017 :

    • Victor Fourcin, 25 ans, atteint d'infirmité motrice cérébrale, a vécu un année Erasmus à Dublin dans le cadre de son cursus en sciences politiques. Aujourd'hui titulaire d'un double master, il évoque les obstacles rencontrés mais aussi les bénéfices d'une expérience à l'étranger. (...).

-www.faire-face.fr/2017/04/24/erasmus-handicap-irlande.