Actualité
Il y a 5 jours
S aureus, toujours le principal responsable des arthrites septiques de l’enfant

Les ostéomyélites (OST) et arthrites septiques (AS) hématogènes sont parmi les plus communes des infections bactériennes de l’enfance. Les arthrites septiques, en particulier associées à une ostéomyélite, comportent un risque de séquelles articulaires, de nécrose osseuse et de troubles de la croissance. Les germes sont les Staphylococcus aureus, résistants[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Yémen : l'Unicef anticipe 100.000 nouveaux cas de choléra d'ici fin aoûtL'épidémie de choléra au Yémen, qui a déjà fait près de 1.300 morts, pourrait atteindre le seuil des 300.000 cas à la fin août, a averti ce 23 juin le Fonds des Nations unies pour l'enfance.


Actualité
Il y a 2 jours
CHU de Toulouse

L'asthme est une maladie fréquente qui touche plus de 4 millions de personnes en France. Ses premières manifestations surviennent souvent dans l'enfance. Mais, l'asthme peut aussi débuter à l'âge adulte, tout particulièrement autour de la cinquantaine.

La prévalence de l'asthme en France est de 5-7% chez l'adulte. Cette prévalence a doublé au cours des vingt dernières années avec cependant une tendance à se stabiliser actuellement, au moins dans les pays développés.

La mortalité par asthme en France est en diminution, un peu plus de 1000 décès par an actuellement, contre plus de 2000 décès par an dans les années 1990-1995.

La morbidité est en augmentation régulière et une étude effectu[...]

Actualité
Il y a 2 jours
Infirmiers

Chaque année, le 22 juin est l'occasion de réfléchir sur le don d'organes et la greffe, et de remercier les donneurs qui permettent à plusieurs milliers de personnes de continuer à vivre et parfois même, d'accomplir des exploits qui leur étaient jusqu'alors inimaginables.

coeur fait avec deux main

Le don d'organes et de tissus permet, chaque année, de sauver plusieurs vies et de permettre à de nombreuses personnes de retrouver une meilleure qualité de vie.

Courir un marathon, avoir un enfant, effectuer des rallyes aériens, recouvrer la vue… Grâce à leurs donneurs, des milliers de personnes peuvent, chaque année, reprendre une vie presque normale et parfois même réaliser des prouesses qui leur étaient jusque là impossibles. La journée nationale de réflexion sur le don d'organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs, qui se déroule chaque année le 22 juin, est donc l'occasion de rappeler l'importance de ce geste qui permet d'éviter de nombreux décès, mais aussi d'offrir de nouvelles vies.

(re)Vivre après une greffe

5h15. C'est le temps qu'il a fallu à Jonathan Drutel pour terminer le marathon de Paris en 2017. Atteint d'une mucoviscidose détectée dès sa naissance, puis d'un diabète, il ne cesse, depuis 2009, année de sa double greffe coeur/poumons, de se lancer des défis sportifs. L'année dernière, j'ai fait le mont Ventoux à vélo. C'est une épreuve sportive très cardio et je ne pensais pas pouvoir réussir un effort si intense. Un ami m'avait ensuite lancé le défi du marathon de Paris. Je n'étais pas coureur, je m'y suis mis en courant entre cinq et dix kilomètres par jour, raconte-t-il. Bien sûr, il lui a fallu plusieurs mois de préparation, avec l'aval de son médecin, mais à force de détermination, Jonathan a démontré que sa greffe ne l'empêche pas d'accomplir des exploits sportifs, bien au contraire.

Le don d'organes, c'est une grande espérance pour des milliers de malades en attente d'une meilleure vie ou d'une vie tout court

Avant qu'elle ne soit greffée, il était impossible pour Catherine d'avoir un enfant. J'avais trop d'albumine dans le sang, explique-t-elle. C'est d'ailleurs ce qui a alerté les médecins lors d'une visite médicale quand j'avais 14 ans. Une biopsie rénale a permis de détecter la maladie de Berger, une maladie rénale auto-immune. Les deux reins de Catherine cessent finalement de fonctionner, et à 28 ans, elle supporte mal les dialyses. Le calvaire n'aura duré que six mois. Elle reçoit une greffe et, sur le conseil de ses médecins, attend un an, et pas un jour de plus pour envisager une grossesse qui n'était néanmoins pas sans risque. À six mois de grossesse, elle perd les eaux. Ma fille a été une grande prématurée, mais elle n'a pas eu de séquelle. Aujourd'hui, elle va bien, mon rein va bien. On profite de ce que la vie nous a offerts. En effet, grâce à un seul donneur, une vie a été transformée, une autre a été donnée.

Quel bonheur. Quelle chance qu'une famille ait dit oui pour me permettre de vivre mieux…

Cindy a pu recouvrer la vue grâce à une greffe. Souffrant d'une dystrophie cornéenne, une maladie héréditaire qui provoque des opacifications sur toute la partie de la cornée, détectée à l'âge de 16 ans, elle perd progressivement la vue. À 21 ans, une greffe de cornée des deux yeux s'impose. Perdre la vision à 21 ans est quelque chose de très difficile, témoigne-t-elle. On ne parle pas assez des greffes de tissus, aussi importantes que les organes. Aujourd'hui, je vois la vie à travers cette magnifique personne qui m'a offert le plus beau cadeau du monde. J'ai repris espoir, je crois à un futur meilleur, et je souhaite faire vivre à mon donneur, ainsi qu'à ses proches, le bonheur qui me pénètre chaque jour.

De son côté, Delphine Blanchard est en attente d'une troisième greffe. Malade des reins depuis son enfance, elle début les dialyses à l'âge de 17 ans, en 1994. J'ai su très jeune que je devrais aller en dialyse, quand mes reins ne pourraient plus effectuer une épuration suffisante pour rester en forme, explique-t-elle. Ce fut un sacré chamboulement. Mais j'ai eu la chance d'être prise en charge dans un centre de dialyse pédiatrique où il fait bon vivre. Sur liste prioritaire, elle est appelée à l'âge de 18 ans pour sa première greffe. Quel bonheur. Quelle chance qu'une famille ait dit oui pour me permettre de vivre mieux… Malheureusement, cette greffe ne fonctionnera pas très bien et je retourne en dialyse en février 1996. C'est rare qu'une greffe ne fonctionne pas, mais ça arrive. Pour Delphine, le choc est rude, mais elle rebondit et reprend les dialyses chez les adultes. En décembre 2005, elle reçoit une greffe pour la seconde fois. Je savoure la chance que j'ai de pouvoir vivre ces moments intenses d'espérance grâce à la générosité d'un donneur. Tous les espoirs sont possibles grâce à la greffe. Pendant trois ans, je vis intensément chaque seconde de ma vie. Je redécouvre tout. Tout est nouveau et savoureux, se remémore-t-elle. Je peux voyager, partir en vacances sans devoir programmer de dialyses, partir en long week-end. Je m'engage dans l'associatif pour aider mes compagnons d'infortune encore en dialyse, en attente de greffe ou greffés. Je pense chaque jour à mon donneur et à sa famille. Mais en 2008, à la suite d'une infection urinaire qui atteint son rein greffé, elle doit retourner en dialyse… Depuis, elle attend sa troisième greffe. Le don d'organes, c'est une grande espérance pour des milliers de malades en attente d'une meilleure vie ou d'une vie tout court. J'ai la chance d'avoir les dialyses pour survivre, mais je pense souvent aux malades en attente de greffe de coeur, de poumons, de foie… Eux n'ont pas cette chance. Mais il faut toujours garder espoir. Il y a toujours des jours meilleurs grâce aux donneurs, conclut-elle.

Aujourd'hui, je vois la vie à travers cette magnifique personne qui m'a offert le plus beau cadeau du monde.

Plusieurs milliers de personnes en attente de greffe chaque année

  • Evolution du nombre d'inscrits en liste d'attente de 2011 à 2016
  • Malades ayant eu besoin d'une greffe

Le don en pratique

Pour donner de son vivant, les conditions médicales à remplir sont très strictes. Un bilan médical complet (examens cliniqu[...]

Actualité
Il y a 4 jours
Infirmiers

Retrouvez toutes les informations utiles et pratiques concernant le métier d'infirmier scolaire. Du recrutement à l'évolution de carrière, nous vous proposons de découvrir l'exercice de la profession d'infirmier dans ce domaine, tout en vous donnant la possibilité de vous exprimer sur le forum et de rechercher un emploi dans en santé scolaire, grâce au site www.emploisoignant.com.

Inscription au concours de recrutement

L'infirmière scolaire : concours, carrière, missions et fonctionsConcours unique sur titre d'infirmier(e)s du ministère de l'Education nationale

Condition d'accès (articles 5 et 5 bis de la loi n°83-634 du 13 juillet 83 modifiée, article 19 et suivants de la loi n°84 du 11 janvier 1984 modifiée et décret n°94-1020 du 23 novembre 1994 modifié).

Pour être autorisé à se présenter au concours, les candidats qui peuvent être ressortissants d'un État membre de l'Union Européenne ou d'un autre État partie à l'accord sur l'espace économique européen doivent remplir les conditions générales fixées par la loi n°83-634 du 13 juillet 1983 modifiée portant droits et obligation des fonctionnaires, c'est à dire :

  • posséder la nationalité française ou la nationalité de l'État dont ils sont ressortissants;
  • jouir de leurs droits civiques;
  • ne pas avoir au bulletin n°2 de leur casier judiciaire (ou autre support selon l'Etat) de mention incompatible avec l'exercice des fonctions;
  • se trouver en position régulière au regard du code du service national de l'Etat dont ils relèvent;
  • remplir les conditions d'aptitude physique pour l'exercice de leur fonction;
  • Aucune limite d'âge n'est opposable

Etre titulaire au moment des épreuves soit :

  • du diplôme d'État d'infirmier(e) ou autre diplômes, certificats ou titres mentionnés à l'article L.474-1 du code de la santé publique;
  • du diplôme d'État d'infirmier(e) de secteur psychiatrique;
  • Aucune dérogation aux conditions énoncées ci-dessus n'est accordée.
  • de l'autorisation d'exercer définitivement la profession d'infirmier(e) sans limitation ou uniquement dans les services des administrations de l'État.

L'Arrêté du 23 octobre 2012 fixe les règles d'organisation générale, la nature et le programme des épreuves du concours de recrutement des infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur (texte 4).

Les candidats doivent constituer un dossier, déposé lors de la confirmation d'inscription comportant obligatoirement :

  • une copie des titres et diplômes acquis ;
  • l'attestation d'inscription au conseil de l'ordre infirmier ;
  • un CV détaillé indiquant les formations suivies, les emplois occupés, les stages effectués, et le cas échéant, la nature des activités et travaux qu'ils ont réalisés ou auxquels ils ont pris part.

L'Arrêté du 28 décembre 2012 fixe les conditions d'organisation du concours ainsi que la composition et le fonctionnement du jury pour le recrutement des infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur (texte 7).

Épreuve écrite d'admissibilité (durée 3 heures- coefficient 1)

Elle consiste en l'apport de réponses à une ou plusieurs questions concernant la profession d'infirmier(e). Ces questions portent sur les matières figurant au programme fixé pour l'obtention du DE d'infirmier et sont abordées dans le cadre des missions que sont amenés à remplir les infirmier(e)s du ministère chargé de l'Education nationale. Nul ne peut être déclaré admissible s'il n'obtient une note fixée par le jury, qui en tout état de cause ne peut être inférieure à 8/20.

Notation de l'épreuve : 20

Coefficient 1

Épreuve orale d'admission

Cette épreuve consiste en un entretien du candidat avec le jury .

Elle débute par un exposé du candidat d'une durée de 10 minutes environ sur sa formation, et le cas échéant, son expérience professionnelle; le candidat peut, s'il le souhaite, développer également un projet professionnel.

Cet exposé est suivi d'une discussion avec le jury d'une durée de 20 minutes environ. Cette discussion s'engage à partir des éléments présentés par le candidat au cours de son exposé et ceux qui figurent dans le dossier qu'il a déposé lors de son inscription. Elle est destinée a apprécier la motivation et les qualités de réflexion du candidat, ainsi que ses connaissances professionnelles et son aptitude à exercer sa profession au regard des missions qui sont dévolues aux infirmier(e)s du ministère chargé de l'Education nationale. En outre, des questions portant notamment sur les règles applicables à la fonction publique de l'Etat et l'organisation générale des services centraux, des services déconcentrés et des établissements publoics relevant du ministère chargé de l'éducation nationale peuvent être posées par jury.

Seul, l'exposé et l'entretien avec le jury donnent lieu à notation, à l'exclusion du dossier déposé par le candidat lors de son inscription.

Nul, ne peut être déclaré admis à cette épreuve s'il n'obtient une note fixée par le jury qui ne peut être inférieure à 10.

Notation de l'épreuve : 20

Coefficient 2

A l'issue de l'épreuve orale d'admission, le jury dresse la liste de classement par ordre de mérite des candidats déclarés admis, en fonction des points obtenus par chaque candidat sur l'ensemble des épreuves.

Liens utiles :

Exemple épreuve écrite

2011 : durée 3 heures ; épreuve écrite d’admissibilité

Académie de Besançon, Dijon, Lyon, Grenoble, Nancy-Metz, Reims, Strasbourg

Question n°1 (2,5 points) : Citez les cinq maillons de la chaîne de secours en France.

Question n°2 (2 points) : La fracture du fémur est une urgence. Quelle en est la complication la plus spécifique ?

Question n°3 (2,5 points) : Malaise vagal : définition et conséquences.

Question n°4 (2 points) : Vous êtes infirmier (ère) dans un collège. Votre principal vous demande de présenter au-delà des missions et du fonctionnement, les principes directeurs du CESC.

Question n°5 (6 points) : Vous êtes infirmier (ère) en poste mixte. Conformément aux instructions académiques vous devez organisez le suivi infirmier des classes de 6ème du collège où vous êtes affecté(e). Quel est l’objectif de la mise en œuvre de ce bilan ? A l’occasion de ce suivi, qu’effectuez-vous pour chaque élève ?

Quels indicateurs de santé pertinents pourront alimenter le diagnostic de l’établissement d’orienter les actions à mener dans le cadre du CESC. Citez-en au moins 4.

Question n°6 (1 point) : Que signifie le sigle ARS ?

Question n°7 (2 points) : Depuis septembre 2010 et pour une durée de 4 ans les infirmiers(ères) de l’Education Nationale participent à un recueil de données sur la couverture vaccinale concernant la rougeole des élèves de 6ème et de 2nde. Sur laquelle de ses missions l’infirmier(e) de l’Education Nationale s’appuie-t-elle pour participer à cette campagne ?

Présentation et orthographe : 2 points

Évolution de carrière

Classement des infirmiers des administrations de l'État dont font partie les infirmiers de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur au 1er février 2017 - Décret n° 2012-762 du 9 mai 2012

Trois niveaux :

  • classe normale comprenant 9 échelons de l'indice majoré 373 (1er échelon) à 530 (8ème échelon)
  • classe supérieure comprenant 7 échelons de l'indice majoré 434 (1er échelon à 583 (6ème échelon)
  • Hors classe comprenant 11 échelons de l'indice majoré 414 (1er échelon) à 614 (11e échelon).
Échelon Durée de l'échelon Indice brut Indice majoré Traitement brut mensuel
Classe normale
1er 2 ans 420 373 1 747,89 €
2e 3 ans 446 392 1 836,92 €
3e 3 ans 473 412 1 930,64 €
4e 3 ans 504 434 2 033,73 €
5e 3 ans 545 464 2 174,32 €
6e 3 ans 588 496 2 324,27 €
7e 4 ans 614 515 2 413,30 €
8e - 633 530 2 483,59 €
Classe supérieure
1er 3 ans 504 434 2 033,73 €
2e 3 ans 550 467 2 188,37 €
3e 3 ans 591 498 2 333,64 €
4e 4 ans 619 519 2 432,05 €
5e 4 ans 645 539 2 525,77 €
6e 4 ans 675 562 2 633,55 €
7e - 702 583 2 731,95 €
Hors classe
1er 2 ans 476 414 1 940,01 €
2e 2 ans 499 430 2 014,99 €
3e 2 ans 525 450 2 108,71 €
4e 2 ans 554 470 2 202,43 €
5e 3 ans 584 493 2 310,21 €
6e 3 ans et 6 mois 615 516 2 417,99 €
7e 4 ans 645 539 2 525,77 €
8e 4 ans 675 562 2 633,55 €
9e 4 ans 713 591 2769,44 €
10e - 743 614 2 877,22 €

Une NBI peut être attribuée en fonction de l'emploi occupé. Elle est prise en compte dans le calcul de la retraite.

  • Internat : 10 points
  • Zone sensible : 20 points
  • EREA : 20 points

Les NBI ne sont pas cumulables. Ainsi, une infirmière travaillant en EREA dans une zone sensible ne touchera qu'une seule NBI.

Par ailleurs, les infirmiers travaillent en établissement REP et REP + bénéficient d'une indemnité mensuelle de 114,50 € et 192,60 €, cumulable avec les NBI.

Enfin, les infirmiers peuvent disposer du RIFSEEP (régime indemnitaire tenant compte des fonctions, des sujétions, de l'expertise et de l'engagement professionnel dans la fonction publique d'État). Il se compose de deux indemnités :

  • IFSE, indemnité de fonctions, de sujétions et d'expertise. Versée mensuellement, elle repose sur des critères professionnels liés aux fonctions exercées par l'infirmier et sur son expérience professionnelle.
  • CIA, complément indemnitaire annuel. Il tient compte de l'engagement professionnel et de la manière de servir de l'agent.

Mission des infirmières de l’Éducation Nationale

Cadre général

« S’inscrit dans la politique générale de l’Education nationale qui est de promouvoir la réussite des élèves et des étudiants, elle concourt à cet objectif par la promotion de la santé des jeunes et participe plus largement à la politique du pays en matière de prévention et d’éducation à la santé ».

Les missions répondent aux objectifs essentiels de la santé à l’école

  • Favoriser les apprentissages, le projet personnel et la réussite scolaire de l’élève et veiller à son bien-être et à son épanouissement
  • Participer dans le cadre de la mission éducative de l’école à la formation des jeunes, et améliorer leur capacité de mettre en valeur leur propre santé par des choix de comportements libres et responsables devant les problèmes de santé publique et de société qui peuvent se poser.
  • Agir au sein de l’équipe éducative comme conseiller en matière de santé, pour une prise en charge globale de l’élève.
  • Aider l’élève à construire son projet professionnel et personnel en collaboration avec les autres membres de l’équipe éducative (enseignants, conseiller d’éducation, d’orientation, assistants sociaux, médecins) chacun dans son champ de compétence? nécessité d’organiser efficacement le partenariat avec tous les acteurs du système éducatif.
  • Contribuer à faire de l’école un lieu de vie et de communication, en prenant en compte : les conditions de travail, l’hygiène et la sécurité, les facteurs de risques spécifiques.
  • Porter une attention particulière aux élèves en difficulté.
  • Favoriser l’intégration scolaire des jeunes handicapés et des jeunes atteints de maladies chroniques.
  • Contribuer à la protection de l’enfance en danger.

Fonctions des infirmiers scolaires dans les écoles et établissements

Sous l’autorité hiérarchique du chef d’établissement

  • Rôle de conseiller en matière de prévention, d’éducation à la santé, d’hygiène et de sécurité auprès des directeurs d’école et des chefs d’établissement
  • Présente au quotidien dans l’environnement des élèves tout au long de leur scolarité
  • Référent santé tant dans le domaine individuel que collectif
  • Rôle relationnel, technique, éducatif

Actions en direction de l’ensemble des élèves

Accueillir et accompagner les élèves : rôle relationnel,

L’infirmier joue un rôle :

  • d’observation
  • de dépistage
  • de relais

Organiser les soins et les urgences : rôle technique

S’appuie sur :

  • le code de la santé publique, livre III, articles 4311-1 à 43-15 ;
  • le BO hors série n°1 du 6/01/2000 : organisation des soins et urgences dans les écoles et établissements ;
  • la circulaire du 2/03 1986 : il revient aux chefs d’établissement de mettre en place une organisation qui réponde au mieux aux besoins des élèves et des personnels : il s’appuie sur l’avis technique de l’infirmier.

Il appartient à l’infirmière d’évaluer le degré de gravité du cas et de donner les soins d’urgence à tous les élèves.

Sa responsabilité professionnelle est engagée par la décision quelle est amenée à prendre.

Son action s’étend aux différentes catégories de personnels en fonction dans l’établissement.

Assurer un dépistage infirmier dans la 12e année de l'élève

S’appuie sur la circulaire n°2015-119 du 10 novembre 2015 : dans le cadre des dépistages obligatoires prévus à l'article L. 541-1 du code de l'éducation, l'infirmier-ière réalise un dépistage infirmier auprès de l'élève et assure le suivi nécessaire en cas de besoin.
Le contenu de ces dépistages sont fixés par arrêté interministériel.

Organiser un suivi infirmier : rôle technique, éducatif et relationnel

L’infirmière organise le suivi de l’état de santé des élèves en complément des VM obligatoires en vue de repérer les difficultés éventuelles de santé ou les élèves fragilisés (élèves signalés lors du bilan de la 6ème année ou en cours de scolarité comme étant en situation de fragilité)

A l’occasion de ce suivi, elle effectue :

  • l’entretien
  • les examens biométriques
  • le dépistage des troubles sensoriels
  • la vérification des vaccinations

Développer une dynamique d’éducation à la santé : rôle éducatif

Les actions d’éducation à la santé vise à rendre l’élève responsable, autonome et acteur de prévention. Elles permettent également de venir en aide aux élèves manifestant des signes inquiétants de mal-être :

  • usage de produits licites ou non
  • absentéisme
  • désinvestissement scolaire, repli sur soi
  • conduites suicidaires

La contribution spécifique apportée par les infirmières en fonction de leur rôle propre se traduit principalement par

  • les conseils et informations dispensés aux élèves lors des passages à l’infirmerie
  • la coordination avec les autres partenaires institutionnels et intervenants extérieurs en qualité de référent santé dans l’établissement scolaire
  • la participation à l’élaboration du projet d’école eu d’établissement
  • l’évaluation des actions d’éducation à la santé
  • l’implication dans le dispositif de formation initiale et continue des personnels

Mettre en place des actions permettant d’améliorer la qualité de vie des élèves en matière d’hygiène, de sécurité et d’ergonomie

Elle portera une attention particulière sur :

  • les locaux scolaires et notamment les ateliers ou des recherches ergonomiques peuvent être entreprises
  • les installations sportives
  • les internats
  • les installations sanitaires
  • la restauration collective

Les actions spécifiques

  • organiser et réaliser le suivi de l’état de santé des élèves : rôle technique, éducatif et relationnel
  • l’infirmière met en place un suivi particulier en organisant le dépistage des classes à risque (enseignement technique et professionnel)
  • suivre les élèves signalés par les membres des équipes éducatives
  • suivre les établissements de certaines zones rurales, d’éducation prioritaire ou établissements sensibles
  • intervenir en urgence auprès d’enfants ou d’adolescents en danger (victimes de mauvais traitements ou de violences sexuelles)
  • aider à la scolarisation des enfants atteints de handicaps ou de troubles de la santé évoluant sur une longue période.

Les actions de recherche

  • L’infirmière peut être amenée à effectuer des actions de recherche ou à des enquêtes épidémiologiques sur des indicateurs de santé à partir d’éléments en sa possession (cahier de l’infirmière)

Les actions de formation

  • L’infirmière contribue dans son domaine de compétence à la formation initiale et continue de l’ensemble des personnels de l’Education nationale, en particulier en matière de secourisme, gestes et postures dans le travail, ergonomie.

J’ajouterai qu’elle peut également être intervenante comme formateur sur des thématiques telles que :

  • l’éducation à la sexualité,
  • les addictions
  • les comportements à risque etc…

Ci dessous, l'ensemble des textes de loi par ordre chronologique :

Actualité
Il y a 4 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 17 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): L. Even, S. Mouttalib, J. Moscovici, M. Soulie, P. Rischmann, X. Game, P. Galinier, O. Bouali
Afin de prendre en charge les patients dans la période complexe de l’adolescence, une consultation de transition menée conjointement par un chirurgien pédiatre et un urologue adulte a été mise en place dans notre centre hospitalier universitaire (au sein de la structure pédiatrique). Véritable passage de témoin, elle permet le suivi et la prise en charge adaptée de pathologies spécifiques et assure la transition entre le monde pédiatrique et le monde des adultes. Quarante-cinq jeunes adultes ont été reçus en consultation (âge moyen : 17,8±3,6ans) sur une période de 6 mois (janvier–juillet 2015). Huit patients avaient des troubles vésico-sphinctériens d’origine neurologique (4 dysraphismes, une sclérose en plaques, une encéphalopathie mitochondriale, une leucodystrophie métachromique, une paraplégie), 9 patients avaient des troubles mictionnels idiopathiques dont trois associés à une uropathie malformative, 1 uropathie malformative surveillée et 30 patients avaient été opérés dans l’enfance : 17 jeunes hommes d’un hypospadias et 13 patients d’une uropathie malformative. Cette consultation survenait dans un délai de 4,6±4,5 ans par rapport à la dernière consultation de chirurgie pédiatrique. Pour 6 patients, il s’agissait d’une première consultation. À l’issue de la consultation, 8 patients ont été maintenus en chirurgie pédiatrique ; 37 patients ont été orientés en urologie adulte. Parmi les 8 patients encore suivis en pédiatrie : 2 patients avaient des troubles cognitifs et psychiatriques ; 4 patients ne voulaient pas être transférés en secteur adulte ; 2 patients ont souhaité revenir à la consultation de transition. Parmi les 37 patients orientés vers les services adultes : 6 patients ont eu une prise en charge chirurgicale, 1 patient a été adressé vers une consultation de sexologie et les 30 autres patients ont initié un suivi et une surveillance à long terme. Tous les patients reconvoqués se sont bien présentés en consultation de suivi (recul de 12 mois). Un patient de 16 ans encore suivi en chirurgie pédiatrique a présenté un syndrome dépressif à l’issue de la consultation au motif d’une prise de conscience de la nature définitive de son handicap (agénésie sacrée avec syndrome polymalformatif) et de la nécessité d’un suivi médical indispensable tout au long de sa vie. La consultation de transition facilite le passage du monde pédiatrique vers le monde adulte car elle permet un changement d’interlocuteur plus progressif, facilite la prise en charge ultérieure et améliore le suivi médical. Elle nécessite une bonne collaboration entre les services de chirurgie pédiatrique et de chirurgie adulte. Elle répond à une demande croissante des adolescents, des familles et des praticiens hospitaliers, car la rupture du suivi au cours de l’adolescence peut avoir des répercussions fonctionnelles et psychologiques importantes.Niveau de preuve4.To provide an adequate lifelong urological care in the complex period of adolescence, a transition consultation conducted by a paediatric surgeon and an urologist was developed in our institution. As a real rite of passage, it allows the follow-up and the adapted care of urological conditions, sometimes complex, and permits the transition between childhood and the world of grown-ups. We reported our experience at the Children Hospital of our[...]

Actualité
Il y a 8 jours
JIM

Paris, le vendredi 16 juin 2017 - Les 42èmes Journées Nationales d'Etudes des Puéricultrices réunissent 1 200 professionnels jusqu’à ce vendredi à Issy-les-Moulineaux. Elles coïncident avec les 70 ans de la création du diplôme d’état d'infirmière puéricultrice (institué le 13 aout 1947). Ces décennies auront vu la vision hygiéniste de l'enfance se trans[...]