Actualité
Il y a 3 jours
Se faire mal parce qu’on a mal : l’automutilation non suicidaire

L'automutilation non suicidaire consiste en l’autodestruction délibérée d’un tissu de l'organisme, sans intention suicidaire et ne s’expliquant pas par des motifs sociaux (1). A cet égard, une étude a été menée pour déterminer les raisons et le contexte de l’automutilation non suicidaire. Elle a consisté à analyser de façon qualitative les dossiers de [...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 3 heures
Réseau CHU

Secteur porteur, la recherche nantaise se définit en quelques chiffres emblématiques : plus de 8 000 patients inclus dans des essais cliniques chaque année, 450 personnes dédiées à cette activité, 1 000 publications annuelles, 1 700 protocoles de recherche actifs en 2016 dont 550 promus par des industriels et plus de 200 nouveaux protocoles ouverts par an. En 2016, le CHU de Nantes a atteint le 2ème rang national du programme hospitalier de recherche clinique (PHRC). Et, insigne honneur, Nantes est le 1er CHU de France choisi par les internes pour la deuxième année consécutive. Pour conserver sa dynamique en recherche clinique, l’établissement poursuit et amplifie ses partenariats avec les entreprises du médicament et du dispositif médical. Dans un cadre équilibré, le CHU de Nantes veille à améliorer sa réactivité pour les essais cliniques industriels. Ainsi, il a ouvert 24 unités d’investigation clinique, mis en place une cellule administrative en charge des essais cliniques de promotion externe. Cette organisation séduit les laboratoires leaders. Nantes vient notamment de signer des conventions cadres avec GSK et Novartis et s’apprêtent à contracter avec d’autre[...]

Actualité
Il y a 4 heures
GISTI

Tous les jours en France, des centaines d'enfants, de jeunes étrangers sont laissés à l'abandon, exclus de la protection qui leur est due, une charge qui incombe aux départements. Ceux-ci se partagent avec la police, les parquets et les tribunaux le soin de faire le « tri » entre les jeunes qui seront reconnus mineurs et les autres, déclarés majeurs après un entretien suspicieux, un document jugé douteux ou les conclusions aléatoires d'[...]

Actualité
Il y a 6 heures
CHU Rouen

L'asthme est une maladie chronique très répandue dans la population générale. L'éducation thérapeutique est le meilleur moyen d'obtenir un contrôle satisfaisant de l'asthme. Le but de cette thèse est d'étudier l'influence de l'éducation thérapeutique faite aux patients asthmatiques par le médecin généraliste sur l[...]

Actualité
Il y a 7 heures
Réseau Santé Qualité

Pourquoi une convention ?

La loi santé prévoit que les centres hospitaliers universitaires (CHU) signent une convention d'association avec les établissements supports des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Mardi, une convention a été signée à Dunkerque entre le CHU de Lille, les facultés de santé de Lille et le groupement hospitalier de territoire (GHT) du Dunkerquois et de l'Audomarois, qui fédère déjà les centres hospitaliers de Dunkerque, de Saint-Omer, d'Aire-sur-la-Lys et l'hôpital maritime de Zuydcoote. Ensemble, ils regroupent 3 800 agents, 380 médecins avec un budget global de 330 millions d'euros. Ce GHT a déjà un projet médical partagé qui va être complété avec cette nouvelle convention, au bénéfice des patients.

Les objectifs

L'enjeu de la convention est « d'assurer la continuité de la prise en charge des patients », pour les pathologies complexes qui nécessitent un recours à Lille, par exemple en chirurgie cardiaque. L'objectif est aussi de leur garantir un accès aux essais cliniques et aux innovations. Des filières prioritaires ont été retenues pour approfondir les coopérations déjà existantes : neurologie, cardiologie, pneumologie, digestif, gériatrie. « Le principe, c'est la gradation des soins, précise le Dr Jean-Charles Aisenfarb, co-président du collège médicale du GHT. Si une p[...]

Actualité
Il y a 8 heures
Réseau CHU
Echanges et conventions avec des régions ou hôpitaux espagnols, chinois, argentins, tchadiens, libanais… Ces derniers mois, pas moins de quatre délégations internationales se sont rendues au CHU de Poitiers en 2017. Tour d’horizon de ces rencontres…
Destination de choix: l'Espagne
Le doyen de la Faculté des sciences de la santé de Grenade, en Espagne, Antonio Munoz, et le vice-doyen, Gérald Valenza, sont venus les 27 et 28 mars derniers au CHU pour dresser le bilan du partenariat avec le CHU et construire les axes de coopération internationale future
Le premier axe de coopération : la formation paramédicale, avec la rencontre de Dominique Bourgeon, coordonnateur des instituts de formation du CHU de Poitiers et des directeurs des autres instituts de formation.
Depuis 2013, l’Institut de formation en soins infirmiers a ouvert la voie, avec des échanges Erasmus avec la Faculté des sciences de la santé de Grenade : à ce jour, une étudiante infirmière de Poitiers a été accueillie pour deux mois à Grenade et cinq étudiants espagnols sont venus à Poitiers pour des stages de six mois. Echange Erasmus d'étudiants infirmiers, kinés et ergothérapeutes
Les différents acteurs ont marqué leur volonté de poursuivre le partenariat avec l’accueil de deux étudiants infirmiers par an et par école. De plus, les échanges Erasmus vont être élargis aux cursus de formation des kinésithérapeutes et des ergothérapeutes, à partir de 2018 avec l’accueil d’étudiants espagnols à Poitiers et, à partir de 2019, l’envoi d’étudiants français à Grenade.
Les différents acteurs ont marqué leur volonté de poursuivre le partenariat avec l’accueil de deux étudiants infirmiers par an et par école. De plus, les échanges Erasmus vont être élargis aux cursus de formation des kinésithérapeutes et des ergothérapeutes, à partir de 2018 avec l’accueil d’étudiants espagnols à Poitiers et, à partir de 2019, l’envoi d’étudiants français à Grenade.
Formations et conférences au programme
Des cours de formation continue sont organisés à Mojàcar, près d’Almeria, dans le sud de l’Espagne, à destination de tous les étudiants des sciences de la santé d’Espagne. Ce séminaire, organisé en avril et mai, accueille chaque année, plus de 8000 professionnels en formation continue dans des disciplines variées.
Pour compléter les échanges d’étudiants en santé, des cadres formateurs des instituts de santé du CHU de Poitiers pourront participer au séminaire de Mojacar afin d’intervenir sur des thématiques telles que les soins palliatifs, la technique McKenzie en kinésithérapie. Une belle manière de valoriser le savoir-faire du CHU.
Focus sur la recherche paramédicale
Le CHU a sollicité la Faculté des sciences de la santé de Grenade, dont huit groupes de recherche pluridisciplinaires publient dans des revues de renommée internationale, pour un appui à la fois méthodologique et organisationnel, mais aussi pour développer des axes de coopération en recherche paramédicale, en lien étroit avec la coordination générale des soins et la direction de la recherche.
Le troisième axe de coopération internationale : l’accueil de personnel paramédical nouvellement diplômé
Une problématique distincte existe actuellement dans nos deux pays : l’université de Grenade forme un nombre de kinésithérapeutes supérieur aux possibilités d’emploi du marché du travail alors que le CHU de Poitiers peut connaître des difficultés de recrutement de kinésithérapeutes, notamment sur le [...]
Actualité
Il y a 8 heures
CHU Rouen

L'entorse du genou est un motif fréquent de consultation en Médecine, autant dans les services d'Accueil des Urgences (SAU) que dans les cabinets de Médecine Générale. Pourtant il n'existe pas à ce jour de recommandation officielle concernant la prise en charge de l'entorse du genou en premiers recours. Objectif : L'objectif de notre travail a été de faire un état des lieux de la prise en charge de l'entorse du gen[...]