Actualité
Il y a 1 mois
Rapport annuel sur les saisines données activité 2010 à 2014 - Rapport annuel sur les saisines années 2011 à 2015

Le présent rapport des saisines ATIH concerne les réponses de l’Agence aux saisines traitées à l’occasion des campagnes de contrôle 2011 à 2015 qui portent sur l’activité PMSI MCO des années 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Trois rapports avaient été précédemment produits, sous forme de rapports annuels, relatifs aux campagnes de contrôle 2008 et 2009. La compilation de plusieurs années de saisines est liée à la baisse du volume de ces saisines depuis quelques années.

ATIH
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 5 heures
Ministère de la Santé

La tuberculose (TB) est une maladie infectieuse provoquée par une mycobactérie qui se transmet par voie aérienne aussi bien aux enfants qu'aux adultes. Elle touche le plus souvent les poumons mais atteint aussi parfois d'autres organes et peut évoluer vers le décès si elle n'est pas traitée. Les politiques publiques mises en œuvre pour lutter contre la tuberculose ont fait progressivement reculer la maladie en France depuis les années 70, ainsi les Centres de Lutte contre la Tuberculose organisent-ils des dépistages pour les personnes les plus à risque. Bien que la maladie soit de moins en moins fréquente, la vigilance reste de mise au regard de la multiplication des souches bactériennes résistantes aux traitements habituellement efficaces.

L'obligation de vaccination par le BCG chez l'enfant et l'adolescent a été suspendue en 2007, au profit d'une recommandation forte de vaccination des enfants les plus exposés à la tuberculose.

Qu'est-ce que la tuberculose ?

La tuberculose (parfois notée simplement « TB ») est une maladie infectieuse due à une mycobactérie, Mycobacterium tuberculosis, (parfois appelée bacille de Koch (BK), qui atteint le plus souvent les poumons (tuberculose pulmonaire) mais qui peut atteindre d'autres organes (tuberculose extra-pulmonaire). Elle se transmet de personne à personne par voie aérienne, à partir des formes respiratoires de la maladie. C'est une maladie habituellement prolongée durant plusieurs mois. Avant les traitements modernes elle a entraîné la mort de très nombreuses personnes. Son traitement actuel, s'il est rigoureusement suivi, est très efficace.

Une particularité de cette maladie : elle existe sous deux formes très différentes : l'Infection Tuberculeuse Latente (ITL) et la tuberculose-maladie

L'infection tuberculeuse latente (ITL)
Le bacille tuberculeux, une fois dans l'organisme peut rester à l'état de repos peu actif (« dormant ») et ne provoque pas de maladie tout en restant vivant. C'est ce qu'on désigne par infection tuberculeuse latente (ITL), qui est le résultat d'un équilibre entre le système immunitaire de la personne infectée et les bactéries. La personne infectée n'est pas malade, ne présente aucun symptôme et n'est pas contagieuse, mais d'une certaine façon, elle héberge les mycobactéries. Cette infection peut durer des années ou des décennies.

La tuberculose maladie (TB maladie) ou tuberculose contagieuse
Après ce temps d'infection latente inapparente, 10% environ des personnes infectées développeront une tuberculose maladie plus ou moins rapidement durant leur vie, selon leur âge et leur état immunitaire.

La TB maladie survient plusieurs mois et jusqu'à plusieurs années après la contamination mais ce risque de développer la maladie véritable diminue avec le temps et est maximum chez les jeunes enfants : il est le plus important pendant les 2 années qui suivent l'infection : 5% des personnes infectées développent une tuberculose maladie au cours des 2 années qui suivent l'infection, les 5 autres % la développent au-delà de ces 2 années.

Le risque de développer la TB maladie après une infection concerne particulièrement les personnes dont les défenses immunitaires sont affaiblies par des facteurs comme la malnutrition, le diabète, le tabagisme, mais aussi le VIH, ou certains médicaments.

Une personne atteinte de TB maladie pulmonaire est contagieuse et peut contaminer d'autres personnes.

Quels sont les symptômes de la tuberculose maladie et comment en fait-on le diagnostic ?

Les symptômes de la tuberculose ne sont pas spécifiques : ce peut être une fièvre, un amaigrissement, des sueurs nocturnes. Elle peut donner de très nombreux signes : les plus évocateurs sont la toux prolongée.

Non traitée, la tuberculose maladie évolue, pouvant entraîner le décès. Elle guérit lorsqu'un traitement efficace (durant au minimum six mois) est correctement suivi jusqu'à son terme. Les traitements non ou mal suivis induisent l'apparition de résistances aux médicaments antituberculeux.

La TB maladie et l'ITL chez les enfants de moins de 15 ans font partie des maladies à déclaration obligatoire (DO) en France.

Le diagnostic de la tuberculose est assuré par des examens qui mettent en évidence le germe responsable sur des prélèvements (par examen microscopique, culture ou test d'amplification génique). D'autres examens comme les Radios et scanners recherchent les lésions entraînées par la maladie. Comme il existe de nombreuses localisations possibles d'autres tests d'imagerie ou de biopsie sont parfois nécessaires.

Le dépistage de la tuberculose-maladie (chez des personnes qui n'ont pas de symptôme ou ne s'en sont pas rendu compte) repose sur certains tests et examens : examen clinique, radio pulmonaire, examen bactériologique des expectorations (crachats) et/ou tests d'amplification génique.

Comment se transmet la tuberculose-maladie ?

Mycobacterium tuberculosis se transmet par les micro-sécrétions mises en suspension dans l'air par une personne malade de tuberculose, notamment lorsqu'elle tousse, parle, chante ou éternue.

Seules les formes respiratoires (pulmonaire, bronchique, laryngé) de la TB maladie sont contagieuses. Les localisations uniquement extra-respiratoires ne sont pas contagieuses. L'infection latente (ITL) n'est pas contagieuse.

La tuberculose est moins contagieuse que des maladies comme la grippe ou la rougeole : la transmission nécessite habituellement des contacts prolongés rapprochés (en milieu confiné), par exemple lorsqu'on vit dans le même logement que la personne contagieuse ou que l'on voyage ensemble dans un véhicule. Elle dépend aussi du degré de contagiosité de la personne malade ainsi que de la durée des contacts (au minimum plusieurs heures de contact sont habituellement nécessaires).

Toutes les personnes en contact avec un cas de tuberculose ne seront donc pas systématiquement infectées, ni, encore moins, malades. Les jeunes enfants et les immunodéprimés y sont cependant particulièrement vulnérables.

Comment dépister et prendre en charge l'infection tuberculeuse latente ?

L'infection tuberculeuse latente ne produit pas de signe ; son dépistage repose sur deux types de tests évaluant la présence d'une empreinte immunitaire :

L'intradermoréaction à la tuberculine (IDR)
C'est est un test qui consiste à injecter une goutte de liquide contenant l'antigène mycobactérien (tuberculine) dans le derme (face antérieure de l'avant-bras). La réaction inflammatoire obtenue (lue 72 heures après) détermine si le sujet a été antérieurement en contact avec le bacille (ou le vaccin), selon le diamètre [...]

Actualité
Il y a 9 heures
JIM

L'infertilité, définie comme l'absence de grossesse après une année de rapports sexuels non protégés, affecte environ un couple sur six. L'hystérographie est un des éléments-clés du bilan. Une augmentation du taux de grossesse chez les femmes infertiles a été constatée après une hystérosalpingographie mais on ignore si le type de produit de contraste utili[...]

Actualité
Il y a 2 jours
JIM

Paris, le samedi 20 mai 2017 – La dénonciation des dysfonctionnements, voire d’une certaine incurie, des administrations est récurrente en France. Si le trait est parfois forcé, de nombreux rapports officiels ont effectivement épinglé un manque de visibilité évident pour les usagers, la longueur et l’opacité de certaines procédures, voire dans certains[...]

Actualité
Il y a 3 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

En 1971, 1978, 1998 et 2010, quatre rapports de scientifiques concluent à la moindre dangerosité du cannabis par rapport aux autres drogues, licites et illicites… Extrait du magazine "Un Œil sur la planète" du 18 mai.


Actualité
Il y a 3 jours
Réseau CHU

Dans le cadre du programme Interreg France-Suisse 2014 – 2020, le CHU de Besançon s’associe à l’institut FEMTO-ST*, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), l’Université de Bourgogne Franche-Comté (UBFC), ainsi qu’aux sociétés IDO-In et CFI, pour un projet européen visant à améliorer, par méthode informatique, l’analyse de l’imagerie médicale dans le traitement des tumeurs rénales chez l’enfant. Le néphroblastome, ou tumeur de Wilms, est une tumeur maligne du rein. Il s’agit d’une des tumeurs abdominales les plus fréquentes chez l'enfant. Elle représente entre 5 et 14 % des tumeurs malignes pédiatriques et survient dans la majorité des cas chez des enfants âgés de 1 à 6 ans. Cette tumeur, plutôt de bon pronostic, est traitée par chimiothérapie et chirurgie. Dans la plupart des cas, la SIOP (Société Internationale d 'Oncologie Pédiatrique) recommande la réalisation d 'une néphrectomie totale élargie, enlevant ainsi la totalité du rein ainsi que la tumeur. Cependant, certains patients peuvent bénéficier d'une chirurgie conservatrice, permettant ainsi de réséquer la tumeur tout en conservant le parenchyme rénal sain. La planification pré-opératoire de l’acte chirurgical à réaliser est une étape essentielle qui permet notamment de mesurer l’étendue de la tumeur, de préciser sa localisation ainsi que ses rapports avec les structures anatomiques voisines. L'analyse pré-opératoire des images scanographiques du patient permet donc de confirmer la faisabilité de l’intervention et de la préparer au mieux en anticipant les potentielles complications opératoires. Pour une préparation optimale, l’idéal serait, pour le chirurgien, de pouvoir disposer d’un modèle 3D, réplique exacte du rein tumoral de son patient. Cel[...]

Actualité
Il y a 4 jours
Moteurline

Sous la direction de Juliette Méadel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Aide aux victimes. Mai 2017.

Sous la direction de la Secrétaire d'Etat chargée de l'aide aux victimes, ce livre blanc est le fruit du travail de chercheurs, spécialistes et acteurs de terrain. Ces derniers se sont penchés sur la politique d'aide aux victimes d'attentats, d'événements traumatiques, de catastrophes naturelles ou encore d'accidents collectifs. Les auteurs passent en revue les questions liées à cette politique publique : statuts et expériences des victimes, place des victimes dans les médias, prise en charge psychologique, réparation du préjudice subi et indemnisation des vict[...]