Actualité
Il y a 8 jours
REACH : la mise en œuvre décevante d'un règlement exemplaire

Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d'impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la protection des personnes et de l'environnement. Pour les associations de protection de l'environnement, il est urgent de renforcer sa mise en œuvre et d'étendre son champ d'action pour atteindre les objectifs de cette législation phare.

La réglementation REACH a marqué une étape forte dans la législation européenne, allant significativement plus loin que d'autres législations, et intégrant de nouveaux principes révolutionnaires tels que les principes « pas de données, pas de marché » et celui de substitution, en s'appuyant sur le principe de précaution et en renversant la charge de la preuve. Il est devenu un modèle mondial [1], et même les entreprises reconnaissent qu'il les a aidées dans l'amélioration de leur communication sur les dangers [2], et à renforcer leur proactivité sur la gestion des substances chimiques.

Malheureusement, les principes fondamentaux de REACH ne sont pas appliqués. Le processus en lui-même est excessivement lent : alors que le livre Blanc de l'Union européenne de 2001 recensait 1400 substances qui devraient être progressivement remplacées, seules 31 sont aujourd'hui inscrites sur la liste d'autorisation. Par ailleurs, l'Agence Européenne des Substances Chimiques (ECHA) fournit des numéros d'enregistrements – et ce faisant donne accès au marché – à tous les dossiers d'enregistrements, par défaut, même aux dossiers incomplets, inadéquats ou non pertinents, alors que le pourcentage de dossiers d'enregistrement non conformes est resté supérieur à 50% au cours des 5 dernières années [3].

La charge de la preuve, quant à elle, n'a pas été transférée aux industries. Les informations très médiocres fournies par les entreprises dans les dossiers d'enregistrement imposent aux autorités des États membres et aux comités de l'ECHA de chercher et de compléter les informations nécessaires à la gestion des risques.

Alors que le principe de précaution constitue l'un des fondements du règlement, il n'est pas appliqué dans les décisions de restriction ou d'octroi d'autorisations. En accordant les autorisations aux demandeurs qui sollicitent le maintien d'utilisation de substances extrêmement préoccupantes, alors que des alternatives sont disponibles, la Commission porte atteinte aux objectifs du Règlement, entrave l'innovation et pénalise les entreprises qui ont créé des alternatives plus sures.

Par la voix du Bureau Européen de l'Environnement, les associations de protection de l'environnement demandent un engagement politique fort pour renforcer la mise en œuvre du Règlement, et lui permettre d'atteindre l'entièreté de son potentiel de protection de la santé et de l'environnement. Il sera ainsi nécessaire :
- d'intégrer les nouvelles connaissances scientifiques sur les produits chimiques (nanomatériaux, perturbateurs endocriniens, neurotoxicité, effets métaboliques, etc.) et les mélanges ;
- d'élargir le champs d'action de[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 13 minutes
VNI

Le Journal officiel du 27 juin annonce le décret Blanquer sur les rythmes scolaires. Quatre ans après le décret Peillon, il permet de revenir à la semaine de quatre jours.

Actualité
Il y a 23 minutes
ADES CRNS

Une conférence participative co-organisée avec la Cimade sur le thème du « parcours des personnes étrangères en France : préjugés et réalité », aura lieu au Musée d'Aquitaine le 29 juin de 18h à 19h40.

Vous y êtes toutes et tous cordialement invités. L'entrée est libre et gratuite.

Affiche
Actualité
Il y a 37 minutes
HAS

Progrès thérapeutique mineur dans le purpura thrombopénique auto-immun chronique en échec aux traitements habituels, chez l’adulte non splénectomisé sans contre-indication à la chirurgie

Actualité
Il y a 37 minutes
HAS

Progrès thérapeutique mineur dans le purpura thrombopénique auto-immun chronique en échec aux traitements habituels, chez l’adulte non splénectomisé sans contre-indication à la chirurgie Progrès thérapeutique modéré dans le purpura thrombopéniqu[...]

Actualité
Il y a 37 minutes
HAS

Pas d’avantage clinique démontré dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique en monothérapie, du lymphome non-hodgkinien indolent et du myélome multiple

Actualité
LES 30 ANS D’AMADYS – 4 septembre 2017
Il y a 37 minutes
Alliance Maladies Rares

INSCRIPTIONS, PROGRAMME ET INFORMATIONS

Inscriptions souhaitées avant le 4 septembre 2017

Lieu : Salle de la Ficelle, 65 Boulevard des Canuts, 69004 Lyon

UN COLLOQUE EXCEPTIONNEL

Sur un fil conducteur : Passé – Présent – Futur, Des intervenants stars, et l’exposé d’un nouveau sujet pour Amadys : La dystonie primaire de l’enfant

UNE JOURNÉE FESTIVE, DES SURPRISES

DES ATELIERS

Des ateliers que vous avez toujours souhaités, des intervenants de qualité
Venez vous initier, apprendre, découvrir !

C’est votre anniversaire !

Les administrateurs présents et anciens, les délégués, le Comité Scientifique, les partenaires et sponsors d’Amadys vous proposent cette formidable journée :

Télécharger le programme :

Inscriptions : https://docs.google.com/forms/d/1O2JNrt5t14ARy5VdFmoFN3DuRbqsp76hJOvOkqM1I4Q/viewform?edit_requested=true

En savoir plus : https://amadys.fr/agenda/amadys-30-ans-journee-colloque-festive/

Cet article LES 30 ANS D’AMADYS – 4 septembre 2017 est apparu en premier sur Alliance Maladies Rares.