Presse médicale
Il y a 6 mois
Facteurs de risque de kératites infectieuses chez les porteurs de lentilles de contact, une étude cas-témoins

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:Journal Français d'Ophtalmologie
Author(s): P.H. Becmeur, F. Abry, T. Bourcier, N. Meyer, A. Sauer
IntroductionLes kératites infectieuses (KI) sous lentilles de contact (LdC), bien que rares, sont une préoccupation majeure des ophtalmologistes et représentent un coût important pour la société. Leur prévention par une meilleure information portant sur les facteurs de risque notamment en matière d’hygiène et de mode d’utilisation paraît nécessaire. Cette étude multicentrique avait pour objectif de mettre en évidence les facteurs de risque d’apparition de KI sous LdC.Matériel et méthodeUne étude multicentrique rétrospective, de type cas-témoins a été réalisée avec un groupe de patients atteints de KI sous LdC comparé à un groupe de porteurs témoins grâce à un questionnaire anonyme de 52 items portant sur les données suivantes : démographie, motif et caractéristiques du port, type de lentilles, solution de désinfection, adaptation, formation et information du patient, hygiène et entretien des lentilles et antécédents du patient. Une régression logistique univariée a été effectuée pour comparer ces 2 groupes.RésultatsL’étude a inclus 497 patients dans le groupe cas et 364 témoins. Les facteurs de risque avec les plus importants odds ratios de KI sous LdC étaient les suivants : le port nocturne continu (OR=2,96 [1,65–5,33], p0,001) ou intermittent (OR=6,37 [4,55–8,90], p0,001), l’adaptation par un opticien (OR=1,97 [1,38–2,83], p0,001), l’absence totale de consultation d’un ophtalmologiste (OR=6,56 [2–22], p0,01) ou l’absence d’apprentissage au maniement (OR=4,47 [2,27–8,77], p0,01), l’utilisation de produits de désinfection blancs (marques d’opticiens) (OR=5,55 [3,12–9,85], p0,001), le mélange de solutions (top off) (OR=4,68 [2,73–8,04], p0,001), l’absence de remplacement du boîtier (OR=3,95 [2,28–6,82], p0,01), la non-observance des règles d’hygiène et le tabagisme (OR=2,29 [1,67–3,14], p0,01). Les facteurs protecteurs de KI les plus importants étaient le sexe féminin (OR=0,49 [0,36–0,66], p0,01), l’hypermétropie (OR=0,28 [0,16–0,48], p=0,01), le port de lentilles rigides, l’adaptation par un ophtalmologiste, l’information orale et écrite et l’entretien quotidien du boîtier.ConclusionLa connaissance de ces facteurs impliquent d’agir à tous les niveaux, pour diminuer l’incidence des KI, du prescripteur au patient en passant par le type de LdC, le boîtier ou la solution d’entretien.PurposeCurrently, the most feared complication by ophthalmologists of contact lens (CL) wear is microbial keratitis (MK), even though its incidence remains low. It is also a significant financial burden for society. This study aimed to identify the risk factors for CL-related MK especially with regard to hygiene and pattern of use, in a large, prospective, multicenter, case-control study.MethodsA multicenter retrospective case-control study was designed. The CL-related MK subpopulation (case) was compared with healthy CL wearers (control) using a 52-item anonymous questionnaire designed to determine subject demographics, lens wear history, lens type and disinfection solution, fitting, patient education, hygiene and maintenance of contact lenses, and patient history. Univariate logistic regression analysis was performed to compare both groups.ResultsThe study included 497 cases and 364 controls. The risk factors associated with the greatest increased odds of CL-related MK were as follows: extended wear (OR=2.96 [1.65–5.33], P0.001), occasional overnight lens use (OR=6.37 [4,55–8.90], P0.001), fitting by an optician (OR=1.97 [1.38–2.83], P0.001), absence of ophthalmologic exam (OR=6.56 [2–22], P0.01) or no training in handling the contact lens (OR=4.47 [2.27–8.77], P0.01), use of optician's disinfection solution (OR=5.55 [3.12–9.85], P0.001), mixing solutions (“topping off”) (OR=4.68 [2.73–8.04], P0.001), no case replacement (OR=3.95 [2.28–6.82] P0.01), no compliance with hygiene rules and smoking (OR=2.29 [1.67–3.14], P0.01). The protective factors associated with the greatest reduction in OR were female gender (OR=0.49 [0.36–0.66], P0.01), hypermetropia (OR=0.28 [0.16–0.48], P=0.01), rigid contact lens wear, fitting by an ophthalmologist, written and verbal instruction, and daily case maintenance.ConclusionThe knowledge of these risks factors incentivizes action at all levels to reduce the incidence of MK, from the prescr[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 15 jours
SNPI

Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va promouvoir les "surgical care practitioners" (SCP), ces personnels infirmiers qui pouvaient déjà opérer sous le contrôle d'un chirurgien, mais en les autorisant cette fois à devenir autonomes et responsables de leurs actes. Après leur diplôme d'infirmiers en 3 ans, ces professionnels suivent un mastère de deux années supplémentaires.

Leur rôle est d'assurer toute la prise en charge de l'opéré depuis la consultation avant l'hospitalisation jusqu'à la surveillance postopératoire, la sortie du malade et les consultations de suivi. Ils placent les perfusions, réalisent eux-mêmes l'opération au bloc opératoire et prescrivent des médicaments.

Médicalement, la qualité des résultats obtenus par les "surgical car practitioners" a été évaluée identique à celle des chirurgiens. Ce partage de compétences permet de réserver aux chirurgiens le rôle de décision et d'action dans les cas complexes.

Source https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030624407349-vers-la-fin-des-chirurgiens-2117980.php#HJ0bMBXv4XLy5bz8.99

Les pratiques avancées doivent se faire en master 2

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers, SNPI CFE-CGC, est fortement demandeur de la mise en place d'une pratique avancée en France. Dans 25 pays, 330.000 infirmières en pratique avancée peuvent disposer de telles compétences après deux années d'études supplémentaires validées par un Master. Toutes les études scientifiques ont prouvées l'intérêt de ce métier intermédiaire entre l'infirmière à Bac +3 et le médecin à bac +9 ou +12. L'exemple a été donné par les USA dans les années 1960, et il y a aujourd'hui 158.348 « infirmières praticiennes » et 59.242 « infirmières cliniciennes spécialisées », toutes titulaires d'un Master. En Europe, de l'Irlande à la Finlande, ces infirmières diplômées d'un Master peuvent prescrire des médicaments et assurer le suivi des patients chroniques.

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, la solution réside dans une reconnaissance officielle et nationale de pratiques, avec une rémunération et une formation conséquentes : En France, le cadre légal de l'infir­mière de pra­ti­que avan­cée IPA est l'arti­cle 119 de la loi n° 2016-41 du 26 jan­vier 2016 de moder­ni­sa­tion de notre sys­tème de santé. Hélas, aucun texte d'application n'est paru, et les travaux n'ont même pas commencé (référentiel d'activité, de compétences, de formation, cadre statutaire et grille salariale), car des lobby font pression sur le ministère.

En particulier, les directeurs d'hôpitaux préfèrent pratiquer du "low cost", avec des "protocoles de coopération" pour régler des situations individuelles, sans les compétences acquises dans une formation cadrée nationalement. Avec les "coopérations", ce sont des compétences personnelles qui seront attribuées à des infirmières particulières pour faire des actes à la place des m[...]

Actualité
Il y a 15 jours
SNPI

Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va promouvoir les "surgical care practitioners" (SCP), ces personnels infirmiers qui pouvaient déjà opérer sous le contrôle d'un chirurgien, mais en les autorisant cette fois à devenir autonomes et responsables de leurs actes. Après leur diplôme d'infirmiers en 3 ans, ces professionnels suivent un mastère de deux années supplémentaires.

Leur rôle est d'assurer toute la prise en charge de l'opéré depuis la consultation avant l'hospitalisation jusqu'à la surveillance postopératoire, la sortie du malade et les consultations de suivi. Ils placent les perfusions, réalisent eux-mêmes l'opération au bloc opératoire et prescrivent des médicaments.

Médicalement, la qualité des résultats obtenus par les "surgical car practitioners" a été évaluée identique à celle des chirurgiens. Ce partage de compétences permet de réserver aux chirurgiens le rôle de décision et d'action dans les cas complexes.

Source https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030624407349-vers-la-fin-des-chirurgiens-2117980.php#HJ0bMBXv4XLy5bz8.99

Les pratiques avancées doivent se faire en master 2

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers, SNPI CFE-CGC, est fortement demandeur de la mise en place d'une pratique avancée en France. Dans 25 pays, 330.000 infirmières en pratique avancée peuvent disposer de telles compétences après deux années d'études supplémentaires validées par un Master. Toutes les études scientifiques ont prouvées l'intérêt de ce métier intermédiaire entre l'infirmière à Bac +3 et le médecin à bac +9 ou +12. L'exemple a été donné par les USA dans les années 1960, et il y a aujourd'hui 158.348 « infirmières praticiennes » et 59.242 « infirmières cliniciennes spécialisées », toutes titulaires d'un Master. En Europe, de l'Irlande à la Finlande, ces infirmières diplômées d'un Master peuvent prescrire des médicaments et assurer le suivi des patients chroniques.

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, la solution réside dans une reconnaissance officielle et nationale de pratiques, avec une rémunération et une formation conséquentes : En France, le cadre légal de l'infir­mière de pra­ti­que avan­cée IPA est l'arti­cle 119 de la loi n° 2016-41 du 26 jan­vier 2016 de moder­ni­sa­tion de notre sys­tème de santé. Hélas, aucun texte d'application n'est paru, et les travaux n'ont même pas commencé (référentiel d'activité, de compétences, de formation, cadre statutaire et grille salariale), car des lobby font pression sur le ministère.

En particulier, les directeurs d'hôpitaux préfèrent pratiquer du "low cost", avec des "protocoles de coopération" pour régler des situations individuelles, sans les compétences acquises dans une formation cadrée nationalement. Avec les "coopérations", ce sont des compétences personnelles qui seront attribuées à des infirmières particulières pour faire des actes à la place des m[...]

Actualité
Il y a 15 jours
SNPI

Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va promouvoir les "surgical care practitioners" (SCP), ces personnels infirmiers qui pouvaient déjà opérer sous le contrôle d'un chirurgien, mais en les autorisant cette fois à devenir autonomes et responsables de leurs actes. Après leur diplôme d'infirmiers en 3 ans, ces professionnels suivent un mastère de deux années supplémentaires.

Leur rôle est d'assurer toute la prise en charge de l'opéré depuis la consultation avant l'hospitalisation jusqu'à la surveillance postopératoire, la sortie du malade et les consultations de suivi. Ils placent les perfusions, réalisent eux-mêmes l'opération au bloc opératoire et prescrivent des médicaments.

Médicalement, la qualité des résultats obtenus par les "surgical car practitioners" a été évaluée identique à celle des chirurgiens. Ce partage de compétences permet de réserver aux chirurgiens le rôle de décision et d'action dans les cas complexes.

Source https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030624407349-vers-la-fin-des-chirurgiens-2117980.php#HJ0bMBXv4XLy5bz8.99

Les pratiques avancées doivent se faire en master 2

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers, SNPI CFE-CGC, est fortement demandeur de la mise en place d'une pratique avancée en France. Dans 25 pays, 330.000 infirmières en pratique avancée peuvent disposer de telles compétences après deux années d'études supplémentaires validées par un Master. Toutes les études scientifiques ont prouvées l'intérêt de ce métier intermédiaire entre l'infirmière à Bac +3 et le médecin à bac +9 ou +12. L'exemple a été donné par les USA dans les années 1960, et il y a aujourd'hui 158.348 « infirmières praticiennes » et 59.242 « infirmières cliniciennes spécialisées », toutes titulaires d'un Master. En Europe, de l'Irlande à la Finlande, ces infirmières diplômées d'un Master peuvent prescrire des médicaments et assurer le suivi des patients chroniques.

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, la solution réside dans une reconnaissance officielle et nationale de pratiques, avec une rémunération et une formation conséquentes : En France, le cadre légal de l'infir­mière de pra­ti­que avan­cée IPA est l'arti­cle 119 de la loi n° 2016-41 du 26 jan­vier 2016 de moder­ni­sa­tion de notre sys­tème de santé. Hélas, aucun texte d'application n'est paru, et les travaux n'ont même pas commencé (référentiel d'activité, de compétences, de formation, cadre statutaire et grille salariale), car des lobby font pression sur le ministère.

En particulier, les directeurs d'hôpitaux préfèrent pratiquer du "low cost", avec des "protocoles de coopération" pour régler des situations individuelles, sans les compétences acquises dans une formation cadrée nationalement. Avec les "coopérations", ce sont des compétences personnelles qui seront attribuées à des infirmières particulières pour faire des actes à la place des m[...]

E-santé
Il y a 15 jours
Buzz esante

Le laboratoire MSD enrichi son offre digitale avec le lancement d’une nouvelle application mobile pour les patients atteints d’une hépatite C : C’Partner. Découverte. L’accès de tous les patients aux…

Cet article MSD lance l’application mobile C’Partner est apparu en premier sur Buzz-esanté.

E-santé
Il y a 15 jours
Buzz esante

Le laboratoire MSD enrichi son offre digitale avec le lancement d’une nouvelle application mobile pour les patients atteints d’une hépatite C : C’Partner. Découverte. L’accès de tous les patients aux…

Cet article MSD lance l’application mobile C’Partner est apparu en premier sur Buzz-esanté.

E-santé
Il y a 15 jours
DSIH

Vendredi dernier, le 22 septembre, le Conseil Economique Social et Environnemental accueillait les Assises Nationales de la Haute Sécurité Santé (HS2). Dans son discours d’ouverture le Haut-Commissaire Ghislaine Alajouanine, MC Institut de France, a démontré la nécessité d’encourager la Télémédecine et d’établir un véritable écosystème permettant de conjuguer équitablement le Social avec l’Econ[...]