Presse médicale
Il y a 4 mois
Facteurs de risque de kératites infectieuses chez les porteurs de lentilles de contact, une étude cas-témoins

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:Journal Français d'Ophtalmologie
Author(s): P.H. Becmeur, F. Abry, T. Bourcier, N. Meyer, A. Sauer
IntroductionLes kératites infectieuses (KI) sous lentilles de contact (LdC), bien que rares, sont une préoccupation majeure des ophtalmologistes et représentent un coût important pour la société. Leur prévention par une meilleure information portant sur les facteurs de risque notamment en matière d’hygiène et de mode d’utilisation paraît nécessaire. Cette étude multicentrique avait pour objectif de mettre en évidence les facteurs de risque d’apparition de KI sous LdC.Matériel et méthodeUne étude multicentrique rétrospective, de type cas-témoins a été réalisée avec un groupe de patients atteints de KI sous LdC comparé à un groupe de porteurs témoins grâce à un questionnaire anonyme de 52 items portant sur les données suivantes : démographie, motif et caractéristiques du port, type de lentilles, solution de désinfection, adaptation, formation et information du patient, hygiène et entretien des lentilles et antécédents du patient. Une régression logistique univariée a été effectuée pour comparer ces 2 groupes.RésultatsL’étude a inclus 497 patients dans le groupe cas et 364 témoins. Les facteurs de risque avec les plus importants odds ratios de KI sous LdC étaient les suivants : le port nocturne continu (OR=2,96 [1,65–5,33], p0,001) ou intermittent (OR=6,37 [4,55–8,90], p0,001), l’adaptation par un opticien (OR=1,97 [1,38–2,83], p0,001), l’absence totale de consultation d’un ophtalmologiste (OR=6,56 [2–22], p0,01) ou l’absence d’apprentissage au maniement (OR=4,47 [2,27–8,77], p0,01), l’utilisation de produits de désinfection blancs (marques d’opticiens) (OR=5,55 [3,12–9,85], p0,001), le mélange de solutions (top off) (OR=4,68 [2,73–8,04], p0,001), l’absence de remplacement du boîtier (OR=3,95 [2,28–6,82], p0,01), la non-observance des règles d’hygiène et le tabagisme (OR=2,29 [1,67–3,14], p0,01). Les facteurs protecteurs de KI les plus importants étaient le sexe féminin (OR=0,49 [0,36–0,66], p0,01), l’hypermétropie (OR=0,28 [0,16–0,48], p=0,01), le port de lentilles rigides, l’adaptation par un ophtalmologiste, l’information orale et écrite et l’entretien quotidien du boîtier.ConclusionLa connaissance de ces facteurs impliquent d’agir à tous les niveaux, pour diminuer l’incidence des KI, du prescripteur au patient en passant par le type de LdC, le boîtier ou la solution d’entretien.PurposeCurrently, the most feared complication by ophthalmologists of contact lens (CL) wear is microbial keratitis (MK), even though its incidence remains low. It is also a significant financial burden for society. This study aimed to identify the risk factors for CL-related MK especially with regard to hygiene and pattern of use, in a large, prospective, multicenter, case-control study.MethodsA multicenter retrospective case-control study was designed. The CL-related MK subpopulation (case) was compared with healthy CL wearers (control) using a 52-item anonymous questionnaire designed to determine subject demographics, lens wear history, lens type and disinfection solution, fitting, patient education, hygiene and maintenance of contact lenses, and patient history. Univariate logistic regression analysis was performed to compare both groups.ResultsThe study included 497 cases and 364 controls. The risk factors associated with the greatest increased odds of CL-related MK were as follows: extended wear (OR=2.96 [1.65–5.33], P0.001), occasional overnight lens use (OR=6.37 [4,55–8.90], P0.001), fitting by an optician (OR=1.97 [1.38–2.83], P0.001), absence of ophthalmologic exam (OR=6.56 [2–22], P0.01) or no training in handling the contact lens (OR=4.47 [2.27–8.77], P0.01), use of optician's disinfection solution (OR=5.55 [3.12–9.85], P0.001), mixing solutions (“topping off”) (OR=4.68 [2.73–8.04], P0.001), no case replacement (OR=3.95 [2.28–6.82] P0.01), no compliance with hygiene rules and smoking (OR=2.29 [1.67–3.14], P0.01). The protective factors associated with the greatest reduction in OR were female gender (OR=0.49 [0.36–0.66], P0.01), hypermetropia (OR=0.28 [0.16–0.48], P=0.01), rigid contact lens wear, fitting by an ophthalmologist, written and verbal instruction, and daily case maintenance.ConclusionThe knowledge of these risks factors incentivizes action at all levels to reduce the incidence of MK, from the prescr[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Presse médicale
Il y a 1 mois
Corneal dystrophies
ScienceDirect
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 46 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Françoise Barré-Sinoussi, Prix Nobel de médecine, et une vingtaine de chercheurs alertent le gouvernement sur le renforcement de la lutte contre le sida.


Actualité
Il y a 3 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Les États membres de l'Union Européenne ont approuvé un texte réglementant la cuisson des aliments pouvant libérer de l'acrylamide. La Belgique inquiète pour l'avenir de sa tradition de la frite a fini par approuver le texte.


Actualité
Il y a 4 heures
Quotidien du médecin

Coup de gueule, avis d’expert, coup de cœur ou témoignage… La rédaction du « Quotidien » distingue chaque semaine un ou plusieurs commentaires, parmi les centaines postés au fil des jours par les lecteurs internautes.

Presse médicale
Il y a 5 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 21 July 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Guillaume Cayla, Florence Leclercq, Luc Cornillet, Bertrand Ledermann, Laurent Schmutz, Benoit Lattuca
Le traitement antiplaquettaire joue un rôle essentiel dans la prévention des récurrences des évènements cardiovasculaires dans la maladie coronaire stable et instable. Bien que peu utilisés jusqu’alors dans la maladie coronaire, l’arrivée des différents anticoagulants oraux directs avec leurs différents dosages pourraient être utile dans ce contexte. Des études dédiées sont en cours pour définir les posologies optimales et essayer d’individualiser la stratégie anti-thrombotique en évaluant l’association idéale des traitements antiplaquettaires et anticoagulants dans les différentes situations cliniques.Antiplatelet therapy is essential for the prevention of recurrent cardiovascular events in stable and unstable coronary artery di[...]

Actualité
Il y a 6 heures
APF ICM

Lancement de l'appel d'offre : Bourses 4ee année de thèse et post-doctorat.

Dans le cadre de ses missions, La Fondation Paralysie Cérébrale/ La Fondation Motrice met au concours des aides individuelles ayant pour but de permettre :

• à des étudiants en fin de thèse (4éme année), de terminer leurs travaux de doctorat. Cette thèse de doctorat devra s'inscrire dans un programme de recherche sur la Paralysie Cérébrale.

• à des étudiants titulaires d'un doctorat en sciences ou en sciences humaines et sociales (soutenu en France) ou d'un PhD (soutenu à l'étranger) de poursuivre leurs travaux de recherche par une année de post-doctorat. Ce travail de recherche devra s'inscrire dans un program[...]

Actualité
Il y a 6 heures
APF ICM

À écouter : L'Assistance sexuelle si non c'est la condamnation des personnes handicapées à l'abstinence et à la sexualité imaginaire. Article mis en ligne le 17 avril 2017.

On va essayer de comprendre les difficultés et les verrouillages de la situation avec Julia Tabath la présidente de l'Association CH(s)OSE invitée de l'émission Handimédias. avec André DJI-Radio Fréquence Paris Plurielle.

Pour écouter l'émission : www.handicapepasbete.com.

Source : www.rfpp.net.