Presse médicale
Il y a 6 jours
Erratum de l’article « Encore un “dernier mot” sur le syndrome de Rowell » [Ann. Dermatol. Venereol. 144 (2017) 247–249]

Publication date: August–September 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie, Volume 144, Issues 8–9



ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Presse médicale
Presse médicale
Il y a 13 jours
L’acantholyse
ScienceDirect
Presse médicale
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 18 heures
JIM

La manipulation de la toxine botulique, c’est tout un art ! Difficile au début de contrôler le résultat… Avec l’expérience et une bonne connaissance de l’anatomie des muscles, la maîtrise du traitement est bonne. Dès l’ouverture de la porte de la salle d’attente, on sait si c’est réussi ! Et on attend même ce moment avec impatience ! La toxine botulique[...]

Presse médicale
Il y a 19 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 18 August 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Author(s): M.-C. Martini
Les autobronzants actuellement sur le marché sont pratiquement tous à base de dihydroxyacétone (DHA) associée ou non à l’érythrulose, à des dérivés de tyrosine, parfois à une naphtoquinone. La coloration obtenue, voisine du bronzage naturel, est due à la combinaison chimique de la DHA avec les acides aminés de la peau selon la réaction de Maillard. Il y a formation de mélanoïdines, pigments polymériques, fixés dans le stratum corneum qui y demeurent jusqu’à desquamation des cornéocytes. Cette coloration est donc semi-permanente, bien tolérée par la peau. La formulation des produits est délicate et leur conservation difficile mais aucune autre substance ne fournit de résultats plus satisfaisants et plus durables.Practically all currently available self-tanning products have as their active ingredient dihydroxyacetone (DHA), which may or may not be combined with erythrulose, tyrosine derivatives, and occasionally a naphthoquinone. The [...]

Actualité
Il y a 3 jours
JIM

La théorie de l’attachement, importante en psychologie, définit et étudie le type d’attachement que les enfants, puis les adultes, établissent avec leur entourage. On définit les attachements confiants (« secure ») et les attachements non confiants, qui peuvent être anxieux, évitants, ou craintifs.

Les membres de la Société européenne de dermatologie et de [...]

Presse médicale
Il y a 7 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 10 August 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Author(s): C. Bertin, A. Diakite, B. Carton, C. Wozniak, S. Nathanson, S. Monnier, C. Sin, M.-A. Dommergues, J. Parigot, F. Moreau, M.-L. Sigal, P. Foucaud, A. Greder, E. Mahé
IntroductionLa télédermatologie est en plein essor. La pénurie de dermatologues rend difficile l’accès de certaines structures hospitalières à des avis dermatologiques. Nous présentons notre expérience unissant un centre expert, le service de dermatologie du centre hospitalier Victor-Dupouy d’Argenteuil, à toutes les structures médicales rattachées au centre hospitalier André-Mignot (CHV) de Versailles : 2 unités sanitaires de centres pénitentiaires (UCSA), les services traditionnels et les urgences.Matériel et méthodesLa télédermatologie, sous la forme de télé-expertises, a été déployée aux UCSA du CHV en novembre 2013. Cette expertise s’est ensuite étendue en juin 2014 au service de médecine interne et du CHV, et en décembre 2014 à l’ensemble des services du CHV y compris les urgences. Les règles de télédermatologie et éthiques ont été respectées. Si tous dossiers pouvaient être déposés par les UCSA, seuls les dossiers urgents ou difficiles pouvaient être déposés par les autres services du CHV.RésultatsEn 26 mois, 347 requêtes ont été déposées, 231 par les centres pénitentiaires et 116 par le CHV. Aucun refus de patient d’utiliser la télé-expertise n’a été exprimé. La qualité des informations et photographies était considérée comme bonne ou excellente dans plus de 95 % des cas. La réponse était donnée dans les 3heures dans plus de 50 % des cas et dans tous les cas dans les 24heures (jours ouvrables). L’analyse des pathologies diagnostiquées illustre la grande diversité des pathologies rencontrées en dermatologie, avec des spécificités propres aux différentes structures.ConclusionL’exemple détaillé ici illustre la possibilité de développer une telle plate-forme inter-hospitalière. Elle ne répond pas encore aux demandes adressées aux dermatologues par des patients ou par d’autres dermatologues. Son acceptabilité a été considérée comme excellente par les patients (aucun refus), par les demandeurs et par le centre expert.BackgroundTeledermatology is currently booming. Due to the shortage of dermatologists in hospitals access to dermatological consultations is very limited in some hospitals. We present our experience of collaboration between an expert center, the dermatology department of the Victor-Dupouy Hospital Centre in Argenteuil, and all medical structures under the André-Mignot Hospital in Versailles (CHV), including 2 prison medical centers (UCSA), traditional departments and emergency department.Patients and methodsTeledermatology, developed in the form of tele-expertise, began at the UCSA in November 2013. This expertise was then extended in June 2014 to the Internal Medicine department of CHV, and in December 2014 to all departments, including the emergency department. The rules and ethics of teledermatology were strictly adhered to. While UCSA could file all expertise dossiers, only urgent or difficult cases could be filed by other CHV departments.ResultsIn 26 months, 347 expertise requests were filed: 231 by prisons and 116 by the other departments of the CHV. No patients refused teledermatology. Th[...]

Actualité
Il y a 8 jours
CHU Rouen
Presse médicale
Il y a 10 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 7 August 2017
Source:Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Author(s): D. Lipsker