Actualité
Il y a 1 mois
REACH : la mise en œuvre décevante d'un règlement exemplaire

Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d'impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la protection des personnes et de l'environnement. Pour les associations de protection de l'environnement, il est urgent de renforcer sa mise en œuvre et d'étendre son champ d'action pour atteindre les objectifs de cette législation phare.

La réglementation REACH a marqué une étape forte dans la législation européenne, allant significativement plus loin que d'autres législations, et intégrant de nouveaux principes révolutionnaires tels que les principes « pas de données, pas de marché » et celui de substitution, en s'appuyant sur le principe de précaution et en renversant la charge de la preuve. Il est devenu un modèle mondial [1], et même les entreprises reconnaissent qu'il les a aidées dans l'amélioration de leur communication sur les dangers [2], et à renforcer leur proactivité sur la gestion des substances chimiques.

Malheureusement, les principes fondamentaux de REACH ne sont pas appliqués. Le processus en lui-même est excessivement lent : alors que le livre Blanc de l'Union européenne de 2001 recensait 1400 substances qui devraient être progressivement remplacées, seules 31 sont aujourd'hui inscrites sur la liste d'autorisation. Par ailleurs, l'Agence Européenne des Substances Chimiques (ECHA) fournit des numéros d'enregistrements – et ce faisant donne accès au marché – à tous les dossiers d'enregistrements, par défaut, même aux dossiers incomplets, inadéquats ou non pertinents, alors que le pourcentage de dossiers d'enregistrement non conformes est resté supérieur à 50% au cours des 5 dernières années [3].

La charge de la preuve, quant à elle, n'a pas été transférée aux industries. Les informations très médiocres fournies par les entreprises dans les dossiers d'enregistrement imposent aux autorités des États membres et aux comités de l'ECHA de chercher et de compléter les informations nécessaires à la gestion des risques.

Alors que le principe de précaution constitue l'un des fondements du règlement, il n'est pas appliqué dans les décisions de restriction ou d'octroi d'autorisations. En accordant les autorisations aux demandeurs qui sollicitent le maintien d'utilisation de substances extrêmement préoccupantes, alors que des alternatives sont disponibles, la Commission porte atteinte aux objectifs du Règlement, entrave l'innovation et pénalise les entreprises qui ont créé des alternatives plus sures.

Par la voix du Bureau Européen de l'Environnement, les associations de protection de l'environnement demandent un engagement politique fort pour renforcer la mise en œuvre du Règlement, et lui permettre d'atteindre l'entièreté de son potentiel de protection de la santé et de l'environnement. Il sera ainsi nécessaire :
- d'intégrer les nouvelles connaissances scientifiques sur les produits chimiques (nanomatériaux, perturbateurs endocriniens, neurotoxicité, effets métaboliques, etc.) et le[...]

Santé Environnement
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 4 minutes
EMA Europe
Actualité
Il y a 7 minutes
CHU Rouen

Introduction : La prévalence de la BPCO est en augmentation et reste sous diagnostiquée. Un dépistage précoce permettrait une meilleure prise en charge. Ce dépistage peut être assuré de façon simple par mini-spirométrie. La population carcérale comporte une proportion importante de fumeurs. L'objectif de cette étude est de mesurer la prévalence de la BPCO dans une population de patients détenus hospitalisés à l'UHSI de Toulouse [...]

Actualité
Il y a 7 minutes
CHU Rouen

Introduction : La population française est la plus inquiète au monde concernant la sécurité vaccinale. Les inquiétudes peuvent être regroupées en 4 familles ; intégrité des politiques vaccinales, théorie du complot, doutes concernant l'efficacité, et la dangerosité des vaccins. Nous avons réalisé la première étude évaluant et comparant les inquiétudes des médecins généralistes (MG) et des patients, et avons o[...]

Actualité
Il y a 7 minutes
CHU Rouen

On dénombre en France prés de 80 millions d'actes médicaux par an et 3,6 milliards d'actes d'imagerie irradiants par an dans le monde soit une multiplication par deux en 20 ans. En France, depuis l'arrêté de septembre 2006, le médecin radiologue doit faire figurer les informations dosimétriques dans le compte rendu d'acte ionisant. L'objectif principal de ce travail est la création d'un carnet dosimétriqu[...]

Actualité
Il y a 20 minutes
CHU Rouen

Introdution : Notre travail consiste à évaluer la mise en place expérimentale par le département universitaire de médecine générale de Toulouse d'une formation validante de 40 heures d'éducation thérapeutique du patient (ETP) telle que définie par le décret du 2 Août 2010 à huit internes SASPAS, à travers leur vécu. L'objectif est de proposer des pistes d'amélioration pour le[...]

Actualité
Il y a 20 minutes
CHU Rouen

Contexte : complications fréquentes et potentiellement graves, les pathologies vasculaires de grossesse sont souvent mal comprises par les patientes. Une démarche d'éducation thérapeutique peut-elle être proposée dans ce contexte ? Objectifs : recenser les besoins des patientes dans une démarche éducative et les structurer. Rechercher des outils existants spécifiques, ou utilisés dans des pathologies proches, en évoquant [...]