Actualité
Il y a 1 mois
Un test urinaire pour la surveillance du régime sans gluten en cas de maladie cœliaque
Date:
Mardi, 18 Avril, 2017
Titre de l'article:
Un test urinaire pour la surveillance du régime sans gluten en cas de maladie cœliaque
Titre original:
Detection of gluten immunogenic peptides in the urine of patients with coeliac disease reveals transgressions in the gluten-free diet and incomplete mucosal healing
Source:
Article
Revue:
Références biblio:
2017 Feb;66(2):250-257
Commentaires:

Ce test urinaire simple et non invasif détectant la prise de faible quantité de gluten pourrait permettre, si les résultats de cette étude sont confirmés, une évaluation beaucoup plus fiable du bon suivi du régime sans gluten chez les patients ayant une maladie cœliaque. En cas de lésions histologiques persistantes, il permettrait aussi de mieux différencier les patients suivant mal leur régime de ceux véritablement réfractaires au régime sans gluten. Une petite révolution en perspective dans le suivi de ces patients…

Résumé:

Cette étude espagnole a utilisé un test de détection dans les urines de peptides immunogéniques du gluten (GIP) à l’aide d’un anticorps monoclonal G12 chez des volontaires sains et des patients ayant une maladie cœliaque. Chez les volontaires sains, le test devenait négatif 16 à 34h après l’éviction du gluten dans l’alimentation, et se positivait dès la 3-9ème heure après réintroduction du gluten, le seuil minimal de détection étant l’ingestion de 25mg de gluten. Chez les patients cœliaques, le test était positif chez 48% des adultes et 45% des enfants. Chez ceux ayant un test négatif, aucun n’avait de lésion architecturale importante sur les biopsies duodénales et les anticorps anti-transglutaminase et gliadine étaient négatifs. A l’inverse, 6/7 des patients ayant de nettes anomalies histologiques avaient un test urinaire positif, et 1 était positif mais avec un taux positif mais non quantifiable de GIP. La présence de GIP quantifiable était significativement corrélée à la sévérité des lésions histologiques.

A noter que l’enquête diététique ne révélait pas d’écart de régime chez les patients et que 5 patients ayant des lésions histologiques sévères avaient des anticorps anti transglutaminase ou gliadine négatifs.

Conclusion : La détection de GIP dans les urines après l’ingestion de gluten est une méthode nouvelle et non invasive de surveiller la compliance au régime sans gluten, plus performante que l’enquête diététique et que les sérologies. Simple, sensible et spécifique, ce test pourrait être utile aussi bien en pratique clinique que pour la recherche.

Domaine:
Degré d'innovation:
Important
Avancement:
Recherche clinique
Impact patient:
4
Arrivée dans la pratique:
Futur proche
Impact soin:
Important
Entousiasme rédacteur:
4
Intérêt:
4
Visuel:
Publier sur le site:
Oui
SNFGE
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Actualité
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 10 minutes
Santé mentale

Le patient peut aujourd’hui échanger sur des forums Internet avec d’autres patients touchés par la même maladie. Il peut mesurer lui-même sa glycémie ou sa température et transmettre ses analyses......

Actualité
Il y a 10 minutes
Santé mentale

Le patient peut aujourd’hui échanger sur des forums Internet avec d’autres patients touchés par la même maladie. Il peut mesurer lui-même sa glycémie ou sa température et transmettre ses analyses......

Actualité
Il y a 10 minutes
Santé mentale

Le patient peut aujourd’hui échanger sur des forums Internet avec d’autres patients touchés par la même maladie. Il peut mesurer lui-même sa glycémie ou sa température et transmettre ses analyses......

Actualité
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Actualité
Il y a 27 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 May 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): J. Kerdraon, B. Peyronnet, X. Gamé, B. Fatton, R. Haddad, C. Hentzen, C. Jeandel, P. Mares, M. Mezzadri, A.-C. Petit, G. Robain, J.-M. Vetel, G. Amarenco
ObjectifL’objectif de cet article était d’effectuer une revue des données de la littérature concernant la physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne chez la personne âgée.MéthodesUne revue de la littérature a été effectuée en juillet 2016 à l’aide de la base de données Medline/Pubmed en limitant la recherche aux travaux en anglais ou en français.RésultatsLa prévalence de l’hypoactivité détrusorienne oscillerait entre 8 % et 48 % selon la définition utilisée et l’âge de la population étudiée. Les données actuelles suggèrent que le vieillissement pourrait être en soi un facteur causal d’hypoactivité détrusorienne par le biais de perturbations myogènes (modifications ultrastructurales du muscle détrusor) et neurogènes (par dégradation des mécanismes d’innervation efférente, mais surtout afférente). Au-delà de ces mécanismes intrinséquement liés à l’âge, de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale, carence estrogénique, athérosclérose,…) peuvent être impliquées dans la genèse d’une hypoactivité détrusorienne chez les sujets âgés. Le rôle joué par l‘hyperactivité détrusorienne dans l‘apparition d’une hypoactivité détrusorienne doit lui être considéré à part, car elles semblent l’expression d’un seul et même trouble du bas appareil urinaire répondant à des stades évolutifs différents et secondaires à de nombreux facteurs étiopathogéniques qui en modulent les caractéristiques évolutives et leur expression clinique.ConclusionLa physiopathologie de l’hypoactivité détrusorienne liée au vieillissement reste à ce jour mal connue, mais semble impliquer des perturbations myogènes et neurogènes qui au-delà du vieillissement per se sont favorisées par de nombreuses comorbidités dont la prévalence augmente avec l’âge (diabète, obstruction sous-vésicale…).AimThe aim of this study was to review the evidence regarding the pathophysiology of detrusor underactivity in the elderly.MethodsA literature review was conducted in July 2016 using the Medline/Pubmed database limiting the search to works in English or French.ResultsThe prevalence of detrusor underactivity has been reported to range from 8% to 48% depending on the definition used and the age of the population studied. Current data suggest that aging may itself be a causative factor of detrusor underactivity through myogenic dysfunctions (ultrastructural degeneration of the detrusor muscle) and neurogenic dysfunctions (by degeneration of efferent but mostly afferent innervation mechanisms). Beyond these inherently age-related mechanisms, many comorbidities whose prevalence increase with age (diabetes, bladder outlet obstruction, estrogen deficiency, atherosclerosis, etc.) may be implicated in the development of detrusor underactivity in the elderly. The role played by detrusor overactivity in [...]

Actualité
Il y a 38 minutes
EFSA

Published on: Tue, 23 May 2017 +0200

The European Food Safety Authority (EFSA) was asked by the European Commission to provide scientific assistance with respect to the risk assessment for an active substance in light of confirmatory data requested following approval in accordance with Article 6(1) of Directive 91/414/EEC and Article 6(f) of Regulation (EC) No 1107/2009. In this context EFSA’s scientific views on the specific points raised during the commenting phase conducted with Member States, the applicant and EFSA on the confirmatory data and their use in the risk assessment for terpenoid blend QRD 460 are presented. The current report summarises the outcome of the consultation pr[...]