Actualité
Il y a 3 mois
Réduire la douleur de l'enfant grâce à la réalité augmentée

Pour réduire les douleurs induites par les soins des jeunes patients paralysés cérébraux, deux centres de la Croix-Rouge française ont mis en place un dispositif digital avec réalité augmentée. Le projet Mini-Docs devrait ainsi améliorer la prise en charge de ces enfants. Explications.

Patient jouant avec une tablette tactile

Le projet Mini-Docs utilise la réalité augmentée pour distraire les enfants durant les soins et ainsi réduire leur douleur.

Le Centre Médico-Chirurgical de Réadaptation des Massues (Lyon) et le Centre de Médecine Physique et de Réadaptation pour Enfants (Bois-Larris) ont mis en place un dispositif innovant dans la prise en charge de la douleur induite par les soins auprès de jeunes patients paralysés cérébraux âgés de 3 à 8 ans. Mené par la Croix-Rouge française, le projet de recherche Mini-Docs utilise la réalité augmentée pour distraire l'enfant durant les soins.

Rendre les soins ludiques

Concrètement, l'application Mini-Docs est installée sur une tablette tactile ce qui permet à l'enfant de visualiser l'espace de soin et de jouer à différents mini-jeux. Il peut par exemple faire rouler un camion de pompier et créer un jet d'eau avec lequel il peut arroser virtuellement le médecin, le plaçant ainsi dans une position d'égalité face aux personnes présentes. Dans un autre jeu, l'enfant peut manipuler un papillon et explorer la salle de soin. Le troisième jeu offre la possibilité à l'enfant de cacher certains éléments de l'environnement en créant des nuages. L'enfant peut ainsi incruster de façon réaliste des objets virtuels dans les images réelles du soin.

« Notre équipe prend en charge des enfants paralysés cérébraux nécessitant des injections de toxine, et est de fait confrontée à deux réalités : les injections de toxine botulinique sont potentiellement douloureuses et répétées pendant la croissance, explique le docteur Emmanuelle Chaleat-Valayer, médecin rééducateur, chef de service hôpital de jour en Médecine Physique et de Réadaptation au CMCR des Massues. Ce traitement et la prise en charge globale associée (rééducation, appareillages, évaluations) sollicite et impacte durement les stratégies de faire face des enfants et des parents, qui sont déjà fortement bouleversés par l'histoire néonatale et le handicap. Les approches non-pharmacologiques, de la distractabilité à l'hypnose, permettent d'agir sur les composantes psychoaffectives et cognitivo-comportementales de la douleur et font partie de notre arsenal thérapeutique en routine clinique ».

Ces nouvelles technologies ont été pressenties comme [...]

Infirmiers
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin

Un anticorps dirigé contre le virus de la dengue s'est révélé également efficace pour protéger adultes et fœtus contre l'infection par le virus Zika, selon les résultats de travaux menés chez la souris, publiés dans

Actualité
Il y a 2 heures
sante-medecine-RFI

Lutter contre les déserts médicaux ou encore l’absentéisme font partie des objectifs principaux de la e-cabine ou cabine de télémédecine. En France, la première a vu le jour, il y a 3 ans dans une résidence de séniors en Bourgogne. Depuis, les commandes et [...]

Actualité
Il y a 2 heures
sante-medecine-RFI

Lutter contre les déserts médicaux ou encore l’absentéisme font partie des objectifs principaux de la e-cabine ou cabine de télémédecine. En France, la première a vu le jour, il y a 3 ans dans une résidence de séniors en Bourgogne. Depuis, les commandes et [...]

Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

SCIENCES - Des chercheurs français ont testé une technique prometteuse de stimulation nerveuse...


Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]