Actualité
Il y a 1 mois
Tunisie : l’Ordre des médecins s’oppose aux tests anaux destinés à révéler une homosexualité

Paris, le mardi 18 avril 2017 - En septembre 2015, l’affaire d’un jeune étudiant tunisien condamné à un an de prison ferme pour pratique homosexuelle avait provoqué de nombreux débats dans le pays et entraîné une mobilisation d’une partie de la société civile aboutissant à l’annulation de la sentence. Si de nombreuses organisations civiles ont alors réclamé[...]

JIM
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 1 jours
Dessine-moi un clitoris !
JIM
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 3 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 22 May 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): S. Mouline, H. Naoui, F. Nachite, M. Oukabli, M. Laroussi, A. Zentar, B. Lmimouni


Presse médicale
Il y a 3 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Médecine et Maladies Infectieuses
Author(s): P.A. Coffie, A. Patassi, A. Doumbia, G. Bado, E. Messou, A. Minga, E. Allah-Kouadio, D.M. Zannou, M. Seydi, A.R. Kakou, F. Dabis, G. Wandeler
BackgroundWe aimed to describe changes in hepatitis B screening practices over a 3-year period among HIV-infected patients in West Africa.MethodsA medical chart review was conducted in urban HIV treatment centers in Ivory Coast (3 sites), Benin, Burkina Faso, Senegal, and Togo (1 site each). Among patients who started antiretroviral treatment between 2010 and 2012, 100 per year were randomly selected from each clinic. Demographic, clinical, and laboratory data was collected using a standardized questionnaire. We assessed changes in the proportion of patients screened over time and identified predictors of screening in a multivariable logistic regression.ResultsA total of 2097 patients were included (median age: 37 years, 65.4% of women). Overall, 313 (14.9%) patients had been screened for hepatitis B, with an increase from 10.6% in 2010 to 18.9% in 2012 (P0.001) and substantial differences across countries. In multivariable analysis, being aged over 45 years (adjusted odds ratio: 1.34 [1.01–1.77]) and having an income-generating activity (adjusted odds ratio: 1.82 [1.09–3.03]) were associated with screening for hepatitis B infection. Overall, 62 HIV-infected patients (19.8%, 95% confidence interval: 15.5–24.7) were HBsAg-positive and 82.3% of them received a tenofovir-co[...]

Actualité
Il y a 4 heures
Réseau CHU
Créé en fin d’année dernière, le Fonds de dotation du CHRU de Brest, INNOVEO lance sa campagne officielle pour le financement de la recherche médicale. Dans le même temps le public est convié au vernissage de l’exposition éponyme consacrée à la recherche médicale, dans le grand hall de l’Aéroport Brest Bretagne*
" Je suis très honoré d’être l’ambassadeur d’INNOVEO" témoigne Jean-Guy Le Floch, célèbre PDG d’Armor Lux, qui apporte un soutien de poids pour mobiliser la population et les entreprises du territoire autour des grands projets portés par ce nouveau Fonds et qui concernent l'enfance, la médecine de précision et les pathologies vasculaires. "La recherche en santé dans le Finistère doit être une priorité. Je suis confiant dans notre capacité à nous mobiliser pour la recherche médicale". Le CHRU de Brest à la pointe de la recherche
La recherche est l’une des trois missions fondamentales du CHRU de Brest, aux côtés du soin et de l’enseignement : elle permet de mieux comprendre les phénomènes favorisant la santé, d’évaluer l’état de santé d’une région, mais aussi de diffuser rapidement les innovations thérapeutiques auprès des populations. Avec ses 9 équipes (dont 4 INSERM), ses 2 fédérations hospitalo-universitaires et un groupement fédératif d’excellence en génétique, le CHRU de Brest dispose d’une activité de recherche translationnelle et clinique particulièrement active, servie par un des plus importants Centres d’Investigations cliniques INSERM français en termes d’effectifs : 71 personnes et plus de 500 études en cours. Cette dynamique garantit au CHRU un leadership sur ses projets internationaux, tout en ouvrant d’autres portes entre acteurs de la société civile et chercheurs.
Réunir population, professionnels et entreprises
Le Fonds de dotation Innoveo s’adresse aux particuliers, aux entreprises et a[...]
Actualité
Il y a 5 heures
Réseau CHU
Dans l’ombre des blouses blanches qui s’activent chaque jour à accueillir et soigner les patients, les blouses roses œuvrent en coulisse pour redonner le sourire aux enfants malades et à leur famille. Le comité grenoblois vient de financer trois nouveaux projets au bénéfice des urgences pédiatriques du CHU Grenoble Alpes. Redonner le sourire aux enfants malades et à leurs familles. Un pari une nouvelle fois relevé haut la main par le comité grenoblois de l’association Les Blouses Roses qui vient de financer différents projets au bénéfice des urgences pédiatriques de l’Hôpital Couple Enfant du CHU Grenoble Alpes. A savoir une belle salle de jeux, des panneaux de décoration ludiques ainsi que trois tiroirs "Distra-Box" équipant les chariots de soin. « Nous avons pu financer l’achat de ces trois projets grâce à notre dernière action menée avec le concours de L’Entrepôt du Bricolage », confie Hervé Gigon, président de l’association. « Nous sommes heureux de pouvoir apporter un peu de joie aux enfants dans des périodes pas toujours simples ». Des propos qui résonnent avec la réaction unanime des professionnels de santé des urgences pédiatriques. « Cette salle de jeu dédiée aux enfants hospitalisés aux urgences permet aux parents de partager des moments avec leurs enfants dans une période d'attente de résultats et de diagnostic qui peut s'avérer source d'inquiétudes. Le but de ces aménagements est de dédramatiser l'hôpital, de rendre le lieu le plus proche possible d'un milieu de vie et non de maladie», explique Emmanuelle Rouault, cadre de santé aux urgences pédiatriques. Des urgences qui accueillent chaque année 23 000 passages et 5 000 hospitalisations.
"Distra’box": distraire pour moins souffrir
Au-delà de la salle de jeux et des décorations murales, le projet "Distra’box"a été imaginé dans le cadre d’un groupe de réflexion portant sur la gestion de la douleur -appelé Dolokids- avec le soutien du Docteur Marielle Cartal, anesthésiste pédiatrique et médecin de la douleur à l’Hôpital Couple Enfant. La distraction vise à diminuer la s[...]
Actualité
Il y a 5 heures
Quotidien du médecin

Au moins 120 médecins de toutes spécialités se présentent aux élections législatives, qui auront lieu les dimanches 11 et 18 juin. La

Presse médicale
Avantage Supplémentaire Maternité : il était temps !
Il y a 6 heures
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

A partir du 29 octobre 2017, les femmes médecins libérales enceintes et/ou adoptantes percevront l’Avantage Supplémentaire Maternité (ASM). Toutes n’y auront cependant pas droit. Un avantage acquis de haute lutte qui vient enfin partiellement pa[...]