Presse médicale
ALBIOM : Historique des résultats de biologie médicale online
Il y a 9 jours
ALBIOM : Historique des résultats de biologie médicale online

Informatique de santé

Biologiste infos
Crédit photo : Alsace e-santé

Mené par Alsace e-santé avec les laboratoires de biologie médicale, établissements et professionnels de santé libéraux, le projet Alsace biologie médicale (ALBIOM) permet au patient et à son médecin de visualiser en ligne l’historique de ses résultats d’examens de biologie médicale, quelle que soit leur origine (hôpital ou ville)

EDP Biologie
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
L’Inca publie son rapport sur les cancers en France
Presse médicale
L'OMS lance une nouvelle plate-forme des cours en ligne
Presse médicale
François Blanchecotte réélu à la tête du SDB
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 44 minutes
Quotidien du médecin

L'affaire qui oppose le Dr Dominique Huez, médecin du travail, à la société Orys, est de celles qui n'en finissent pas. Après un

Actualité
Il y a 46 minutes
Quotidien du médecin

Le tiers payant n'a pas fini de fâcher la profession. Alors que ce dernier est déjà un droit pour les assurés couverts à 100 % par l'assurance-maladie (maternité et ALD) depuis le 1er janvier, la Fédération des médecins de Fra...

Presse médicale
Il y a 1 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 June 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Author(s): F. Margerin, B. Cribier
IntroductionLe rare granulome annulaire élastolytique à cellules géantes (GAECG), décrit en 1979, est très proche du granulome actinique (GA) de O’Brien, décrit en 1975. Depuis, de nombreux cas ont été publiés sous l’un ou l’autre nom. Nous avons effectué une étude anatomoclinique monocentrique afin d’en préciser les caractéristiques et de déterminer s’il existait une différence entre GAECG et GA.Matériel et méthodesLes cas classés GAECG ou GA au laboratoire de dermatopathologie de Strasbourg ont été inclus et analysés avec les colorations hématoxyline-éosine, orcéine et bleu alcian. Le diagnostic était retenu lorsqu’il existait un granulome riche en cellules géantes multinucléées et une diminution ou une disparition du tissu élastique. Les renseignements cliniques ont été collectés à partir des demandes d’analyse et des dossiers cliniques.RésultatsNous avons retenu 73 cas : 12 classés GAECG et 61 GA. L’âge moyen était de 60,5 ans et le sex-ratio de 0,55. La durée d’évolution variait de 8jours à 17 ans. Il s’agissait d’une lésion unique dans 52 % des cas et de lésions multiples dans les autres cas. Leur taille variait de 0,3 à 10cm. Elles siégeaient avec prédilection dans les zones photo-exposées, majoritairement la tête, le cou et les membres supérieurs. Il s’agissait le plus souvent de lésions à bordure érythémateuse annulaire et à centre clair, de croissance centrifuge lente. Le diagnostic n’avait été proposé que dans 5,5 % des cas par le clinicien. Ces granulomes étaient de siège dermique superficiel et moyen, rarement profond, comportaient de nombreuses cellules géantes avec un contingent lymphocytaire constant, mais aussi plasmocytaire dans la moitié des cas. La coloration à l’orcéine montrait une diminution nette ou une disparition totale du tissu élastique au sein de la zone granulomateuse et presque toujours des images d’élastophagocytose. De manière plus rare, des images de nécrobiose, d’organisation palissadique de granulome, d’atteinte vasculaire ou encore de corps astéroïdes orcéinophiles étaient observées. Il n’y avait pas de différence clinique ou histologique notable entre les cas initialement classés comme GAECG ou GA.DiscussionLe GAECG est une entité unique distincte du granulome annulaire, qui doit être assimilée au granulome actinique d’O’Brien. Le rôle central des fibres élastiques semble clair mais celui des ultraviolets est plus débattu. Le terme de granulome annulaire élastolytique à cellules géantes apparaît plus approprié car plus descriptif et sans implication physiopathologique. Le lien avec une sarcoïdose ou un diabète semble significatif dans une minorité de cas, justifiant leur dépistage.BackgroundAnnular elastolytic giant cell granuloma (AEGCG), a rare entity first described in 1979, is very similar to O’Brien actinic granuloma (AG), first described in 1975. Since then, many cases have been published under one or other of the two names. We performed a single-centre histopathology study to identify the distinguishing features and determine whether there was any objective difference between AEGCG and AG.Patients and methodsCases classed as AEGCG or AG at the dermatopathology laboratory in Strasbourg were included and analysed using haematoxylin-eosin, orcein and Alcian blue staining. The diagnosis was made in the event of granuloma rich in multi-nucleated giant cells and reduction or disappearance of elastic tissue. Clinical data were collected from the analysis requests and clinical files.ResultsWe identified 73 cases: 12 classed as AEGCG and 61 classed as AG. Mean age was 60.5 years with a sex ratio of 0.55. The duration of the disease ranged from 8 days to 17 years. A single lesion was seen in 52% of cases with multiple lesions in the remaining cases. Lesions measured between 0.3 and 10cm and exhibited a predilection for photo-expo[...]

Actualité
Il y a 1 heures
INRS

Comment connaître la composition chimique des fumées de bitumes ? La réponse en bande dessinée, avec la thèse de Marie-Astrid Dutoit, doctorante au laboratoire GeoRessources (Université de Lorraine, CNRS) et au laboratoire interdisciplinaire des[...]

Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une douleur soudaine à la poitrine, une fièvre chez un tout petit, une perte de connaissance… Les motifs d’appels au 15 sont variés. Et parfois non justifiés comme un oubli de pilule ou des difficultés pour s’endormir… Les assistants de régulation du SAMU répondent à tous ces appels de détresse et les transfèrent aux médecins […]


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

C'est un sujet délicat et presque tabou, le mal-être des étudiants en médecine. Les deux tiers d'entre eux souffrent d'anxiété, et près d'un tiers de dépression. Près d'un quart de ces futurs médecins ont déjà eu des idées suicidaires. Des proportions bien supérieures à la moyenne nationale. En cause, la surcharge de travail dans les hôpitaux et le non respect des temps de repos. Le malaise est trè[...]