Actualité
Il y a 2 mois
REACH : la mise en œuvre décevante d'un règlement exemplaire

Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d'impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la protection des personnes et de l'environnement. Pour les associations de protection de l'environnement, il est urgent de renforcer sa mise en œuvre et d'étendre son champ d'action pour atteindre les objectifs de cette législation phare.

La réglementation REACH a marqué une étape forte dans la législation européenne, allant significativement plus loin que d'autres législations, et intégrant de nouveaux principes révolutionnaires tels que les principes « pas de données, pas de marché » et celui de substitution, en s'appuyant sur le principe de précaution et en renversant la charge de la preuve. Il est devenu un modèle mondial [1], et même les entreprises reconnaissent qu'il les a aidées dans l'amélioration de leur communication sur les dangers [2], et à renforcer leur proactivité sur la gestion des substances chimiques.

Malheureusement, les principes fondamentaux de REACH ne sont pas appliqués. Le processus en lui-même est excessivement lent : alors que le livre Blanc de l'Union européenne de 2001 recensait 1400 substances qui devraient être progressivement remplacées, seules 31 sont aujourd'hui inscrites sur la liste d'autorisation. Par ailleurs, l'Agence Européenne des Substances Chimiques (ECHA) fournit des numéros d'enregistrements – et ce faisant donne accès au marché – à tous les dossiers d'enregistrements, par défaut, même aux dossiers incomplets, inadéquats ou non pertinents, alors que le pourcentage de dossiers d'enregistrement non conformes est resté supérieur à 50% au cours des 5 dernières années [3].

La charge de la preuve, quant à elle, n'a pas été transférée aux industries. Les informations très médiocres fournies par les entreprises dans les dossiers d'enregistrement imposent aux autorités des États membres et aux comités de l'ECHA de chercher et de compléter les informations nécessaires à la gestion des risques.

Alors que le principe de précaution constitue l'un des fondements du règlement, il n'est pas appliqué dans les décisions de restriction ou d'octroi d'autorisations. En accordant les autorisations aux demandeurs qui sollicitent le maintien d'utilisation de substances extrêmement préoccupantes, alors que des alternatives sont disponibles, la Commission porte atteinte aux objectifs du Règlement, entrave l'innovation et pénalise les entreprises qui ont créé des alternatives plus sures.

Par la voix du Bureau Européen de l'Environnement, les associations de protection de l'environnement demandent un engagement politique fort pour renforcer la mise en œuvre du Règlement, et lui permettre d'atteindre l'entièreté de son potentiel de protection de la santé et de l'environnement. Il sera ainsi nécessaire :
- d'intégrer les nouvelles connaissances scientifiques sur les produits chimiques (nanomatériaux, perturbateurs endocriniens, neurotoxicité, effets métaboliques, etc.) et les mélanges ;
- d'élargir le champs d'action de[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les capacités particulières de la moule ont inspiré la création d’une «colle», qui servirait lors d‘interventions sur le fœtus.


Actualité
Il y a 1 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 1 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
E-santé
Il y a 1 heures
Sante cool

Cet article La mission d’un psychiatre, n’est pas de collaborer avec la police est apparu en premier sur Santecool.

Il n’est pas question d’instaurer de nouvelles dérogations au secret médical », affirme le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie, en réponse à la proposition du ministre de l’Intérieur de mobiliser les psychiatres face au terrorisme. A lire dans La Croix. « Il est clair que le secret médical c’est quelque chose de […]

Cet article La mission d’un psychiatre, n’est pas de collaborer avec la police est apparu en premier sur Santecool.

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Un tiers des fichés pour radicalisation présentent des troubles psychologiques. Entre fanatisme et folie, comment savoir s'ils relèvent de la police ou de la psychiatrie.


Actualité
Il y a 1 heures
Ministère de la Santé

La prochaine réunion de la Commission permanente aura lieu le :

jeudi 14 septembre 2017, à partir de 14 h 00.

Sont inscrits au projet d'ordre du jour les points suivants :

  • adoption du projet de compte-rendu de la réunion de la CP du 11.07.17 ;
  • point sur la préparation de la nouvelle mandature de la CNS ;

etc.


Mesdames et Messieurs les membres :

pour en savoir plus, lire le message d'invitation du 07.08.17 et, d[...]