Actualité
Il y a 3 mois
S aureus, toujours le principal responsable des arthrites septiques de l’enfant

Les ostéomyélites (OST) et arthrites septiques (AS) hématogènes sont parmi les plus communes des infections bactériennes de l’enfance. Les arthrites septiques, en particulier associées à une ostéomyélite, comportent un risque de séquelles articulaires, de nécrose osseuse et de troubles de la croissance. Les germes sont les Staphylococcus aureus, résistants[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 8 heures
Ministère de la Santé

L'assistant familial exerce une profession définie et réglementée d'accueil permanent à son domicile, et dans sa famille, de mineurs ou de jeunes majeurs de 18 à 21 ans.
Cet accueil peut être organisé au titre de la protection de l'enfance ou d'une prise en charge médico-sociale ou thérapeutique.

L'assistant familial doit être titulaire d'un agrément délivré par le président du conseil départemental après vérification que ses conditions d'accueil garantissent la santé, la sécurité et l'épanouissement des mineurs accueillis.

En cas de circonstances imposant une séparation entre parents et enfant, le fondement de la profession d'assistant familial est de procurer à l'enfant ou à l'adolescent, confié par le service qui l'emploie, des conditions de vie lui permettant de poursuivre son développement physique, psychique, affectif et sa socialisation.

Son rôle

  • assurer une permanence relationnelle, attention, soins et responsabilité éducative au quotidien de l'enfant, de l'adolescent ou du jeune majeur selon ses besoins
  • favoriser l'intégration de l'enfant, de l'adolescent ou du jeune majeur dans la famille d'accueil en fonction de son âge et de ses besoins, de veiller à ce qu'il y trouve sa place ;
  • et, avec les autres membres de l'équipe technique pluri­disciplinaire du service d'accueil familial permanent (travailleur social référent, psychologue, psychiatre, chef de service…) et les autres membres de la famille d'accueil : -* aider l'enfant, l'adolescent ou le jeune majeur à grandir, à trouver ou retrouver un équilibre et à aller vers l'autonomie -* accompagner l'enfant, ou le jeune majeur dans ses relations avec sa propre famille.| |

Lieu d'exercice

La majorité des assistants familiaux sont employés dans le cadre de !'Aide sociale à l'enfance par les conseils départementaux. Les autres secteurs d'intervention sont : les services de placement familiaux gérés par des établissements privés associatifs autorisés par les départements et habilités par la justice ; les services d'accueil familial spécialisé, l'accueil familial thérapeutique en services de psychiatrie infanto-juvénile.

Formation

Tout assistant familial doit, préalablement à l'accueil du premier enfant, suivre un[...]

Actualité
Il y a 2 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Un guide pour choisir, acheter et cuisiner les cèpes. J'ai grandi dans un tout petit village dans la plaine du Po, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Milan. Du coup, dans mon enfance, la cuisine italienne c'était pas vraiment linguine aux palourdes et carpaccio: là où je suis né, ...


Actualité
Il y a 3 jours
Quotidien du médecin

Le président Emmanuel Macron lancera le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère, une « grande concertation », axée notamment sur la pauvreté des enfants et des jeunes, a annoncé la ministre de la Santé Agnès Buzyn. <...>

Actualité
Il y a 4 jours
Quotidien du médecin

Dans le monde, 85 millions d'enfants de moins de 5 ans vivent dans un pays où n'existent pas de politiques publiques permettant aux parents d'avoir le temps et les ressources nécessaires pour soutenir le bon développement cérébral de leurs en...

Actualité
Les dirigeants du monde entier s’engagent à s’attaquer à la crise mondiale de l’éducation qui affecte des millions d’enfants et menace le progrès et la stabilité
Il y a 4 jours
UNESCO

fundedu_1.jpg

Youth attendees of the High-level Event on Financing the Future: Education 2030,
20 September 2017 United Nations, New York
© UNESCO/Joel Sheakoski
20 Septembre 2017

Le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, la Vice- Secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, les chefs d’Etat de France, de Norvège, du Malawi et du Sénégal et d’autres dirigeants se sont engagés à affronter la crise mondiale de l’éducation qui affecte des millions d’enfants et menace le progrès, lors d’un événement de haut-niveau à New York.

Près de 264 millions d’enfants et d’adolescents ne sont pas scolarisés et seulement un jeune sur douze dans les pays à faibles revenus est susceptible d’acquérir des compétences du niveau secondaire. Bien que des progrès aient été enregistrés en matière d’égalité des genres dans les pays les plus pauvres, les filles privées d’accès à une éducation de qualité restent beaucoup plus nombreuses que les garçons.

« Investir dans l'éducation est le moyen le plus efficace de stimuler la croissance économique, d'améliorer les compétences et les opportunités pour les jeunes femmes et hommes et de permettre de progresser dans la réalisation des 17 Objectifs de développement durable. Financer l'éducation est en effet le meilleur investissement que nous puissions faire », a déclaré le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres.

Intitulé « Financer l’avenir : Education 2030 », cet événement avait pour objectif de garantir un engagement politique et des investissements en faveur d’une éducation de qualité pour la petite enfance et dans l’enseignement primaire et secondaire. Il était co-organisé par la Norvège, la France, le Malawi et le Sénégal, en partenariat avec la Commission sur l’éducation, le Partenariat mondial pour l’éducation, le Fonds Malala, ONE Campaign, l’UNICEF et l’UNESCO.

« J'ai décidé de faire de l'éducation une des premières priorités de la politique étrangère et de développement française. L'éducation mérite notre ambition collective. Avec le Sénégal, l'ONU et le Partenariat Global pour l'Education, nous augmenterons les engagements mondiaux l'an prochain à Dakar à la conférence du partenariat global pour le financement de l’éducation », a déclaré Emmanuel Macron, le Président français.


© UNESCO/Joel Sheakoski

« L’éducation, celle des filles en particulier, est l’investissement le plus rentable pour le développement durable. C’est la raison pour laquelle la Norvège a doublé son soutien financier à l’éducation au cours des quatre dernières années », a déclaré Erna Solberg, Première ministre de Norvège. Réélue pour un deuxième mandat la semaine dernière, elle a affirmé vouloir poursuivre son engagement en faveur de l’éducation. Elle a également souligné l’importance du travail effectué au niveau national, insistant sur le fait que « le travail le plus important est effectué au sein de chaque pays ». La Première ministre a par ailleurs déclaré que le succès de la reconstitution des ressources pour le Partenariat mondial pour l’éducation et les efforts consentis pour instaurer un mécanisme international de financement seront déterminants pour combler les besoins en financement de l’éducation.

« Permettre à tous les enfants d’accéder à l’éducation, et pas seulement à quelques-uns, est le combat civique de notre temps. Alors que nous sommes confrontés à la plus grave crise des réfugiés depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et que 2% de l’aide humanitaire est allouée à l’éducation, il est vital que nous mutualisions les fonds pour permettre à tous les enfants de bénéficier d’une éducation, notamment ceux qui en sont exclus : les enfants réfugiés », a déclaré Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, Président de la Commission pour l’éducation.

« En finançant l’Education ne peut attendre pour répondre à ces urgences ; en soutenant le Partenariat mondial pour l’éducation afin de bâtir des systèmes éducatifs solides et en dotant son fonds de deux milliards de dollars d’ici 2020 ; en mettant en place un mécanisme international de financement sur la durée, nous pouvons combler les besoins en matière de financement. Financer notre objectif en éducation fera beaucoup plus que placer un enfant derrière un pupitre. Cela créera des opportunités et redonnera de l’espoir », a poursuivi Gordon Brown.

« Investir dans l’éducation est très rentable et les bénéfices vont bien au-delà des cas individuels. L’amélioration des résultats scolaires, en particulier ceux des filles et des femmes, réduit la pauvreté et favorise la prospérité économique, améliore la situation sanitaire et favorise la paix et la sécurité. Nous devons investir dans l’éducation aujourd’hui. Nous le devons aux enfants du monde. La conférence à venir sur le financement du Partenariat mondial sur l’éducation sera l’occasion pour les donateurs et les pays en développement de tenir leurs engagements », a déclaré Julia Gillard, Présidente du Partenariat mondial pour l’éducation et ancienne première ministre australienne.

« 130 millions de filles ne sont pas scolarisées aujourd’hui. Pour pouvoir aller à l’école, elles doivent lutter contre la pauvreté, la guerre et le mariage des enfants. Les Objectifs du développement durable devaient accompagner ces filles dans leur combat. Jusqu'à présent, c’est un échec. Nous avons de grands objectifs mais nous ne les atteindrons seulement si nous éduquons les filles. Si nous souhaitons stimuler l’économie, améliorer l’air que nous respirons, promouvoir la paix et faire avancer la santé publique, alors nous devons investir dans l’éducation des filles ", a déclaré Malala Yousafzai, co-fondatrice du fonds Malala et Messagère de la paix des Nations unies.

« Si nous n’agissons pas maintenant, nous risquons de mettre à mal le progrès et la stabilité et d’enfermer les enfants dans le cycle de la pauvreté. Nous ne pouvons pas faillir à notre mission qui consiste à permettre l’accès de chaque enfant à l’école et à l’apprentissage. Le monde a trop à perdre. Nous nous le devons à nous-mêmes et nous le devons à la génération à venir », a déclaré Muzoon Almellehan, Ambassadeur de bonne volonté auprès de l’UNICEF.

« Tous les exemples de réussite en matière de développement commencent par l’éducation. C’est la raison pour laquelle l’appropriation par les pays est essentiel pour réaliser les objectifs fixés par l’agenda 2030 et réaliser des progrès. Qu’il s’agisse du financement adapté ou de l’apprentissage à tous les âges de la vie, c’est aux pays qu’il appartient de rendre l’éducation plus juste, plus inclusive et d’en faire un facteur de changement », a déclaré Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO.


© UNESCO/Joel Sheakoski

« C’est aujourd’hui que le monde change de cap et affronte l’urgence mondiale en matière d’éducation. Plus de 130 millions de filles ne vont pas à l’école ; cela représente un potentiel de plus de 130 millions d’ingénieures, d’entrepreneures, et de responsables politiques dont l’expertise va nous faire défaut. C’est un gâchis d’une ampleur inouïe et une crise mondiale qui entretient la pauvreté. Les derniers chiffres, qui datent de 2015, montrent que le nombre de filles exclues du système scolaire a augmenté pour la première fois depuis dix ans », a déclaré Gayle Smith, Présidente de One Campaign.

« Le Sénégal et la France se sont un jour fixés une ambition. Aujourd’hui, le monde doit alle[...]

Actualité
Il y a 4 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

J'ai voulu écrire un livre pour montrer que je ne suis pas gâteuse, pour qu'on cesse de considérer les malades d'Alzheimer comme des gens un peu débiles, complètement fous, ou retombés en enfance.