Actualité
Surpoids et obésité : un fléau encore d’actualité
Il y a 2 mois
Surpoids et obésité : un fléau encore d’actualité

2,2 milliards de personnes dans le monde sont en surpoids en 2015, dont 107,7 millions d’enfants. Des chiffres qui n’ont cessé d’augmenter ces 25 dernières années, faisant du surpoids un défi majeur de santé publique mondiale. Bien qu’il reste du travail, la France n’est pas un si mauvais élève …

Le surpoids et l’obésité dans le monde

Une étude publiée dans le célèbre New England Journal of medicine, a analysé près de 25 ans de données portant sur 68 millions de personnes et regroupant 168 pays. Les résultats sont clairs, en 25 ans la fréquence de l’obésité a doublé dans 70 pays. Par ailleurs, l’obésité semble toucher plus les femmes âgées de 60 à 64 ans et les hommes ayant entre 50 et 54 ans.

Bien que globalement, les femmes soient plus concernées par ce fléau que les hommes, la progression la plus conséquente est tout de même observée chez les jeunes hommes (25 à 29 ans) de revenus moyens.

Parmi les 168 pays compris dans l’étude, c’est l’Egypte qui arrive en tête avec le plus grand nombre d’adultes obèses. Du côté des enfants, c’est aux Etats-Unis que la prévalence (nombre de cas d’une pathologie sur la totalité de la population) est la plus élevée. A contrario, les pays les moins touchés sont le Vietnam concernant l’obésité adulte et le Bangladesh pour les enfants.

En 2015, pas moins de 4 millions de décès, soit 7 % de l’ensemble des décès, étaient attribuables à un surpoids ou une obésité.

Le surpoids et l’obésité en France

Une étude française publiée dans le BEH (Bulletin épidémiologique hebdomadaire) montre que le surpoids a stagné en France entre 2006 et 2015. Ainsi, selon les derniers chiffres de 2015 :

  • 1 Français sur 2 environ (soit 49%) est en surpoids (49,3% en 2006) ;
  • 17,2 % des adultes sont obèses (16,9% en 2006) ;

Concernant les enfants :

  • 16,9 % sont en surpoids (17,9% en 2006);
  • 3,9 % sont obèses (3,3% en 2006).

Par ailleurs, l’étude met en évidence une persistance depuis 2006 des différences socio-économiques. Le surpoids est plus fréquent chez les personnes sans diplôme ou ayant un diplôme inférieur au baccalauréat. L’étude montre que 60,8% des hommes et 53,4% des femmes dans l’un des deux cas cités précédemment sont en surpoids ou obèses. Des pourcentages qui diminuent lorsque le niveau scolaire augmente. L’obésité touche 3,7% des femmes sans diplôme, contre 0,8% des femmes plus diplômées, soit 5 fois plus.

Le surpoids chez les enfants est également fortement influencé par le niveau d’étude du ménage. En effet, lorsque la personne de « référence » du ménage n’a pas ou a peu de diplôme, la prévalence du surpoids de l’enfant s’élève à 23,2%. Tan[...]

Obesité
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Quotidien du médecin

Un anticorps dirigé contre le virus de la dengue s'est révélé également efficace pour protéger adultes et fœtus contre l'infection par le virus Zika, selon les résultats de travaux menés chez la souris, publiés dans

Actualité
Il y a 3 heures
sante-medecine-RFI

Lutter contre les déserts médicaux ou encore l’absentéisme font partie des objectifs principaux de la e-cabine ou cabine de télémédecine. En France, la première a vu le jour, il y a 3 ans dans une résidence de séniors en Bourgogne. Depuis, les commandes et [...]

Actualité
Il y a 4 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

SCIENCES - Des chercheurs français ont testé une technique prometteuse de stimulation nerveuse...


Actualité
Il y a 5 heures
sante-medecine-RFI

Ce mardi 26 septembre, c’est la journée mondiale de la contraception. En France, la pilule reste le moyen contraceptif le plus utilisé par les femmes, mais depuis quelques années, elles y ont de moins en moins recours, au profit d’autres méthode[...]

Actualité
Il y a 5 heures
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 6 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des chercheurs lyonnais ont stimulé pendant un mois le nerf vague d'un patient souffrant d'une grave lésion cérébrale.