Actualité
Il y a 7 jours
Séminaire Premiers Pas, 5 octobre

Le séminaire ANR Premiers Pas s'inscrit dans le cadre de la recherche-action Premiers Pas (2016-2019 /ANR-ARS Aquitaine-Fondation des amis de MdM), portant sur l'accès des personnes étrangères en situation irrégulière (ESI) en France au dispositif de l'Aide Médicale d'Etat (AME) et aux services de santé (Voir argumentaire en PJ).

Il est ouvert aux étudiants, chercheurs, professionnels et bénévoles, et accueille des interventions pluridisciplinaires réalisées par des chercheur-e-s travaillant sur l'accès aux soins des populations en situation de migration.

Ainsi lors de la prochaine séance, nous écouterons Slimane TOUHAMI, anthropologue, formateur-chercheur au CRFMS-ERASME et chercheur associé au laboratoire LISST à Toulouse, qui interviendra sur :

« Partir pour guérir ? Souffrances psychiques et parcours de soin dans le Maghreb de France »

Le séminaire se tiendra de 14h30-16h30 à l'IRTS Aquitaine. Vous trouverez plus de précisions sur l'affiche en PJ.

La participation au séminaire est gratuite et sur inscription pour des raisons logistiques : merci de retourner votre bulletin d'inscription (PJ) par mail à Mme Condon de l'IRTS.

Argumentaire
Bulletin participation
Plaquette Touhami
ADES CRNS
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 42 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les personnes sont de plus en plus âgées et dépendantes dans les maisons de retraite. Leur prise en charge est plus lourde est les personnels soignants, en nombre insuffisant, ont souvent du mal à suivre.


Actualité
Transfert de taches ou pratique avancée ? (vidéo RTL 6mn)
Il y a 1 heures
SNPI

Débat sur RTL avec Yves Calvi, le 18.09.17 entre le représentant des directeurs d'hôpitaux FHF et Thierry Amouroux le Secrétaire Général du syndicat infirmier SNPI CFE-CGC.

L'APHP et la FHF, Fédération hos­pi­ta­lière de France, qui regroupe les employeurs des hôpi­taux publics, souhaitent « déver­rouiller le régime des pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion », avec un avis réputé acquis au bout de deux mois en cas de silence de l'admi­nis­tra­tion.

Les infir­miè­res sont déjà débor­dées, aler­tent sur une charge de tra­vail incom­pa­ti­ble avec des soins de qua­lité, crient leur souf­france au tra­vail, mais les direc­tions veu­lent encore char­ger la barque ! Ces pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion per­met­tent juste de régu­la­ri­ser des situa­tions exis­tan­tes, mais ne com­por­tent aucune garan­tie pour les usa­gers sur les qua­li­fi­ca­tions et les com­pé­ten­ces des pro­fes­sion­nels impli­qués dans des actes médicaux dérogatoires : on ne peut faire n'importe quoi, juste pour[...]

Actualité
Transfert de taches ou pratique avancée ? (vidéo RTL 6mn)
Il y a 1 heures
SNPI

Débat sur RTL avec Yves Calvi, le 18.09.17 entre le représentant des directeurs d'hôpitaux FHF et Thierry Amouroux le Secrétaire Général du syndicat infirmier SNPI CFE-CGC.

L'APHP et la FHF, Fédération hos­pi­ta­lière de France, qui regroupe les employeurs des hôpi­taux publics, souhaitent « déver­rouiller le régime des pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion », avec un avis réputé acquis au bout de deux mois en cas de silence de l'admi­nis­tra­tion.

Les infir­miè­res sont déjà débor­dées, aler­tent sur une charge de tra­vail incom­pa­ti­ble avec des soins de qua­lité, crient leur souf­france au tra­vail, mais les direc­tions veu­lent encore char­ger la barque ! Ces pro­to­co­les de coo­pé­ra­tion per­met­tent juste de régu­la­ri­ser des situa­tions exis­tan­tes, mais ne com­por­tent aucune garan­tie pour les usa­gers sur les qua­li­fi­ca­tions et les com­pé­ten­ces des pro­fes­sion­nels impli­qués dans des actes médicaux dérogatoires : on ne peut faire n'importe quoi, juste pour[...]

Actualité
Il y a 1 heures
SNPI

Seul, vous ne pouvez rien. Ensemble, nous pouvons nous faire entendre !
Si vous aimez, n'oubliez pas le pouce bleu !
https://www.youtube.com/watch?v=l5I9nMphX1Y&feature=youtu.be

- Actions du Lobby infirmier / Dernières vidéos
Actualité
Il y a 2 heures
RA-Santé
A Lyon, des virus prédateurs de bactéries pour combattre l’infection.

Comment guérir d’une infection grave et résistante à tout antibiotique ? A cette question, les Hospices Civils de Lyon viennent de répondre en soignant deux patients avec des phages. Ces virus partent à l’assaut des bactéries résistantes et terrassent l’infection. Deux patients atteints de sévères infections ostéoarticulaires qui ne pouvaient plus cicatriser ont bénéficié, à titre compassionnel, d’un traitement par phages : l’infection a rapidement été contrôlée. C’est une 1ère en France puisque le traitement a été concocté avec des phages fabriqués en France et administré à l’hôpital de la Croix Rousse – HCL

Concrètement, les bactériophages ou phages sont des virus prédateurs des bactéries. Ils sont naturellement présents là où elles se trouvent en grand nombre… les égouts !! Découverts dans les années 20, ils ont été oubliés avec l’arrivée des antibiotiques. Seuls certains pays de l’Est (Géorgie) ont continué à les utiliser pour traiter les infections. La menace de la résistance aux antibiotiques les rend d’actualité. De nombreux patients en échec thérapeutique vont en Géorgie pour être traités par ces fameux phages et éviter d’être amputés.

Des tueurs d’élite versus bombe nucléaire L’immense intérêt des phages est qu’ils s’attaquent à une bactérie précise. En l’occurrence, dans le cas des deux patients lyonnais (dont une femme de 80 ans), un pseudomonas aeruginosa multi résistant et un staphylococcus aureus récidivant. Ils ne détruisent donc pas les autres bactéries comme le font les antibiotiques. Le revers de la médaille est que, pour être traité, il faut savoir quelle bactérie est en cause !

Un médicament « vivant » est fabriqué en France

Pour parvenir à cette première nationale, Pherecydes Pharma a sélectionné des phages parmi sa collection interne, après les avoir testés sur les bactéries infectant les patients. Les résultats du « phagogramme » ont permis de choisir les phages les plus actifs et de fournir un traitement sur mesure. Après préparation magistrale réalisée par la pharmacie de l’hôpital de la Croix-Rousse, ils ont été appliqués sur le site de l’infection ostéo-articulaire, avec une excellente tolérance et des résultats positifs, en association avec d’autres procédures et traitements.

Les plaies ont pu cicatriser, alors que tous les autres traitements avaient échoué. « Les résultats positifs de ce traitement en phagothérapie contre une infection ostéo-articulaire sont très encourageants. Ils ouvrent la voie à d’autres cas compassionnels sur les bactéries difficiles à traiter et potentiellement résistantes aux antibiotiques usuels comme Pseudomonas aeruginosa, staphylococcus aureus et Escherichia coli », estime Guy-Charles Fanneau de La Horie, Président du Directoire de Pherecydes Pharma. « Nous entrons dans l’ère de la médecine personnalisée en utilisant une association de phages spécifiques à la souche bactérienne pathogène de chaque patient et donc parfaitement adaptée à chaque cas »

Infection nosocomiale, une nouvelle voie de guérison

« Nous sommes impatients d’explorer la piste thérapeutique prometteuse des bactériophages pour lutter contre l’antibiorésistance et qui pourrait augmenter significativement les guérisons dans les infections ostéoarticulaires», précise le Professeur Tristan Ferry, médecin au centre de référence des infections Ostéo-articulaires de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL. Dans le cadre du consortium PHOSA auquel les HCL et Pherecydes Paharma sont partenaires, des essais cliniques vont être prochainement lancés pour traiter les infections ostéoarticulaires avec ces gu[...]

Actualité
Il y a 2 heures
RA-Santé
A Lyon, des virus prédateurs de bactéries pour combattre l’infection.

Comment guérir d’une infection grave et résistante à tout antibiotique ? A cette question, les Hospices Civils de Lyon viennent de répondre en soignant deux patients avec des phages. Ces virus partent à l’assaut des bactéries résistantes et terrassent l’infection. Deux patients atteints de sévères infections ostéoarticulaires qui ne pouvaient plus cicatriser ont bénéficié, à titre compassionnel, d’un traitement par phages : l’infection a rapidement été contrôlée. C’est une 1ère en France puisque le traitement a été concocté avec des phages fabriqués en France et administré à l’hôpital de la Croix Rousse – HCL

Concrètement, les bactériophages ou phages sont des virus prédateurs des bactéries. Ils sont naturellement présents là où elles se trouvent en grand nombre… les égouts !! Découverts dans les années 20, ils ont été oubliés avec l’arrivée des antibiotiques. Seuls certains pays de l’Est (Géorgie) ont continué à les utiliser pour traiter les infections. La menace de la résistance aux antibiotiques les rend d’actualité. De nombreux patients en échec thérapeutique vont en Géorgie pour être traités par ces fameux phages et éviter d’être amputés.

Des tueurs d’élite versus bombe nucléaire L’immense intérêt des phages est qu’ils s’attaquent à une bactérie précise. En l’occurrence, dans le cas des deux patients lyonnais (dont une femme de 80 ans), un pseudomonas aeruginosa multi résistant et un staphylococcus aureus récidivant. Ils ne détruisent donc pas les autres bactéries comme le font les antibiotiques. Le revers de la médaille est que, pour être traité, il faut savoir quelle bactérie est en cause !

Un médicament « vivant » est fabriqué en France

Pour parvenir à cette première nationale, Pherecydes Pharma a sélectionné des phages parmi sa collection interne, après les avoir testés sur les bactéries infectant les patients. Les résultats du « phagogramme » ont permis de choisir les phages les plus actifs et de fournir un traitement sur mesure. Après préparation magistrale réalisée par la pharmacie de l’hôpital de la Croix-Rousse, ils ont été appliqués sur le site de l’infection ostéo-articulaire, avec une excellente tolérance et des résultats positifs, en association avec d’autres procédures et traitements.

Les plaies ont pu cicatriser, alors que tous les autres traitements avaient échoué. « Les résultats positifs de ce traitement en phagothérapie contre une infection ostéo-articulaire sont très encourageants. Ils ouvrent la voie à d’autres cas compassionnels sur les bactéries difficiles à traiter et potentiellement résistantes aux antibiotiques usuels comme Pseudomonas aeruginosa, staphylococcus aureus et Escherichia coli », estime Guy-Charles Fanneau de La Horie, Président du Directoire de Pherecydes Pharma. « Nous entrons dans l’ère de la médecine personnalisée en utilisant une association de phages spécifiques à la souche bactérienne pathogène de chaque patient et donc parfaitement adaptée à chaque cas »

Infection nosocomiale, une nouvelle voie de guérison

« Nous sommes impatients d’explorer la piste thérapeutique prometteuse des bactériophages pour lutter contre l’antibiorésistance et qui pourrait augmenter significativement les guérisons dans les infections ostéoarticulaires», précise le Professeur Tristan Ferry, médecin au centre de référence des infections Ostéo-articulaires de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL. Dans le cadre du consortium PHOSA auquel les HCL et Pherecydes Paharma sont partenaires, des essais cliniques vont être prochainement lancés pour traiter les infections ostéoarticulaires avec ces gu[...]