Actualité
Il y a 1 mois
Violence sexuelle : éradiquer cette « arme de guerre »

Utilisés pour humilier, dominer ou disperser les communautés, les viols et les mariages forcés sont encore rapportés dans de nombreux pays en guerre. Principales victimes, les jeunes filles et les femmes. Pour lutter contre ce fléau, la justice et les politiques de dissuasion sont à l'ordr


News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Découvrez plus sur le même flux
Actualité
Il y a 24 minutes
La qualité du sperme se détériore dans les pays occidentaux
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 28 minutes
Baclofène : la colère des médecins monte d’un cran
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 28 minutes
Baclofène : la colère des médecins monte d'un cran
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 29 minutes
Pourquoi les moustiques piquent plus certaines personnes que d'autres ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 29 minutes
Vaccins: la ministre de la Santé écarte toute nocivité des adjuvants
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 33 minutes
Ce qu'il faut retenir de la conférence internationale sur le Sida
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 40 minutes
Baisse de la concentration en spermatozoïdes dans les pays occidentaux
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Santé : la part des dépenses dans le PIB multipliée par trois en 65 ans
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
Santé : la qualité du sperme se détériore
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 1 heures
L'impression 3D est-elle l'avenir du cœur artificiel ?
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Actualité
Il y a 2 heures
Santé: la part des dépenses dans le PIB a plus que triplé depuis 1950
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 heures
JIM

Paris, le mercredi 26 juillet 2017 - Alors que le secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a affirmé devant la délégation aux droits des femmes du Sénat que le taux d’épisiotomies atteignait en France 75 % et qu’il existait des « pratiques obstétricales non consenties avec notamment des violences obstétricales[...]

Actualité
Il y a 2 heures
JIM

Paris, le mercredi 26 juillet 2017 - Alors que le secrétaire d’Etat chargé de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a affirmé devant la délégation aux droits des femmes du Sénat que le taux d’épisiotomies atteignait en France 75 % et qu’il existait des « pratiques obstétricales non consenties avec notamment des violences obstétricales[...]

Actualité
Il y a 3 heures
CHU Rouen

Les enfants font souvent de la fièvre, mais la fièvre n’est pas forcément dangereuse et elle n’est pas toujours un signe de maladie. En fait, la fièvre montre que la réaction inflammatoire du corps est entrée en action. Cela survient le plus souvent en raison d’une infection bactérienne ou virale. On croit que la fièvre (température corporelle élevée) est un [...]

Actualité
Il y a 7 heures
ICM

L’agitation pendant le sommeil est fréquente dans la population, mais peut être le symptôme de deux maladies en apparence opposées, le somnambulisme et le trouble comportemental en sommeil paradoxal. Le premier touche plutôt les sujets jeunes et se déroule lors du sommeil profond alors que le second affecte principalement les sujets âgés et est souvent associé à des pathologies neurodégénératives. Pourtant, une récente étude conduite par des médecins et chercheurs de l’ICM et de l’APHP montre que certaines caractéristiques du somnambulisme et du trouble comportemental en sommeil paradoxal se recoupent. Un résultat qui aurait une incidence dans le diagnostic et la prise en charge de ces troubles.

Le somnambulisme et les terreurs nocturnes sont des comportements anormaux lors du sommeil profond. Les patients, en état peu ou pas conscient, peuvent par exemple ouvrir les yeux, s’asseoir, hurler, courir, marcher, tenir des objets, parler, voire répondre à des questions – mais souvent de manière inappropriée. Le somnambulisme et les terreurs nocturnes touchent principalement les enfants et les jeunes adultes, avec une forte prédisposition familiale.

À l’opposé, le trouble comportemental en sommeil paradoxal affecte principalement les sujets de plus de 50 ans. Il est souvent associé à la maladie de Parkinson ou certaines démences, qu’il précède ou accompagne. De nombreuses études font état de liens entre la maladie de Parkinson et le sommeil. Le trouble comportemental est caractérisé par des gesticulations, des mouvements brusques des bras et des jambes, des rires, des paroles et des cris. Il a lieu principalement dans le lit du patient, sans déambulation. Les patients décrivent ces comportements comme une tentative d’agir pendant leurs rêves ou leurs cauchemars.

Ces deux troubles que tout oppose ne devraient donc pas présenter de caractéristiques communes. Pourtant de études antérieures ont décrit de rares cas de patients âgés présentant à la fois des troubles comportementaux en sommeil paradoxal et des crises de somnambulisme.

Y aurait-il finalement des caractéristiques communes ou des recouvrements entre ces deux pathologies ?

Pour approfondir cette question, les médecins et chercheurs de l’ICM et du département des pathologies du sommeil de la Pitié-Salpêtrière ont examiné 62 patients atteints de somnambulisme ou de terreurs nocturnes, 64 patients avec un trouble comportemental en sommeil paradoxal, 66 sujets sains âgés et 59 sujets sains jeunes.

Les participants ont répondu à plusieurs questionnaires visant à analyser leur contenu mental et rêves lors des troubles, ainsi que leurs comportements et ont bénéficié d’un examen de vidéo-polysomnographie qui consiste à enregistrer diverses données physiologiques comme l’encéphalogramme, le rythme cardiaque ou l’activité des muscles[...]

Actualité
Il y a 9 heures
Infirmiers

La neuvième conférence scientifique de l’International AIDS Society se tient à Paris depuis le 23 juillet. Pendant quatre jours, 6 000 professionnels de la santé débattent des avancées dans la lutte contre le VIH/sida et dressent les perspectives en la matière ; il y en a certes et des positives, ce qui ne doit pas banaliser la maladie et encore moins relâcher les mesures de prévention.

sida ruban rouge lutte

Le ruban rouge est le symbole universel de la lutte contre le sida et de la solidarité avec les personnes qui en sont atteintes.

Le sida est devenu une maladie chronique parce qu'avec les traitements, les gens vivent avec le sida, convient Elisabeth Menu, directrice de recherche à l'Institut Pasteur, dans le Grand Soir 3 du lundi 24 juillet dernier. Et d'ajouter : les traitements, s'ils sont bien pris, ont permis d'avoir une très forte amélioration de la santé. L'espérance de vie chez les personnes séropositives est augmentée et atteint quasiment les niveaux de la population générale. Et de rappeler cependant l'essentiel : on ne guérit pas du sida. Les traitements actuels permettent de diminuer la quantité de virus dans le sang, voire de mettre le virus "en sommeil". De plus, la recherche sur le vaccin avance. En 2009, un essai a montré une efficacité de 30% souligne Elisabeth Menu. Mais le relachement en matière de prévention est hélas observé, notamment chez les étudiants. Autre inquiétude, une baisse des fonds alloués à la recherche. S'ils diminuent, ça va être une catastrophe alerte la chercheuse.

On ne guérit pas du sida. Les traitements actuels permettent de diminuer la quantité de virus dans le sang, voire de mettre le virus "en sommeil".

Françoise Barré-Sinoussi, Codécouvreuse du VIH, la chercheuse française a reçu le prix Nobel de médecine en 2008, a livré une interview sur le site du Monde. Elle revient sur le drame des « années sida », s’exprime sur les progrès qui restent à faire pour lutter contre les nouvelles contaminations, et juge sévèrement la décision d’Emmanuel Macron d’avoir annulé sa venue au Palais des congrès de Paris pour cette conférence. Son absence lors de la conférence d'ouverture avait été en effet très remarquée et critiquée. Il avait donc finalement reçu lundi en fin d’après midi quelques associations de malades, des représentants du congrès et le directeur de l’Agence de recherche contre le sida. Dans un communiqué, l’Elysée indique que le président de la République s’est engagé à garantir la digne prise en charge des personnes les plus fragiles et les plus exposées au virus. Il a également tenu à rappeler l’engagement tant scientifique que financier de la France dans la recherche, l’innovation, l’accès aux traitements et la coopération internationale, pour contribuer aux objectifs d’éradication du VIH-sida d’ici à 2030, et compte tenu des défis qui restent à relever.

Chercher. C’est espérer, se tromper, changer de cap dans le but de trouver. C’est aussi échanger, apprendre, transmettre. C’est grâce a vous que nous vivrons dans un monde sans sida. Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de Médecine, Université des jeunes chercheurs - Octobre 2015

Parallèlement, alors que la région Île-de-France est la région la plus touchée par l’épidémie de VIH/Sida, particulièrement les départements de Paris et de Seine-Saint-Denis - en 2015, 48 000 personnes vivant avec le VIH étaient prises en charge dans les hôpitaux de la région, dont 96% étaient traitées par antirétroviraux - un quart des personnes dépistées le sont trop tardivement. La prévention, l’accompagnement et le soutien aux personnes sont donc plus que jamais l’affaire de tous : une mobilisation collective est donc indispensable. L’ARS Île-de-France et la Région s’engagent avec la signature d’une déclaration commune qui doit constituer une nouvelle étape de leur mobilisation forte en faveur de la lutte contre le VIH/Sida. A cet effet, dans le cadre de sa priorité régionale de réduction des inégalités de santé, l’ARS Île-de-France fait siens les objectifs d’ONUSIDA des « 3 fois 90 » : 90% des personnes infectées doivent connaitre leur statut, dont 90% doivent accéder à un traitement antirétroviral, et dont 90% doivent avoir une charge virale contrôlée. C’est donc l’ambition de la Région Île-de-France que de contribuer à cette mobilisation sur son échelle territoriale afin notamment de renforcer la diffusion de l’information et de compenser les déséquilibres territoriaux en matière d’accès aux moyens de prévention, de dépistage, de soins et de diffusion des innovations.

Rappelons quelques chiffres : environ 37 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2015. 18,2 millions de personnes vivant avec le VIH suivaient un traitement antirétroviral en 2016. 1,1 million de personnes sont décédées d'une cause liée au VIH dans le monde en 2015. Chaque année en France, 6 000 personnes de plus sont contaminées par le sida. Les hommes représentent 70% des découvertes de séropositivité. Les personnes de moins de 25 ans représentent 12% des découvertes et celles de 50 ans et plus, 19%. Environ 900 personnes hétérosexuelles nées en France ont découvert leur séropositivité en 2015, dont 57 % d'hommes.

L’OMS collabore avec les pays afin de mettre en œuvre la Stratégie mondiale du secteur de la santé contre le VIH/sida, 2016-2021.Celle-ci définit 5 orientations stratégiques en vue d’aider [...]

Presse médicale
Épisiotomie : Marlène Schiappa s'en prend aux médecins
Il y a 10 heures
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité

Jeudi dernier au Sénat, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, a accusé les gynécologues et obstétriciens de « violences obstétricales ». La profession est indignée.