Actualité
Il y a 12 jours
Une douzaine de plainte déposées contre le nouveau Levothyrox

SANTÉ -Les recours en justice se multiplient dans l'affaire du Levothyrox. Après celle déposée par une patiente et avocate contre le laboratoire allemand Merck, Le Parisien révèle qu'une douzaine de plaintes pour "mise en danger de la vie d'autrui" ont également été déposées au parquet du pôle de santé publique de Paris ce vendredi 8 septembre.


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 38 minutes
Maisons de retraite : des établissements en souffrance
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Des légumes issus de semences paysannes vont être vendus chez Carrefour
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Stimuler le système immunitaire, une piste pour traiter Alzheimer ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Alzheimer ou autre démence : pourquoi et quand faut-il savoir ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Que se passe-t-il dans le cerveau des malades d’Alzheimer ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Les infos immanquables du jour: Crise au FN, les virus des égouts et la tournée d'ABBA
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Lille: Bientôt un complément alimentaire pour prévenir l’apparition du diabète ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Urgences de Nantes : des patients sous tente à cause des punaises de lits
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 3 heures
Qualité de l'air : du mieux mais toujours des points noirs
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 4 heures
Ces virus qui guérissent : une expérience lyonnaise
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 4 heures
Asthme: Bientôt un nouveau médicament plus efficace que la Ventoline?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 5 heures
Séisme au Mexique : "les personnes peuvent survivre 48h à 72h" dans les décombres
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 heures
RA-Santé
A Lyon, des virus prédateurs de bactéries pour combattre l’infection.

Comment guérir d’une infection grave et résistante à tout antibiotique ? A cette question, les Hospices Civils de Lyon viennent de répondre en soignant deux patients avec des phages. Ces virus partent à l’assaut des bactéries résistantes et terrassent l’infection. Deux patients atteints de sévères infections ostéoarticulaires qui ne pouvaient plus cicatriser ont bénéficié, à titre compassionnel, d’un traitement par phages : l’infection a rapidement été contrôlée. C’est une 1ère en France puisque le traitement a été concocté avec des phages fabriqués en France et administré à l’hôpital de la Croix Rousse – HCL

Concrètement, les bactériophages ou phages sont des virus prédateurs des bactéries. Ils sont naturellement présents là où elles se trouvent en grand nombre… les égouts !! Découverts dans les années 20, ils ont été oubliés avec l’arrivée des antibiotiques. Seuls certains pays de l’Est (Géorgie) ont continué à les utiliser pour traiter les infections. La menace de la résistance aux antibiotiques les rend d’actualité. De nombreux patients en échec thérapeutique vont en Géorgie pour être traités par ces fameux phages et éviter d’être amputés.

Des tueurs d’élite versus bombe nucléaire L’immense intérêt des phages est qu’ils s’attaquent à une bactérie précise. En l’occurrence, dans le cas des deux patients lyonnais (dont une femme de 80 ans), un pseudomonas aeruginosa multi résistant et un staphylococcus aureus récidivant. Ils ne détruisent donc pas les autres bactéries comme le font les antibiotiques. Le revers de la médaille est que, pour être traité, il faut savoir quelle bactérie est en cause !

Un médicament « vivant » est fabriqué en France

Pour parvenir à cette première nationale, Pherecydes Pharma a sélectionné des phages parmi sa collection interne, après les avoir testés sur les bactéries infectant les patients. Les résultats du « phagogramme » ont permis de choisir les phages les plus actifs et de fournir un traitement sur mesure. Après préparation magistrale réalisée par la pharmacie de l’hôpital de la Croix-Rousse, ils ont été appliqués sur le site de l’infection ostéo-articulaire, avec une excellente tolérance et des résultats positifs, en association avec d’autres procédures et traitements.

Les plaies ont pu cicatriser, alors que tous les autres traitements avaient échoué. « Les résultats positifs de ce traitement en phagothérapie contre une infection ostéo-articulaire sont très encourageants. Ils ouvrent la voie à d’autres cas compassionnels sur les bactéries difficiles à traiter et potentiellement résistantes aux antibiotiques usuels comme Pseudomonas aeruginosa, staphylococcus aureus et Escherichia coli », estime Guy-Charles Fanneau de La Horie, Président du Directoire de Pherecydes Pharma. « Nous entrons dans l’ère de la médecine personnalisée en utilisant une association de phages spécifiques à la souche bactérienne pathogène de chaque patient et donc parfaitement adaptée à chaque cas »

Infection nosocomiale, une nouvelle voie de guérison

« Nous sommes impatients d’explorer la piste thérapeutique prometteuse des bactériophages pour lutter contre l’antibiorésistance et qui pourrait augmenter significativement les guérisons dans les infections ostéoarticulaires», précise le Professeur Tristan Ferry, médecin au centre de référence des infections Ostéo-articulaires de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL. Dans le cadre du consortium PHOSA auquel les HCL et Pherecydes Paharma sont partenaires, des essais cliniques vont être prochainement lancés pour traiter les infections ostéoarticulaires avec ces gu[...]

Actualité
Il y a 2 heures
RA-Santé
A Lyon, des virus prédateurs de bactéries pour combattre l’infection.

Comment guérir d’une infection grave et résistante à tout antibiotique ? A cette question, les Hospices Civils de Lyon viennent de répondre en soignant deux patients avec des phages. Ces virus partent à l’assaut des bactéries résistantes et terrassent l’infection. Deux patients atteints de sévères infections ostéoarticulaires qui ne pouvaient plus cicatriser ont bénéficié, à titre compassionnel, d’un traitement par phages : l’infection a rapidement été contrôlée. C’est une 1ère en France puisque le traitement a été concocté avec des phages fabriqués en France et administré à l’hôpital de la Croix Rousse – HCL

Concrètement, les bactériophages ou phages sont des virus prédateurs des bactéries. Ils sont naturellement présents là où elles se trouvent en grand nombre… les égouts !! Découverts dans les années 20, ils ont été oubliés avec l’arrivée des antibiotiques. Seuls certains pays de l’Est (Géorgie) ont continué à les utiliser pour traiter les infections. La menace de la résistance aux antibiotiques les rend d’actualité. De nombreux patients en échec thérapeutique vont en Géorgie pour être traités par ces fameux phages et éviter d’être amputés.

Des tueurs d’élite versus bombe nucléaire L’immense intérêt des phages est qu’ils s’attaquent à une bactérie précise. En l’occurrence, dans le cas des deux patients lyonnais (dont une femme de 80 ans), un pseudomonas aeruginosa multi résistant et un staphylococcus aureus récidivant. Ils ne détruisent donc pas les autres bactéries comme le font les antibiotiques. Le revers de la médaille est que, pour être traité, il faut savoir quelle bactérie est en cause !

Un médicament « vivant » est fabriqué en France

Pour parvenir à cette première nationale, Pherecydes Pharma a sélectionné des phages parmi sa collection interne, après les avoir testés sur les bactéries infectant les patients. Les résultats du « phagogramme » ont permis de choisir les phages les plus actifs et de fournir un traitement sur mesure. Après préparation magistrale réalisée par la pharmacie de l’hôpital de la Croix-Rousse, ils ont été appliqués sur le site de l’infection ostéo-articulaire, avec une excellente tolérance et des résultats positifs, en association avec d’autres procédures et traitements.

Les plaies ont pu cicatriser, alors que tous les autres traitements avaient échoué. « Les résultats positifs de ce traitement en phagothérapie contre une infection ostéo-articulaire sont très encourageants. Ils ouvrent la voie à d’autres cas compassionnels sur les bactéries difficiles à traiter et potentiellement résistantes aux antibiotiques usuels comme Pseudomonas aeruginosa, staphylococcus aureus et Escherichia coli », estime Guy-Charles Fanneau de La Horie, Président du Directoire de Pherecydes Pharma. « Nous entrons dans l’ère de la médecine personnalisée en utilisant une association de phages spécifiques à la souche bactérienne pathogène de chaque patient et donc parfaitement adaptée à chaque cas »

Infection nosocomiale, une nouvelle voie de guérison

« Nous sommes impatients d’explorer la piste thérapeutique prometteuse des bactériophages pour lutter contre l’antibiorésistance et qui pourrait augmenter significativement les guérisons dans les infections ostéoarticulaires», précise le Professeur Tristan Ferry, médecin au centre de référence des infections Ostéo-articulaires de l’hôpital de la Croix Rousse-HCL. Dans le cadre du consortium PHOSA auquel les HCL et Pherecydes Paharma sont partenaires, des essais cliniques vont être prochainement lancés pour traiter les infections ostéoarticulaires avec ces gu[...]

Actualité
Il y a 8 heures
Infirmiers

L’incontinence est cause d’une gêne plus ou moins grande dans l’accomplissement des actes quotidiens de la vie. Même si l’on ne peut pas parler de pathologie dans la plupart des cas, il s’agit d’un handicap physique doublé d’un sentiment de diminution psychologique. Souvent la notion de confort est évoquée. Mais plus qu’un inconfort, la gêne occasionnée peut tant perturber les actes quotidiens qu’elle conduira à la perte d’une certaine indépendance. Chez la personne âgée, cette infirmité devient souvent une pathologie dont les conséquences peuvent devenir préoccupantes. Un groupe d’experts internationaux s’est réuni en 2015 pour faire un état des lieux et a publié un rapport disponible en Français1 dont nous tentons de faire ici un résumé commenté.

Publi-information du laboratoire Metanoïa

Femme agée dans un lit d'hopital

Les populations les plus touchées par la dermite associée à l'incontinence sont notamment les sujets âgés fragiles et/ou dépendants.

Jusqu’à récemment, le diagnostic de la Dermite Associée à l’Incontinence (DAI) n’avait pas été vraiment répertorié par manque d’études et de cas cliniques. A l’origine, classée parmi les pathologies dites d’affections cutanées qualifiées d’altérations de la peau associées à l’humidité (MASD), il a été préféré à la suite de ce rapport la dénomination « Dermite Associée à l’Incontinence » marquant le fait que cette affection est liée aux effluents, peut s’étendre sur une zone périnéale élargie et toucher tous les âges. Il ressort de ce rapport que la DAI peut provoquer gêne, douleurs, irritation, démangeaisons, brûlures, picotements sur les zones atteintes. Ces zones peuvent évoluer vers un début d’escarres.

La DAI a pour origine une perturbation de la barrière cutanée naturelle de la peau, une inflammation dont l’origine serait une surhydratation et une augmentation du Ph. Une peau sensible aux frottements et cisaillements (deux facteurs aggravant de l’apparition des escarres) est également une peau à risque de DAI. Les patients atteints d’une incontinence fécale présentent plus de risques de développer une DAI que les patients atteints d’une seule incontinence urinaire. Le changement de nature des effluents dû à une modification de l’alimentation ou à la prise de médicaments peut altérer la barrière cutanée lors de fuites et causer une détérioration de cette dernière, engageant ainsi un processus d’apparition de la DAI sur le siège. Les zones de plis doivent être attentivement surveillées car elles sont le lieu de la macération de la peau. L’évaluation et le diagnostic de la DAI ne peut se faire qu’au moyen de l’observation clinique et de l’analyse visuelle.

Le résultat d’une thérapie de prévention ou de soin de la DAI adapté doit apparaître dans les un ou deux jours suivant sa mise en œuvre…

Les patients atteints d’une incontinence fécale présentent plus de risques de développer une DAI que les patients atteints d’une seule incontinence urinaire.

Nettoyage et protection : quels gestes comptent ?

A cet égard, nous devons citer intégralement une des conclusions de ce rapport que nous jugeons importante et qui indique : Il a été démontré que les protocoles structurés de soins cutanés qui intègrent un nettoyage doux et l’utilisation de protecteurs cutanés réduisent l’incidence de la DAI. Il est également possible qu’ils soient associés à une réduction du développement des escarres de stade I. Le retour d’expérience qui nous est indiqué par quelques services de santé ajoute que le choix du nettoyant n’est pas neutre. De nombreux produits présentent une agression pour la peau fragile. Les produits choisis seront réputés pour leur hypoallergénie. Certains produits non rinçables peuvent laisser à la surface de la peau des substances irritantes qu’il sera préférable d’éviter. On le voit, deux actions sont étroitement liées : le nettoyage et la protection cutanée.

En octobre 2015, le produit EscarProtect® a été présenté pour la première fois à la communauté médicale lors du congrès PERSE à Bordeaux. Il présente les caractéristiques citées dans le rapport cité plus haut pour la prévention et le soin des Dermites Associées à l’Incontinence (DAI). En effet le rapport indique que le produit idéal se caractérise par les éléments suivants :

  • preuves cliniques pour la prévention et/ou le traitement de la DAI ;
  • proche du pH de la peau (remarque : le pH n’est pas une caractéristique pertinente pour tous les produits, par ex. ceux qui ne contiennent pas d’ions hydrogène, y compris certains films barrières) ;
  • faible pouvoir irritant/hypoallergénique ;
  • ne pique pas à l’application ;
  • transparent ou aisément éliminé pour une inspection de la peau ;
  • élimination/nettoyage tenant compte du temps du soignant et du confort du patient ;
  • n’augmente pas l’altération de la peau ;
  • n’interfère pas avec l’absorption ou la fonction des produits de gestion de l’incontinence ;
  • compatible avec les autres produits utilisés (par ex. les pansements adhésifs) ;
  • acceptable pour les patients, les cliniciens et les soignants ;
  • minimise le nombre de produits, de ressources et de temps nécessaires pour terminer le protocole de soins cutanés complet ;
  • bon rapport coût-efficacité

Cette mousse à base de cristal liquide, principe de fonctionnement innovant, apporte une nouvelle voie pour protéger la peau permettant sa régénération à l’abri des agresseurs qu’elle subit.

Un récent protecteur cutané

EpidermeAprès un doux nettoyage de la peau à l’aide de produits hypoallergéniques, et surtout un bon rinçage à l’eau, l’application de ce protecteur cutané va installer un réseau intra-épidermique qui restera plusieurs heures dans l‘épiderme (cf. illustration). Ce réseau se maintient en place en dépit du passage après lui d’eau, de savon, d’urines ou de selles. Une fuite après le soin comprenant l’application du protecteur cutané ne nécessite pas une nouvelle application de ce protecteur et le soin de nettoyage ne vient plus agresser la peau aussi douloureusement qu’avant. Il est mentionné dans le rapport cité ici que l’une des causes de la DAI se trouve dans la surhydratation ou[...]

Actualité
Il y a 8 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Selon le chef du département pharmacie à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, Alain Astier, "le problème du bon usage (des antibiotiques) est un problème majeur".


Actualité
Il y a 8 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une vaste enquête incluant 23 laboratoires internationaux a mis en évidence l’efficacité de certaines actions pour faire baisser le risque d’Alzheimer.


Actualité
Il y a 9 heures
ICM

Le Docteur Michel Cazaugade, Président de Groupe Pasteur Mutualité, et le Professeur Gérard Saillant, Président de l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM), ont signé une convention de mécénat pour une durée de trois ans.

Le groupe mutualiste d’assurances dédié aux professionnels de santé s’associe à la Fondation reconnue d’utilité publique qui héberge, depuis 2010, un centre de recherches animé par une communauté de 700 chercheurs (médecins, ingénieurs et techniciens) sur le site de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

L’ICM, l’un des tout premiers centres mondiaux dédié à la recherche sur les maladies du système nerveux, contribue à améliorer l’efficience des connaissances en neurosciences en favorisant une recherche translationnelle et en fournissant aux équipes de recherche un écosystème privilégié intégrant des équipements à la pointe du progrès. En mêlant des domaines aussi variés que la biologie moléculaire et cellulaire, la neurophysiologie et les sciences cognitives, en étroit maillage avec une recherche clinique, il se fixe comme but d’apporter des réponses concrètes aux patients pour prévenir et guérir les affections du système nerveux.

Pour Groupe Pasteur Mutualité, cet engagement s’inscrit dans le cadre de sa politique d’innovation à destination des professionnels de santé et dans la continuité de ses actions de soutien à la recherche médicale. Un soutien qui se manifeste chaque année, depuis 2008, par l’octroi de nombreuses bourses à de jeunes chercheurs en santé via sa Fondation d’entreprise. Il fait également pleinement écho à son programme Villa M, qui verra naître en 2019 en plein cœur de Paris, un lieu totale[...]