Actualité
Il y a 1 mois
Syndrome d’hypoventilation de l’obésité: aller au-delà des apparences

Si le risque de mortalité lié à l’obésité est connu, il s’agit cependant d’une pathologie très hétérogène dans son pronostic. La présence d’une hypercapnie diurne, que l’on rencontre en cas d’hypoventilation, est à ce titre particulièrement préoccupante car elle augmente d’un facteur 2,5 le risque de mortalité. Or, la prévalence de ce syndrome d’hypoven[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Santé Environnement

Notre système alimentaire nous confronte aujourd'hui à de nombreuses problématiques. Il exerce des pressions importantes et souvent destructrices sur l'environnement chez nous et dans les pays du Sud (perte de biodiversité, pollutions, changements climatiques). Les impacts sur la santé (obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers, etc.) et les inégalités sociales sont particulièrement préoccupants. Les ménage, bien que sensibles à l'idée d'une nourriture de qualité, ne sont pas forcément prêts à modifier leurs habitudes alimentaires parce qu'ils craignent d'y laisser une part trop importante de leur budget ou ne savent tout simplement pas comment s'y prendre.

Apprendre au consommateur à s'interroger sur son alimentation, à respecter la nourriture et celui qui la produit, retrouver le plaisir de manger sain, local et de saison, découvrir les savoir-faire culinaires et la conservation des aliments, le tout en ménageant son budget et son temps : telles sont les lignes de force d'un Défi Alimentation Durable.

Dans le prolongement du Défi Alimentation Durable namurois, Inter-Environnement Wallonie et Espace Environnement ont bénéficié du soutien du Ministre wallon de l'Environnement pour développer un kit d'animation à destination des animateurs socio-culturels qui souhaitent aborder cette thématique avec leurs publics.

Cet outil a été développé en partenariat avec cinq associations wallonnes avec qui Inter-Environnement Wallonie et Espace Environnement ont collaboré afin de transposer le Défi Alimentation Durable à des ménages au revenu plus modeste et/ou qui ne sont pas d'emblée sensibilisés à la thématique de l'alimentation durable.

Un des objectifs de ce kit est de donner des ressources et éléments méthodologiques aux animateurs afin qu'ils puissent lancer un « Défi Alimentation Durable » avec des groupes constitués qu'ils accompagnent. Il présente également quelques notions clés liées à l'alimentation durable ainsi qu'une série d'activités qui peuvent être organisées dans le cadre du Défi. Sans se prétendre exhaustif, il référence également des animations et outils exis[...]

Actualité
Il y a 4 heures
sante-medecine-RFI

«Les morts évitables, nous les subissons chaque jour et cela devient de plus en plus insupportable», tranche dans une lettre ouverte, un médecin excédé, en priant le ministre de leur épargner ses discours toujours très captivants et pleins de créativité, pour proposer des solutions aux maux du système de santé du pays. «Les Ghanéens ont un nouvel hôpital moderne, tout comme les Tchadiens, les Burkinabé, les Maliens, les Nigériens, les Sénégalais (….). Actuellement, ce sont les Ghanéens, ou les Maliens qui soignent nos patients souffrant de cancer, parce qu’ils ont les appareils de radiothérapie qu’il faut. Comme le CHU Sylvanus Olympio, bâti dans les années 50, les infrastructures hospi[...]

Actualité
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 24 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): S. Gardic, V. Misrai, A.R. Azzouzi, A. Campeggi, J.-N. Cornu, A. De La Taille, S. Lebdai, R. Mathieu, G. Robert, A. Descazeaud
ObjectiveTo evaluate bleeding risk in patients on anticoagulation for mechanical cardiac valve operated for benign prostatic obstruction (BPO).Material and methodFifty-eight patients operated between 1998 and 2014, in seven French departments of Urology were included. Forty-five patients were operated by conventional surgery (transurethral resection of the prostate 38, open simple prostatectomies 7), and 13 patients were operated by Greenlight™ photovaporization of the prostate (PVP). In order to assess bleeding risk, blood transfusion was considered as the primary outcome.ResultsFifteen (26%) patients received blood transfusion in the postoperative period. Mean duration of hospitalization was 8.5 days. Secondary surgery was required in 12 cases (21%), including endoscopic clot removal under general anaesthesia in 10 patients, and suprapubic haemostasis in 3 patients. One patient died 72hours after transurethral resection of the prostate because of a massive pulmonary embolism. Two independent predictors of blood transfusion were identified: conventional surgery use versus PVP, and high preoperative PSA. Blood transfusion rate was significantly lower in the group of patients operated by PVP compared to conventional surgery (0% versus 33%, P=0.010). In addition, the laser surgery was associated with shorter duration of hospitalization (3.4 days versus 9.9 days, P=0.014). However, it was not found any significant difference between patients operated by PVP compared to conventional surgery in terms of secondary bleeding (3/13 vs 8/45, P=0.7), or second surgery (2/13 vs 10/45, P=0.5).ConclusionBleeding risk of BPO surgery in patients with mechanical cardiac valve is high. The [...]

Actualité
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): B. Delattre, L. Cormier, C. Borgogno, J.L. Descotes, D. Peiffert, J.M. Hannoun-Levi, J.L. Moreau
IntroductionLa curiethérapie des cancers de la prostate s’est progressivement implantée dans l’arsenal thérapeutique comme une alternative à la prostatectomie radicale et à la radiothérapie externe. Dans le groupe des patients présentant un cancer de pronostic favorable, les survies spécifiques dépassent 95 % à 10 ans. L’objectif de cette étude est de décrire la place actuelle et les pratiques de la curiethérapie en France.Matériel et méthodesUn questionnaire réalisé en association avec l’Association française d’urologie (AFU) et la Société française de radiothérapie oncologique (SFRO) et évaluant les différentes pratiques de la curiethérapie en France a été adressé à tous les urologues et radiothérapeutes qu’ils pratiquent ou non la curiethérapie.RésultatsAu total, 1417 questionnaires ont été envoyés et 285 réponses ont été recueillies provenant de 211 urologues (74 %) et 74 radiothérapeutes (26 %). Soixante (21 %) pratiquaient la curiethérapie (31 urologues, 29 radiothérapeutes). La technique à faible débit de dose par implants permanents était la plus fréquemment utilisée (83,3 %). Quatre-vingt-dix pour cent des sondés recommandent la curiethérapie pour les cancers de prostate à faible risque tandis que 73 % pratiquent dans les risques intermédiaires favorables et seulement 13 % chez les hauts risques.ConclusionLa curiethérapie reste rarement réalisée pour les cancers de prostate à faible risque. Une révision des recommandations est sans doute indispensable au vu des bons résultats dans ce groupe moyennant une sélection rigoureuse des patients. Le binôme urologue-radiothérapeute reste indispensable dans une prise en charge globale du patient.Niveau de preuve4.IntroductionProstate cancer brachytherapy can be used as an alternative to the radical prostatectomy and radiotherapy. In the low-risk group, specific survivals are up to 95% after 10years. The aim of the study is to describe the practices in brachytherapy in France.Materials and methodsA survey made by AFU (French Urologic Association) and SFRO (French Society Of Oncological Radiotherapy) assessing the practices in brachytherapy in France was sent to all the urologists and radiotherapists even if they did not practice it.ResultsIn total, 1417 surveys were sent, 285 were received coming from 211 urologists (74%) and 74 radiotherapists (26%). Sixty (21%) practiced brachytherapy (31 urologists, 29 radiotherapists). Low dose rate with permanent implants was used in 83,3%. Brachytherapy was advised for low-risk group by 90% who responded the survey, 73% used it in intermediate risk and only 13% in high risk.ConclusionBrachytherapy is hardly used in low risk prostate cancer. It probably needs a reconsideration of recommendations due to the good results in association with a good picking. The urologist–radiotherapist couple is essential in the overall care of the patient.Level of evidence4.

Actualité
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): Q. Manach, M. Bouquot, M. Rouprêt, V. Ambrogi, F. Richard, M.O. Bitker, E. Chartier-Kastler, V. Phé
ObjectifÉvaluer les résultats fonctionnels à long terme de la bandelette sous-urétrale rétropubienne TVT pour le traitement de l’incontinence urinaire d’effort (IUE) féminine.MéthodesUne étude monocentrique prospective a inclus les femmes ayant une IUE par hypermobilité urétrale traitées par une bandelette rétropubienne TVT par le même chirurgien entre septembre 1998 et septembre 2000. Les patientes ont été évaluées à 1, 3, 6 et 12 mois après la chirurgie, puis annuellement. Les données suivantes ont été recueillies : calendrier mictionnel, résidu post-mictionnel, test d’incontinence urinaire d’une heure, questionnaire de sévérité des symptômes urinaires, score de qualité de vie, complications postopératoires. Les taux de continence objective (absence de fuite urinaire à l’effort lors de l’examen clinique) et subjective (absence de fuite urinaire, quel que soit le type, rapportée par la patiente) ont été rapportés.RésultatsCinquante-huit patientes d’âge médian 59 ans (IQR 49–67 ; min 21–max 78) ont été incluses. Au terme du suivi médian de 10,2 ans (IQR 1,4–16,0 ; min 1–max 13,2), les taux de continence urinaire objective et subjective ont été respectivement de 93 % et 78 % et sont restés stables dans le long terme. Le test d’incontinence urinaire d’une heure, les scores du questionnaire de sévérité des symptômes urinaires et de qualité de vie ont été significativement améliorés. L’utilisation d’autosondages intermittents a été nécessaire chez 3 femmes en postopératoire. Une section de bandelette et l’ablation d’une autre bandelette ont été réalisées chez 2 femmes ayant des douleurs pelviennes chroniques. Une patiente a rapporté des infections urinaires récidivantes. Un taux d’urgenturie de novo de 10 % a été rapporté.ConclusionLes résultats fonctionnels après la mise en place d’une bandelette rétropubienne TVT sont satisfaisants et stables sur le long terme. Cette procédure améliore la qualité de vie avec une morbidité faible.Niveau de preuve3.PurposeTo evaluate the long-term functional outcomes after retropubic tension-free vaginal tape (TVT) placement to treat female stress urinary incontinence (SUI).MethodsFrom September 1998 to September 2000, we prospectively enrolled all consecutive women in our center suffering SUI caused by urethral hypermobility. All women had a retropubic TVT inserted by the same surgeon. Patients were evaluated at 1, 3, 6 and 12 months postoperatively, and annually thereafter. Postoperative assessment included a measurement of post-voiding residual volume, urinalysis, a 1-hour pad test, a urinary symptom questionnaire, and an assessment of quality-of-life. Objective continence (defined as no urine leakage at clinical examination) and subjective continence (defined as no urine leakage, whatever the mechanism, reported by the patient) were reported.ResultsOverall, 58 consecutive women (median age 59; IQR 49–67; min 21–max 78) were evaluated. Median follow-up was 10.2years (IQR 1.4–16.0; min 1–max 13.2). At the last follow-up, objective and subjective continence rates were 93% and 78%, respectively and remained stable in the long run. Pad tests, urinary symptom questionnaire scores and quality-of-life were significantly improved. Self-intermittent catheterisatio[...]

Actualité
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): H.A. García-Perdomo, F. Echeverría-García, H. López, N. Fernández, R. Manzano-Nunez
ObjectiveTo assess effectiveness of pharmacologic interventions to relieve pain in patients suffering an acute stone episode.MethodsRelevant trials that included patients with acute renal colic and radiological findings of urinary stones were identified in four databases. The main outcome was pain relief evaluated by Visual Analogue Scale score (VAS).ResultsIn overall, diclofenac was superior to other NSAIDs for pain relief (MD of −12.57 [95% CI: −19.26, −5.88]). Paracetamol was superior to morphine for pain reduction at 30minutes (MD of −3.92 [95% CI: −6.41, −1.43]) and also to placebo at 15minutes (MD of −24.77 [95% CI: −33.19, −16.35]) and at 30minutes (MD of −16 [95% CI:−29, −2.96]) after drug administration. Finally, diclofenac was superior to paracetamol for pain reduction at 60 (MD of 6.60 [95% CI: 4.37, 8.83]) and 90minutes (MD of 3.4 [95% CI: 2.01, 4.79]).ConclusionsDiclofenac was superior to other NSAIDs and paracetamol for diminishing pain in patients suffering an acute stone episode. Paracetamol was superior to morphine and placebo for short pain relief. Future trials should address the role of paracetamol in the management of pain in patients suff[...]