Presse médicale
Il y a 4 mois
À propos d’un cas de SAPHO de localisation laryngée

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:La Revue de Médecine Interne
Author(s): L. Vatin, E. Jean, D. Rivière, M. Montava, A. Giovanni, P. Dessi, A. Lagier
IntroductionSynovite-acnée-pustulose-hyperostose-ostéite (SAPHO) désigne un syndrome associant des atteintes inflammatoires osseuses, articulaires et dermatologiques. Les immobilités laryngées bilatérales d’origine articulaire sont rares. Nous présentons un cas de blocage articulaire cricoaryténoïdien bilatéral en contexte de syndrome SAPHO.ObservationUn patient de 53 ans présentait une dyspnée intermittente évoluant par crises depuis 2 ans. Un syndrome SAPHO avait été évoqué sur des scanners thoraciques répétés. Le lien entre la dyspnée et les lésions de syndrome SAPHO n’était pas fait immédiatement étant donné l’absence d’antériorité connue. Cependant, après avoir éliminé d’autres étiologies et avoir réalisé une trachéotomie après aggravation de la situation respiratoire, ce diagnostic était envisagé. Le traitement par corticothérapie et imunosuppresseurs permettait une amélioration clinique du patient.ConclusionCette observation vise à sensibiliser d’autres équipes médicales qui seraient confrontées à cette même présentation clinique afin d’en accélérer le diagnostic et la prise en charge.IntroductionSynovitis, acne, pustulosis, hyperostosis, osteitis (SAPHO) is a syndrome that combines dermatological, articular and osseous inflammatory manifestations. Bilateral laryngeal immobility relative to cricoarytenoid joint origin is very uncommon. This article presents a case of bilateral cricoarytenoid joint ankylosis in a SAPHO syndrome context.Case reportA 53-year-old patient presenting with a two year history of intermittent bouts of dyspnea. A SAPHO syndrome was discussed on repeated thoracic CT-scan. The link between dyspnea and SAPHO syndrome had not been made immediately given the absence of any known anteriority. However, having ruled out other etiologies and after having had to perform a tracheotomy due a worsening of the respiratory condition, this diagnosis was considered. Treatment[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Presse médicale
Presse médicale
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’un retrait de lots effectué par la société MEDTRONIC Inc.
Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (25/07/2017) (103 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1711559.

Actualité
Il y a 6 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 6 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 6 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 6 minutes
ICM

Des chercheurs et médecins de l’ICM, de l’UPMC et de l’AP-HP ont récemment montré l’efficacité d’une technique de pointe de séquençage de l’ADN pour analyser les tumeurs cérébrales. Cette technique, très rapide puisqu’elle permet d’obtenir des résultats en une journée seulement, constitue une avancée importante vers une médecine de précision pour les patients atteints de tumeurs cérébrales.

Aujourd’hui en France, près de 5000 nouvelles personnes porteuses d’une tumeur primitive maligne du cerveau sont diagnostiquées chaque année. Comprendre comment se développent les tumeurs, comment mieux prévoir leur agressivité et développer de nouvelles stratégies thérapeutiques pour les cibler spécifiquement, représentent des enjeux majeurs dans la prise en charge des tumeurs cérébrales.

Dans cette optique, la classification moléculaire des cancers, c’est-à-dire l’analyse des variations génétique et épigénétique dans les tumeurs, est devenue routinière et représente un outil précieux pour le diagnostic, le pronostic et les choix thérapeutiques. En effet de nombreux gènes peuvent être à l’origine du développement d’une tumeur. À l’heure actuelle, elle requiert l’utilisation de nombreux outils et un temps assez long pouvant se compter en semaines, ralentissant donc parfois le diagnostic et difficile à intégrer dans une pratique quotidienne.

Pour résoudre cette difficulté, les chercheurs se sont penchés sur un dispositif de taille réduite utilisant une technique de séquençage particulière, le séquençage par nanopores. Cette méthode qui permet de séquencer l’ADN, c’est-à-dire le lire et le déchiffrer, présente de nombreux avantages. Elle peut être utilisée avec de très petites quantités d’ADN, elle est très rapide, peu coûteuse et ne nécessite que peu de manipulations. Des outils d’analyse de taille réduite intégrant cette technique ont pu être développés pour permettre son utilisation sur le terrain ou du moins sans plateau technique important.

Leurs résultats montrent le diagnostic moléculair[...]

Actualité
Il y a 13 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Vaccins : mais pourquoi Édouard Philippe passe-t-il chez Sanofi en catimini ?On doit l'information à l'insoumis Rufin : Édouard Philippe s'est fendu d'une bien maladroite visite "secrète" chez Sanofi alors que le gouvernement s'apprête à violer le Code de la Santé Publique pour favoriser la commercialisation des vaccins de ce géant pharmaceutique. En plein débat sur la lutte contre les conflits d'intérêt en politique, l'opération est vraiment maladroite.