Actualité
Il y a 2 mois
Quand nos excréments viennent au secours des malades

Des médecins de l’hôpital Saint-Antoine, à Paris, ont transplanté la flore intestinale de personnes en bonne santé à des patients atteints de la maladie de Crohn. Vingt et un malades ont participé à ce premier essai clinique en France.


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 57 minutes
Mondiaux de Budapest: Mehdy Metella, la performance au gramme près (ou presque)
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Donald Trump à nouveau mis en échec sur l'Obamacare au Sénat
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Une éponge verte d'Alaska peut-être la première arme efficace contre le cancer du pancréas
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Comment chiffrer les violences obstétricales en France?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Dans les pays occidentaux, le nombre moyen de spermatozoïdes a chuté de moitié en quarante ans
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Finir la boîte d'antibiotiques, ça n'est pas automatique, jugent des experts
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Pommade Homéoplasmine : quatre utilisations qui font débat
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 6 heures
Etats-Unis: La partie d'échecs 3D sur Obamacare continue
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Actualité
Il y a 14 heures
Kim Kardashian bientôt maman : Sa mère porteuse est bel et bien enceinte !
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
Vaccins: selon la ministre de la Santé, les adjuvants ne sont pas nocifs
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 14 heures
Les drôles de sourcils d’une supportrice de Trump supplantent le débat sur l’Obamacare
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une petite éponge verte, découverte dans les eaux glacées et sombres au large de l'Alaska, pourrait offrir la première arme efficace contre le cancer du pancréas, une tumeur agressive face à laquelle la médecine a peu de recours.


Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin

Peu connue en France, la médecine évolutionniste ou darwinienne – en référence au Dr Erasmus Darwin, grand-père de Charles – est l’application des principes de la théorie de l'évolution aux questions relatives à la santé et aux pathologi...

Presse médicale
Il y a 2 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 July 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique
Author(s): P. Tuppin, J. Rudant, P. Constantinou, C. Gastaldi-Ménager, A. Rachas, L. de Roquefeuil, G. Maura, H. Caillol, A. Tajahmady, J. Coste, C. Gissot, A. Weill, A. Fagot-Campagna
In 1999, French legislators asked health insurance funds to develop a système national d’information interrégimes de l’Assurance Maladie (SNIIRAM) [national health insurance information system] in order to more precisely determine and evaluate health care utilization and health care expenditure of beneficiaries. These data, based on almost 66 million inhabitants in 2015, have already been the subject of numerous international publications on various topics: prevalence and incidence of diseases, patient care pathways, health status and health care utilization of specific populations, real-life use of drugs, assessment of adverse effects of drugs or other health care procedures, monitoring of national health insurance expenditure, etc. SNIIRAM comprises individual information on the sociodemographic and medical characteristics of beneficiaries and all hospital care and office medicine reimbursements, coded according to various systems. Access to data is controlled by permissions dependent on the type of data requested or used, their temporality and the researcher's status. In general, data can be analyzed by accredited agencies over[...]

Actualité
Il y a 2 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le nombre d'épisiotomies, ces incisions du périnée à l'accouchement, est-il aussi important que ce que la secrétaire d'État Marlène Schiappa a avancé au Sénat? Non, contestent les gynécologues-obstétriciens et l'Ordre des médecins. Une polémique qui éclaire l'absence de décompte. Ce sera peut-être, somme toute, une controverse constructive que celle déclenchée par Marlène Schiappa. ...


Actualité
Il y a 2 heures
Bruno Chrétien

Dans une de ses dernières lettres “Trésor-Eco“, Bercy propose, sur le bulletin de paye, de remplacer la traditionnelle distinction juridique entre les cotisations employeurs et salariés au profit d’une distinction plus économique entre les prélèvements contributifs et non-contributifs et de clarifier l’affectation des cotisations sociales au financement des risques contributifs. Une proposition préconisée en son temps par l’Institut de la Protection Sociale qui se réjouit de faire des émules. Le but affiché de ce ballon d’essai est de favoriser un changement dans la négociation salariale. Le bulletin de paye ne porterait plus sur un salaire brut (y compris cotisations salariales, mais hors cotisations employeurs, soit environ 130 % du salaire net), mais un “salaire complet” (salaire net et cotisations contributives, soit environ 150 % du salaire net), jugé “plus représentatif” de la véritable rémunération du salarié. En France, le niveau élevé de la dépense publique (57,3 % du PIB en 2014) s’explique en grande partie par l’importance des régimes obligatoires de protection sociale. Les prestations versées par ces régimes représentent en effet la moitié de la dépense publique (630 Md€ en 2014 soit 29,4 % de PIB), essentiellement sous la forme de pensions de retraite et de remboursements d’assurance maladie. Ces régimes sont pour une part contributifs – pour une part les retraites, la prévoyance et l’assurance chômage – alors que l’assurance maladie et les prestations familiales sont largement universelles. Or, selon le Ministère des Finances, un niveau élevé de dépense publique conduit mécaniquement à un niveau élevé de prélèvements obligatoires. Or, les cotisations contributives financent des prestations directement rattachées au cotisant et peuvent ainsi être perçues comme un revenu différé ou une assurance obligatoire plutôt que comme un impôt tandis que les prélèvements finançant des régimes redistributifs (cotisation maladie ou famille) ne diffèrent pas économiquement d’un impôt sur les salaires. Ainsi, la note du Ministère des Finances estime qu’en raison de la complexité de la fiche de paye et du manque de lisibilité du financement de la protection sociale, il est très difficile pour les salariés de distinguer les parts contributives et non-contributives des cotisations sociales. Pour Bercy, une réforme de la fiche de paye aurait le double intérêt de : Clarifier le rôle des différents régimes versant les prestations Donner de meilleures incitations économiques, pouvant venir soutenir l’offre de travail. La proposition du du Ministère des Finances est de remplacer la distinction juridique entre les cotisations employeurs et salariés au profit d’une distinction plus économique entre les prélèvements contributifs et non-contributifs et de clarifier l’affectation des cotisations sociales au financement des risques contributifs. Cette nou[...]

Actualité
Il y a 3 heures
Infirmiers

Dans le monde, plus d’un million de personnes contractent chaque jour une infection sexuellement transmissible (IST). Environ une trentaine de bactéries, virus et parasites peuvent se transmettre par voie sexuelle. En France, elles ont tendance à progresser ces dernières années. Quelles sont les choses à savoir en la matière ?

lingerie et préservatif

L'utilisation d'un préservatif permet de prévenir les infections sexuellement transmissibles et de se protéger.

Une infection sexuellement transmissible (IST) se transmet principalement lors de relations sexuelles (rapport anal, vaginal ou oro-génital). Plus d’une trentaine de bactéries, virus et parasites sont connus, mais la plupart des infections sexuellement transmissibles sont dues à huit de ces agents pathogènes :

  • la syphilis, la gonorrhée, la chlamydiose, la trichomonase, qui peuvent être guéries ;
  • l’hépatite B, le virus de l’herpès (HSV ou herpes virus simplex), le VIH et le papillomavirus humain (VPH), des infections qui sont/peuvent être incurables.

Les IST peuvent aussi être contractées lors de transfusions sanguines ou se transmettre de la mère à l’enfant pendant la grossesse ou l’accouchement. Dans la majorité des cas, elles sont asymptomatiques ou présentent peu de symptômes.

Les infections sexuellement transmissibles pouvant être traitées

La syphilis

La syphilis se traduit par l’apparition, deux à quatre semaines après la contamination, d’un chancre (petite plaie indolore), de boutons ou de petites plaques rouges, sans démangeaisons. Le diagnostic est établi au travers d’un examen médical et d’une prise de sang. Si elle n’est pas traitée, la Syphilis peut engendrer une atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux. Aucun vaccin n’existe et elle se traite par antibiotiques par piqûre ou comprimés.

Entre 2013 et 2015, le nombre de cas de Syphilis précoce (de moins d’un an) a augmenté en France (1). Il a cru de 85% chez les femmes hétérosexuelles et de 75% chez les hommes hétérosexuels. Chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH), il a augmenté de 56%. Les hommes de 20 à 49 ans sont les plus concernés par cette infection (78%), quelle que soit l’orientation sexuelle. La majorité des femmes atteintes (53%) ont moins de 29 ans. Dans le monde, plus de 900 000 femmes enceintes ont été infectées par la syphilis en 2012 ce qui a engendré des complications dans 350 000 cas, notamment des mortinaissances.

La gonorrhée

La gonorrhée, ou blennoragie gonococcique (ou « chaude-pisse ») apparaît deux à sept jours après la contamination. Elle provoque des brûlures et/ou écoulements jaunes par la verge, le vagin ou l’anus, ainsi que de la fièvre, des douleurs au bas-ventre voire une angine. Le diagnostic s’effectue par prélèvement local, à l’entrée du vagin avec un grand coton-tige chez les femmes, au bout du pénis chez les hommes. En cas de non traitement, la personne touchée risque une infection des articulations ou de devenir stérile (surtout la femme). Des antibiotiques ainsi qu’un traitement local (crème, ovule) permettent de traiter la gonorrhée, à prendre par les deux partenaires. Néanmoins, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prévient qu’il est désormais plus difficile de traiter la gonorrhée. Le nombre de cas de gonorrhée résistante aux antibiotiques est en augmentation, aussi de nouveaux médicaments sont nécessaires. Selon le Dr Teodora Wi, médecin, Département Santé reproductive à l’OMS, la bactérie responsable de la gonorrhée est particulièrement intelligente. En effet, à chaque fois que nous utilisons une nouvelle classe d’antibiotiques pour traiter l’infection, la bactérie évolue pour y résister. Il n'existe, pour l'heure, pas de vaccin, mais une étude publiée dans la revue médicale The Lancet, le 11 juillet 2017, se veut plutôt encourageante en la matière. En effet, une vaccination contre le méningocoque B réduirait de 31% le nombre de cas de gonorrhée.

Entre 2013 et 2015, en France, le nombre de blennoragie gonoccique a augmenté de 100% chez les HSH, 32% chez les femmes hétérosexuelles et 8% chez les hommes hétérosexuels. Les 20-29 ans sont les plus touchées chez les femmes (57%) et les 20-39 ans chez les hommes (76%). Dans le monde, 78 millions de personnes en sont atteintes.

La chlamydiose

La chlamydiose, ou infection à chlamydiae trachomatis (CT) est l’IST la plus fréquente chez les personnes âgées de 16 à 26 ans, particulièrement chez les femmes. La plupart du temps, la contamination passe inaperçue car il y a peu de symptômes, voire pas du tout. Une à deux semaines après la contamination peuvent apparaître des brûlures, un écoulement par la verge, l’anus ou le vagin, de la fièvre, une douleur au bas-ventre ou une angine. Le dépistage consiste en un prélèvement local à l’entrée du vagin chez la femme, et en un recueil des urines ou un prélèvement à l’entrée de l’urètre chez l’homme. Il ne faut pas négliger cette infection puisque les complications sont importantes : salpingite, stérilité, grossesse extra-utérine et atteinte du nouveau-né si la mère est infectée. Le traitement antibiotique, prescrit par le médecin, dure moins d’une semaine.

Le nombre d’infections à Chlamydia a augmenté de 10% entre 2013 et 2015, dont 19% chez les hommes et 8% chez les femmes. Les plus concernées chez les femmes sont les 15-24 ans, et les 20-29 ans chez les hommes. La proportion de patients asymptomatiques était d’environ 45%.

La trichomonase

Elle se manifeste au travers d’un écoulement par la verge, l’anus ou le vagin, des brûlures et des démangeaisons une semaine après la contamination. Il n’existe pas de vaccin. Un examen gynécologique ainsi qu’un prélèvement de fluide du vagin permet d’établir le diagnostic chez la femme. Chez l’homme, des échantillons sont prélevés sur l’urètre. La prise d’antibiotiques ainsi qu’un traitement local (crèmes, ovules) peuvent traiter l’infection.

Les infections sexuellement transmissibles incurables

L’hépatite B

L’hépatite B, qui attaque le foie, se traduit par de la fatigue, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête, de la fièvre, des nausées, diarrhées, des urines plus foncées et le teint jaune. Elle apparaît deux à huit semaines après la contamination. Le diagnostic s’établit à la suite d’une prise de sang. Si elle n’est pas traitée, l’hépatite B peut entraîner une cirrhose, un cancer du foie et atteindre le nouveau-né si la mère est infectée et non traitée. Un vaccin permet de se protéger de cette infection. Il est possible de guérir sans traitement, mais l’hépatite B peut également devenir chronique, d’où l’intérêt d’[...]