Actualité
Il y a 1 mois
« Réussir un projet de construction se fera d’autant plus facilement qu’on aura analysé les attentes des usagers » Magali Rineau, MRI Fontenay-sous-Bois

Vous avez contribué au guide de l’ANAP sur les repères organisationnels et de dimensionnement en surface en EHPAD. Pourquoi avoir apporté cette contribution ?

Ma participation dans le projet a consisté à témoigner et apporter un retour d’expérience acquise durant 7 ans dans l’accompagnement de travaux et de mise en service de sites parallèlement à l’écriture et à l’évolution du projet d’établissement.

Selon vous, qu’apportent concrètement ces repères et ces retours d’expérience aux gestionnaires d’EHPAD et aux autres acteurs du système ?

Ces repères organisationnels et de dimensionnement sont d’un apport précieux dans la mesure où il s’agit non seulement de préconisations architecturales, mais surtout d’un regard croisé entre des bonnes pratiques architecturales et les questionnements que tout gestionnaire d’EHPAD doit avoir face à l’exploitation d’un établissement : principaux objectifs poursuivis, publics accueillis, conciliation du projet de vie et du projet de soin, ouverture sur l’extérieur, moyens disponibles, ratios en personnels et continuité de service.

Selon vous, comment doivent s’articuler le projet immobilier et le projet d’établissement ?

Le projet immobilier doit servir le projet d’établissement avec la principale difficulté d’une temporalité différente pour les deux. Le projet d’établissement a vocation à être établi pour des périodes de 5 à 10 ans, en tenant compte des évolutions des besoins, des changements de réglementation. Aujourd’hui, ces changements créent une instabilité sur l’organisation de l’offre sanitaire et médicosociale à l’échelle d’une région avec la mise en place des GHT, sur la visibilité budgétaire avec la réforme de la tarification des EHPAD et la mise en place concomitante des CPOM et de l’EPRD.

A contrario, les différentes phases d’un projet immobilier vont faire que l’équipement sera réceptionné la plupart du temps 3 à 5 ans après l’origine du projet. Cette construction doit avoir une durée de vie[...]

ANAP
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 8 minutes
Santé mentale

Le patient peut aujourd’hui échanger sur des forums Internet avec d’autres patients touchés par la même maladie. Il peut mesurer lui-même sa glycémie ou sa température et transmettre ses analyses......

Actualité
Il y a 26 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Presse médicale
Il y a 38 minutes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

Les progrès du numérique vont-ils laisser une place à l’humain dans la santé ? Vaste question, abordée mercredi dernier à l’occasion de la Paris Healthcare Week. Entre super-héros, science-fiction et simulation, l’éthicien Axel Kahn a tenté d’es[...]

Actualité
Il y a 38 minutes
Institut de veille sanitaire

Sommaire

  • Les accidents de la vie courante en lien avec la consommation d’alcool à l’île de la Réunion, 2004-2014
  • Recrudescence de passages liés à la consommation de cannabinoïdes de synthèse « la chimique » dans le service d’urgences du centre hospitalier de Mayotte, 2012-2016
  • Epidémie saisonnière de grippe avec un nombre important de cas graves en réanimation à La Réunion en 2016
  • Surveillance épidémiologique des 9èmes Jeux des Iles de l’Océan Indien, 31 juillet au 9 août 2015, La Réunion
Actualité
Il y a 38 minutes
Institut de veille sanitaire

Sommaire

  • Les accidents de la vie courante en lien avec la consommation d’alcool à l’île de la Réunion, 2004-2014
  • Recrudescence de passages liés à la consommation de cannabinoïdes de synthèse « la chimique » dans le service d’urgences du centre hospitalier de Mayotte, 2012-2016
  • Epidémie saisonnière de grippe avec un nombre important de cas graves en réanimation à La Réunion en 2016
  • Surveillance épidémiologique des 9èmes Jeux des Iles de l’Océan Indien, 31 juillet au 9 août 2015, La Réunion
Actualité
Il y a 41 minutes
Santé mentale

Cinq ministères (Affaires sociales et santé ; Justice ; Logement et habitat durable ; Enseignement supérieur et recherche ; Commerce, artisanat, consommation et économie solidaire) ont signé un protocole......