Presse médicale
Il y a 10 jours
Effet de l’oxyhydroxy-sucroferrique sur l’hyperphosphatémie des patients hémodialysés : étude d’une cohorte NephroCare France

Publication date: September 2017
Source:Néphrologie & Thérapeutique, Volume 13, Issue 5
Author(s): C. Chazot, M. Karèche-Chibout, S. Deleuze, C. Lamotte, G. Jean
IntroductionL’hyperphosphatémie reste élevée chez les patients hémodialysés selon des données 2014 de l’observatoire Photographe (41 % des patients avec une phosphatémie prédialyse de milieu de semaine>1,5mmoles/L) malgré un arsenal thérapeutique large. L’oxyhydroxy sucroferrique (OHS) est un nouvel agent chélateur du phosphore (Pi) à base de fer permettant de réduire le nombre quotidien de comprimés et d’améliorer l’observance.Patients et méthodesEntre mai 2016 et février 2017, la prescription des chélateurs classiques du phosphore et de OHS, ainsi que les données biologiques du métabolisme minéral des patients hémodialysés des centres NephroCare en France ont été extraites du logiciel commun EUCLID5.RésultatsCent quatre-vingt-douze patients hémodialysés ont eu au moins une prescription d’OHS pour une durée moyenne de 4,3 mois. Avant cette prescription, 173 patients prenaient des chélateurs du Pi (de 1 à 3 chélateur par patient ; chélateurs calciques 54 % ; sevelamer 43 % ; lanthanum 21 %). Vingt-trois pour cent des patients ont eu une interruption du OHS avec reprise des chélateurs classiques. La phosphatémie après 3 mois de OHS a baissé significativement de 2,06±0,43 à 1,90±0,50mmoles/L (p0,0001). Le % de patients avec une phosphatémie1,5mmoles/L a augmenté de 10 à 20 % (p=0,011). Les calcémies et parathormones (PTH) moyennes avant dialyse n’ont pas changé de façon significative après respectivement 3 et 4 mois de traitement par OHS.DiscussionÀ court terme la mise sous OHS a permis de réduire la phosphatémie de façon significative et de doubler la proportion de patients avec un Pi1,5mmoles/L sans modification de la calcémie et de la PTH. Les interruptions de traitement ont été plus fréquentes que lors de l’étude de Phase III*.ConclusionL’OHS offre une efficacité nouvelle pour combattre l’hyperphosphatémie des patients dialysés. Pour en bénéficier pleinement une stratégie d’introduction progressive est nécessaire pour améliorer sa tolérance.Groupe(s) de travailNéphrologues des centres NephroCare.

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 31 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Aux caisses des supermarchés, il devient de plus en plus courant de se passer d'une caissière. Cela peut permettre d'aller plus vite, mais cela ne signe-t-il pas la fin d'une profession ?


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une étude sur la dangerosité potentielle des baumes à lèvres a été publiée mardi par l'UFC-Que Choisir, qui épingle plusieurs grandes marques.


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Certains tremblent. D’autres semblent hésiter avant chaque geste. Pour la plupart, ils n’ont pas pris rendez-vous.Dans la salle d’attente du Docteur Villafane à l’hôpital Henri Mondor de Créteil,...


Actualité
Il y a 1 heures
CHU de Toulouse

Résumé : Aménagé dans le bâtiment Urgences-Réanimation-Médecines (URM) du site de Purpan, l'Espace ressourcement est né d'une volonté du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Toulouse de créer un lieu d'apaisement unissant le design et la santé. Ce projet vient d'être lauréat dans la catégorie « aménagement intérieur » du palmarès Construction Bois Occitanie 2017 dont les trophées ont été remis le 12 septembre 2017, à l'Hôtel de Région à Toulouse par Madame Carole Delga, présidente de Région Occitanie.

Espace ressourcement : un lieu d'apaisement hors du temps [231.8 ko]

Actualité
Il y a 1 heures
SNPI

Le FIPHFP doit baisser son budget de 25% suite aux ponctions de l'Etat !

Le fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP), géré par la Caisse des Dépôts, est entièrement financé par les contributions des employeurs publics n'atteignant pas le chiffre de 6% d'agents en situation de handicap dans leurs établissements, leurs administrations, leurs ministères.

Ce fonds sert à favoriser le maintien dans l'emploi, la compensation du handicap, le recrutement et l'emploi des personnes handicapées en adaptant leurs postes de travail et en leur proposant des formations. En 2016, leur taux d'emploi dans la fonction publique a atteint un niveau "historiquement élevé" de 5,32% représentant 232.206 personnes. Pour ce faire, le FIPHFP a investi un montant de 157 millions d'euros mais pour la même période les contributions n'ont représenté que 132 millions d'euros soit, un déficit de 25 millions d'euros dont la CFE-CGC s'inquiète.

Afin de maintenir le fonds pour les trois prochaines années, le budget sera abaissé à 120 millions d'euros, ce ne sera donc plus suffisant.

Cette décision n'a été ni validée par le comité national du FIPHFP, ni par les commissions ou groupes de travail, pire le débat à la Convention d'Objectifs et de Gestion (COG) entre les représentants des différents ministères, les tutelles de l'[...]

Actualité
Il y a 2 heures
Quotidien du médecin

Devant une large banderole rouge, une cinquantaine de personnels hospitaliers et de représentants syndicaux de la CGT se sont rassemblés ce mardi après-midi, devant le hall d'entrée de l'hôpital Bichat Claude-Bernard de l'Assistance publique ...