Actualité
Il y a 3 mois
Sante.fr : le site de référence sur la santé

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a annoncé le lancement du prototype du site Internet et de l'application mobile sante.fr en Ile-de-France, lors du Comité stratégique du Service public d'information en santé.


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 26 minutes
Fromages : qu’est-ce que l’appellation d’origine protégée ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 45 minutes
Mothais sur feuille : un chèvre d'exception
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 48 minutes
Sécurité routière : de plus en plus de piétons tués
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 49 minutes
Effets indésirables des traitements anticancéreux: rien à déclarer ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Tatouage : pourquoi et comment l'enlever
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Cancer : l'effet néfaste des polluants de l’air, de l’eau et des sols
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Alimentation : une commune des Alpes-Maritimes passe au vert
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
PMA, GPA, autoconservation d'ovocytes : que dit la loi en France ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Des zones d'ombre autour du futur CHU de Nantes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Lyon : Le pancréas artificiel expérimenté sur des patients, un espoir pour les diabétiques
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Hauts-de-Seine: inquiétudes après des cas de gale dans une école de Châtenay-Malabry
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Maladie d’Alzheimer : inhiber l’hormone de la longévité ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 34 minutes
Alliance Maladies Rares

L’AIRG-France, l’Association pour l’information et la recherche sur les maladies rénales génétiques organise sa 29ème Journée Annuelle le 14 octobre octobre à Lyon.

Télécharger le programme

Cet article Journée annuelle de l’AIRG-France – 14 octobre est apparu en premier sur Alliance Maladies Rares.

Actualité
Il y a 34 minutes
Réseau CHU

La révolution est en marche pour les diabétiques! C'est parti depuis le 23 mai pour encore 3 mois de test dans le cadre d'une dernière étude clinique menée par les Hospices civils de Lyon (HCL). 6 patients de la région, suivis par le service d’endocrinologie du Centre Hospitalier Lyon Sud-HCL, testeront le dispositif dans le cadre du programme Diabeloop. Dernière ligne droite avant la commercialisation du pancréas artificiel made in France. Comment ça marche ? «Il ne s’agit pas d’un organe implanté dans le corps», explique le Pr Charles Thivolet chef du service d’endocrinologie du Centre hospitalier Lyon Sud. «Les patients auront une micropompe à insuline de 32g fixée sur eux, un capteur et un Smartphone, c’est tout !» Le capteur de glucose est connecté au smartphone et mesure en continu le taux de sucre dans le sang. C’est à partir des informations du capteur que le mobile commande grâce à un algorithme spécifique la pompe à insuline. «C’est là que le pancréas artificiel fait la différence car il s’adapte en permanence à la situation. En général un diabétique doit manipuler 7 à 8 fois par jour sa pompe, et s’il se trompe dans les doses il peut faire une hypoglycémie (tremblements, sueurs, malaise). Ici c’est le système qui gère le tout comme un «vrai» pancréas». Les données des patients sont du reste analysables en temps réel, permettant un télésuivi. Un espoir fort pour 200 000 patients en France

Dans une 1ère étude, en 2016, la moyenne de glycémie avec le pancréas artificiel était nettement meilleure par rapport à des pompes à insuline pré-programmées manuellement. Cette bonne nouvelle intervient alors que la prévalence du diabète a doublé depuis les années 80. Près de 200 000 personnes en France sont touchées par le diabète de type 1, c’est-à-dire que leur pancréas ne fabrique pas l’insuline. A terme, une glycémie mal contrôlée peut e[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Amazon medecine
Réflexologie anti-stress en 40 points magiques
Philippe Rizzo , Isabelle Bruno

Acheter neuf : EUR 8,50
11 neuf & d'occasion à partir de EUR 5,04

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 1 heures
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société DRAEGER MEDICAL SYSTEMS, INC.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint .

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1709991/R1709951.

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement
Ce 27 avril, le Ministre Borsus a annoncé son intention d'interdire la mise sur le marché des herbicides pour les usages par les particuliers, en ce compris les produits à base de glyphosate. Cette décision se base sur l' « application du principe de précaution » et sur le fait que des alternatives sont largement disponibles. IEW et N&P saluent cette décision, qui non seulement assure la cohérence entre les niveaux de pouvoirs (les trois Régions ayant décidé d'interdire les utilisations d'herbicides à base de glyphosate) mais envoie également un signal fort : les usages par les particuliers de pesticides appartiennent au passé !

Pour IEW et N&P, cette décision pourrait être élargie et s'appliquer non seulement aux herbicides, mais à l'ensemble des pesticides destinés aux usages par les particuliers puisque de nombreuses alternatives sont disponibles également pour ces applications. En outre, IEW et N&P appellent à une concrétisation rapide de cette interdiction, afin d'éviter que ne se prolonge la présence des produits à base de glyphosate dans les rayons des jardineries, alors que leur[...]

Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

Dix ans après son entrée en vigueur, la réglementation REACH a montré un potentiel d'impact élevé, mais qui se concrétise encore insuffisamment dans la protection des personnes et de l'environnement. Pour les associations de protection de l'environnement, il est urgent de renforcer sa mise en œuvre et d'étendre son champ d'action pour atteindre les objectifs de cette législation phare.

La réglementation REACH a marqué une étape forte dans la législation européenne, allant significativement plus loin que d'autres législations, et intégrant de nouveaux principes révolutionnaires tels que les principes « pas de données, pas de marché » et celui de substitution, en s'appuyant sur le principe de précaution et en renversant la charge de la preuve. Il est devenu un modèle mondial [1], et même les entreprises reconnaissent qu'il les a aidées dans l'amélioration de leur communication sur les dangers [2], et à renforcer leur proactivité sur la gestion des substances chimiques.

Malheureusement, les principes fondamentaux de REACH ne sont pas appliqués. Le processus en lui-même est excessivement lent : alors que le livre Blanc de l'Union européenne de 2001 recensait 1400 substances qui devraient être progressivement remplacées, seules 31 sont aujourd'hui inscrites sur la liste d'autorisation. Par ailleurs, l'Agence Européenne des Substances Chimiques (ECHA) fournit des numéros d'enregistrements – et ce faisant donne accès au marché – à tous les dossiers d'enregistrements, par défaut, même aux dossiers incomplets, inadéquats ou non pertinents, alors que le pourcentage de dossiers d'enregistrement non conformes est resté supérieur à 50% au cours des 5 dernières années [3].

La charge de la preuve, quant à elle, n'a pas été transférée aux industries. Les informations très médiocres fournies par les entreprises dans les dossiers d'enregistrement imposent aux autorités des États membres et aux comités de l'ECHA de chercher et de compléter les informations nécessaires à la gestion des risques.

Alors que le principe de précaution constitue l'un des fondements du règlement, il n'est pas appliqué dans les décisions de restriction ou d'octroi d'autorisations. En accordant les autorisations aux demandeurs qui sollicitent le maintien d'utilisation de substances extrêmement préoccupantes, alors que des alternatives sont disponibles, la Commission porte atteinte aux objectifs du Règlement, entrave l'innovation et pénalise les entreprises qui ont créé des alternatives plus sures.

Par la voix du Bureau Européen de l'Environnement, les associations de protection de l'environnement demandent un engagement politique fort pour renforcer la mise en œuvre du Règlement, et lui permettre d'atteindre l'entièreté de son potentiel de protection de la santé et de l'environnement. Il sera ainsi nécessaire :
- d'intégrer les nouvelles connaissances scientifiques sur les produits chimiques (nanomatériaux, perturbateurs endocriniens, neurotoxicité, effets métaboliques, etc.) et les mélanges ;
- d'élargir le champs d'action de REACH pour y inclure les produits chimiques produits en faibles volumes et les déchets ;
- d'assurer l'interdiction des substa[...]