Presse médicale
Il y a 5 mois
Facteurs de risque de kératites infectieuses chez les porteurs de lentilles de contact, une étude cas-témoins

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:Journal Français d'Ophtalmologie
Author(s): P.H. Becmeur, F. Abry, T. Bourcier, N. Meyer, A. Sauer
IntroductionLes kératites infectieuses (KI) sous lentilles de contact (LdC), bien que rares, sont une préoccupation majeure des ophtalmologistes et représentent un coût important pour la société. Leur prévention par une meilleure information portant sur les facteurs de risque notamment en matière d’hygiène et de mode d’utilisation paraît nécessaire. Cette étude multicentrique avait pour objectif de mettre en évidence les facteurs de risque d’apparition de KI sous LdC.Matériel et méthodeUne étude multicentrique rétrospective, de type cas-témoins a été réalisée avec un groupe de patients atteints de KI sous LdC comparé à un groupe de porteurs témoins grâce à un questionnaire anonyme de 52 items portant sur les données suivantes : démographie, motif et caractéristiques du port, type de lentilles, solution de désinfection, adaptation, formation et information du patient, hygiène et entretien des lentilles et antécédents du patient. Une régression logistique univariée a été effectuée pour comparer ces 2 groupes.RésultatsL’étude a inclus 497 patients dans le groupe cas et 364 témoins. Les facteurs de risque avec les plus importants odds ratios de KI sous LdC étaient les suivants : le port nocturne continu (OR=2,96 [1,65–5,33], p0,001) ou intermittent (OR=6,37 [4,55–8,90], p0,001), l’adaptation par un opticien (OR=1,97 [1,38–2,83], p0,001), l’absence totale de consultation d’un ophtalmologiste (OR=6,56 [2–22], p0,01) ou l’absence d’apprentissage au maniement (OR=4,47 [2,27–8,77], p0,01), l’utilisation de produits de désinfection blancs (marques d’opticiens) (OR=5,55 [3,12–9,85], p0,001), le mélange de solutions (top off) (OR=4,68 [2,73–8,04], p0,001), l’absence de remplacement du boîtier (OR=3,95 [2,28–6,82], p0,01), la non-observance des règles d’hygiène et le tabagisme (OR=2,29 [1,67–3,14], p0,01). Les facteurs protecteurs de KI les plus importants étaient le sexe féminin (OR=0,49 [0,36–0,66], p0,01), l’hypermétropie (OR=0,28 [0,16–0,48], p=0,01), le port de lentilles rigides, l’adaptation par un ophtalmologiste, l’information orale et écrite et l’entretien quotidien du boîtier.ConclusionLa connaissance de ces facteurs impliquent d’agir à tous les niveaux, pour diminuer l’incidence des KI, du prescripteur au patient en passant par le type de LdC, le boîtier ou la solution d’entretien.PurposeCurrently, the most feared complication by ophthalmologists of contact lens (CL) wear is microbial keratitis (MK), even though its incidence remains low. It is also a significant financial burden for society. This study aimed to identify the risk factors for CL-related MK especially with regard to hygiene and pattern of use, in a large, prospective, multicenter, case-control study.MethodsA multicenter retrospective case-control study was designed. The CL-related MK subpopulation (case) was compared with healthy CL wearers (control) using a 52-item anonymous questionnaire designed to determine subject demographics, lens wear history, lens type and disinfection solution, fitting, patient education, hygiene and maintenance of contact lenses, and patient history. Univariate logistic regression analysis was performed to compare both groups.ResultsThe study included 497 cases and 364 controls. The risk factors associated with the greatest increased odds of CL-related MK were as follows: extended wear (OR=2.96 [1.65–5.33], P0.001), occasional overnight lens use (OR=6.37 [4,55–8.90], P0.001), fitting by an optician (OR=1.97 [1.38–2.83], P0.001), absence of ophthalmologic exam (OR=6.56 [2–22], P0.01) or no training in handling the contact lens (OR=4.47 [2.27–8.77], P0.01), use of optician's disinfection solution (OR=5.55 [3.12–9.85], P0.001), mixing solutions (“topping off”) (OR=4.68 [2.73–8.04], P0.001), no case replacement (OR=3.95 [2.28–6.82] P0.01), no compliance with hygiene rules and smoking (OR=2.29 [1.67–3.14], P0.01). The protective factors associated with the greatest reduction in OR were female gender (OR=0.49 [0.36–0.66], P0.01), hypermetropia (OR=0.28 [0.16–0.48], P=0.01), rigid contact lens wear, fitting by an ophthalmologist, written and verbal instruction, and daily case maintenance.ConclusionThe knowledge of these risks factors incentivizes action at all levels to reduce the incidence of MK, from the prescr[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 1 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 1 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 3 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les capacités particulières de la moule ont inspiré la création d’une «colle», qui servirait lors d‘interventions sur le fœtus.


Actualité
Il y a 3 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
Actualité
Il y a 3 heures
Amazon medecine
Bonjour, c'est l'infirmière
Charline
Date de sortie: 20 septembre 2017

Acheter neuf : EUR 16,00

(Consultez la liste Meilleures ventes Médecine pour des informations officielles sur le classement actuel de ce produit.)
E-santé
Il y a 3 heures
Sante cool

Cet article La mission d’un psychiatre, n’est pas de collaborer avec la police est apparu en premier sur Santecool.

Il n’est pas question d’instaurer de nouvelles dérogations au secret médical », affirme le docteur Jean-Marie Faroudja, président de la section éthique et déontologie, en réponse à la proposition du ministre de l’Intérieur de mobiliser les psychiatres face au terrorisme. A lire dans La Croix. « Il est clair que le secret médical c’est quelque chose de […]

Cet article La mission d’un psychiatre, n’est pas de collaborer avec la police est apparu en premier sur Santecool.