Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 8 heures
Quotidien du médecin

À l’initiative de l’Agence Régionale de la Santé du Grand Est et de leurs Unions Régionales, les médecins et les pharmaciens des Ardennes, de la Meurthe et Moselle et du Haut Rhin, participent, depuis le début du mois, à une campagne de dépis...

Actualité
Il y a 1 jours
JIM

Les anti-dépresseurs de seconde génération (inhibiteurs de recapture de la sérotonine ou inhibiteurs de recapture de la sérotonine et noradrénaline) sont préconisés en première ligne du traitement des troubles dépressifs majeurs. Un certain nombre de patients préfèrent toutefois des options thérapeutiques non pharmacologiques. La crainte des effets indésira[...]

Actualité
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Progrès en Urologie
Author(s): H.A. García-Perdomo, F. Echeverría-García, H. López, N. Fernández, R. Manzano-Nunez
ObjectiveTo assess effectiveness of pharmacologic interventions to relieve pain in patients suffering an acute stone episode.MethodsRelevant trials that included patients with acute renal colic and radiological findings of urinary stones were identified in four databases. The main outcome was pain relief evaluated by Visual Analogue Scale score (VAS).ResultsIn overall, diclofenac was superior to other NSAIDs for pain relief (MD of −12.57 [95% CI: −19.26, −5.88]). Paracetamol was superior to morphine for pain reduction at 30minutes (MD of −3.92 [95% CI: −6.41, −1.43]) and also to placebo at 15minutes (MD of −24.77 [95% CI: −33.19, −16.35]) and at 30minutes (MD of −16 [95% CI:−29, −2.96]) after drug administration. Finally, diclofenac was superior to paracetamol for pain reduction at 60 (MD of 6.60 [95% CI: 4.37, 8.83]) and 90minutes (MD of 3.4 [95% CI: 2.01, 4.79]).ConclusionsDiclofenac was superior to other NSAIDs and paracetamol for diminishing pain in patients suffering an acute stone episode. Paracetamol was superior to morphine and placebo for short pain relief. Future trials should address the role of paracetamol in the management of pain in patients suff[...]

Presse médicale
Il y a 2 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 23 June 2017
Source:Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive
Author(s): Yasser Khazaal, Grégoire Monney, Frédéric Richter, Sophia Achab
Les Troubles liés aux jeux d’argent sont caractérisés par des difficultés à contrôler le temps et l’argent utilisés pour jouer aux jeux d’argent. Malgré la disponibilité de traitements, principalement cognitivo-comportementaux, peu de personnes consultent. Un modèle de traitement possiblement attractif et réaliste pour une bonne partie de personnes avec un trouble lié aux jeux d’argent serait orienté non pas sur l’abstinence mais sur des objectifs personnels qui peuvent inclure une modération des conduites de jeu. Pour ce faire, les personnes seraient amenées à fixer des limites de temps et d’argent. L’application (app) pour smartphones « Jeu-contrôle » a été spécifiquement conçue pour soutenir et faciliter cette démarche. Elle permet à la personne de fixer ses objectifs pour chaque session de jeu et de recevoir un feedback par rapport à leur atteinte. À la fin de chaque séance, les pertes ou gains sont enregistrés. La personne est aussi invitée à coter son humeur. L’app peut être utilisée seule ou en soutien à des consultations. Elle devrait notamment permettre aux joueurs de fixer leurs objectifs de changement (principe d’autonomie), de renforcer leurs compétences (feedback) et de mieux identifier les zones de difficulté pour s’ajuster. Des études à venir devraient évaluer l’acceptabilité et l’efficacité de cette approche.Gambling disorder (GD) is characterized by persistent and recurrent maladaptive gambling behavior. This disorder was recently acknowledged in the DSM-5 as a behavioral addiction. GD is particularly associated with patterns of loss of control relating to time and money spent on gambling activities. Different factors are involved in this pattern of loss of control including arousal, dissociation and immersion during gambling, escaping from aversive affects and thoughts when in gambling sessions and attempts to recover from previous financial losses. In addition, specific cognitive distortions are associated with GD, mainly related to the illusion of control (over-estimation of one's own influence over the uncontrollable outcomes of gambling-related games). Furthermore, several game characteristics increase the loss of control during a game session. For example, near misses activate the brain regions related to wins, increase arousal and, unsurprisingly, increase people's involvement in subsequent game sessions. Although GD is a common disorder with serious psychological and social consequences, there is currently no approved pharmacological treatment. However, patients can be helped by psychotherapy. Studies on motivational interview and cognitive and behavioral therapy of GD have shown favorable outcomes on gambling behaviors, at least in the short term. Most of the studies available to date focus on gambling abstinence. Rather than focusing on abstinence from gambling activities, it seems that gambling in more controlled ways is a viable and attractive goal for numerous gamblers. In particular, it was found[...]

Actualité
Il y a 2 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Peut-être avez-vous remarqué, chez votre pharmacien, l'arrivée de nouveaux tests permettant de dépister soi-même de nombreuses pathologies comme les infections urinaires, une intolérance au gluten, la maladie de Lyme ou même le cancer de la prostate. Mais ces autotests sont-ils vraiment e


Blog
Il y a 2 jours
Pharmageek

A l’occasion des 30 ans de Gilead Sciences un « J’irai tweeter chez vous » spécial Gilead Sciences à la rencontre des équipes en France et aux Etats-Unis. […]

Cet article Les chroniques de GILEAD – Chapitre 2 #30ansGilead est apparu en premier sur Pharmageek.