Presse médicale
Il y a 19 jours
Les causes rares de leucocorie chez l’enfant

Publication date: October 2017
Source:Journal Français d'Ophtalmologie, Volume 40, Issue 8
Author(s): J.-P. Diagne, A.S. Sow, A.M. Ka, A.M. Wane, P.A. Ndoye Roth, E.A. Ba, M.E. De Medeiros, J.M. Ndiaye, H.M. Diallo, H. Kane, S. Sow, M. Nguer, E.M. Sy, P.A. Ndiaye
Il s’agissait de répertorier les causes de leucocorie chez l’enfant de moins de 10 ans et de faire ressortir la proportion des causes rares.Matériels et méthodesIl s’agit d’une étude rétrospective menée sur dix ans, du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2013 sur des patients de moins de 10 ans, reçus pour leucocorie.RésultatsLa leucocorie représentait 1/10e des motifs de consultation des enfants de moins de 10 ans. L’âge moyen de nos patients était de 42,5 mois. La leucocorie touchait les enfants de moins de 6 ans dans 76 % des cas. Elle touchait plus le sexe masculin avec une sex-ratio de 1,5. Les patients provenant de Dakar et de sa banlieue représentaient les deux tiers de l’effectif total. L’atteinte bilatérale était de 53,7 %. La cataracte représentait 74,3 %, le rétinoblastome 20,58 %, le décollement de rétine 0,96 %, la rétinopathie des prématurés 0,96 %, la persistance de la membrane pupillaire 0,96 %, la persistance du vitré primitive 0,64 %, l’endophtalmie 0,64 %, le colobome de la papille 0,32 %, l’hétérochromie irienne 0,32 % et l’amétropie à 0,32 % étaient aussi retrouvés.DiscussionLe pourcentage cumulé des causes rares était de 5,12 % dans notre étude, dont une hypermétropie. Ces causes, bien que rares, sont présentes.ConclusionLes causes rares de leucocorie nécessitent une attention bien particulière. La découverte d’une leucocorie impose une recherche étiologique rigoureuse. L’amétropie doit être un diagnostic d’élimination.PurposeThe purpose was to record the causes of leukocoria among children under 10years of age and to determine the proportion of rare causes of leukocoria.Patients and methodsThis retrospective study was conducted over a period of ten years, from January 1, 2004 to December 31, 2013, in patients under 10years of age who were referred for leukocoria.ResultsLeukocoria represented one of the ten reasons for consultation among children under 10years of age. The mean age of our patients was 42.5months. In 76 % of cases, the leukocoria patients were children under 6years of age. Male patients were affected more commonly, with a sex-ratio of 1.5. Patients coming from Dakar and its suburbs represented two thirds of the total. Bilateral involvement represented 53.7 % of the total. Cataracts were responsible for 74.3 % of cases, retinoblastoma 20.58 %, retinal detachment 0.96 %, retinopathy of prematurity 0.96 %, pupillary membrane persistence 0.96 %, persistent hyperplastic primary vitreous 0.64 %, endophthalmitis 0.64 %, optic nerve coloboma 0.32 %, iris heterochromia 0.32 % and ametropia 0.32 %.DiscussionThe total percentage of rare causes was 5.12 % in our study, including one case of hyperopia. These etiologies, although rare, do exist.ConclusionRare causes of leukocoria require special attention. The discovery of leukocoria necessitates rigorous etiological work-up. Ametropia must be a diagnosi[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 jours
SNPI

Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va promouvoir les "surgical care practitioners" (SCP), ces personnels infirmiers qui pouvaient déjà opérer sous le contrôle d'un chirurgien, mais en les autorisant cette fois à devenir autonomes et responsables de leurs actes. Après leur diplôme d'infirmiers en 3 ans, ces professionnels suivent un mastère de deux années supplémentaires.

Leur rôle est d'assurer toute la prise en charge de l'opéré depuis la consultation avant l'hospitalisation jusqu'à la surveillance postopératoire, la sortie du malade et les consultations de suivi. Ils placent les perfusions, réalisent eux-mêmes l'opération au bloc opératoire et prescrivent des médicaments.

Médicalement, la qualité des résultats obtenus par les "surgical car practitioners" a été évaluée identique à celle des chirurgiens. Ce partage de compétences permet de réserver aux chirurgiens le rôle de décision et d'action dans les cas complexes.

Source https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030624407349-vers-la-fin-des-chirurgiens-2117980.php#HJ0bMBXv4XLy5bz8.99

Les pratiques avancées doivent se faire en master 2

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers, SNPI CFE-CGC, est fortement demandeur de la mise en place d'une pratique avancée en France. Dans 25 pays, 330.000 infirmières en pratique avancée peuvent disposer de telles compétences après deux années d'études supplémentaires validées par un Master. Toutes les études scientifiques ont prouvées l'intérêt de ce métier intermédiaire entre l'infirmière à Bac +3 et le médecin à bac +9 ou +12. L'exemple a été donné par les USA dans les années 1960, et il y a aujourd'hui 158.348 « infirmières praticiennes » et 59.242 « infirmières cliniciennes spécialisées », toutes titulaires d'un Master. En Europe, de l'Irlande à la Finlande, ces infirmières diplômées d'un Master peuvent prescrire des médicaments et assurer le suivi des patients chroniques.

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, la solution réside dans une reconnaissance officielle et nationale de pratiques, avec une rémunération et une formation conséquentes : En France, le cadre légal de l'infir­mière de pra­ti­que avan­cée IPA est l'arti­cle 119 de la loi n° 2016-41 du 26 jan­vier 2016 de moder­ni­sa­tion de notre sys­tème de santé. Hélas, aucun texte d'application n'est paru, et les travaux n'ont même pas commencé (référentiel d'activité, de compétences, de formation, cadre statutaire et grille salariale), car des lobby font pression sur le ministère.

En particulier, les directeurs d'hôpitaux préfèrent pratiquer du "low cost", avec des "protocoles de coopération" pour régler des situations individuelles, sans les compétences acquises dans une formation cadrée nationalement. Avec les "coopérations", ce sont des compétences personnelles qui seront attribuées à des infirmières particulières pour faire des actes à la place des m[...]

Actualité
Il y a 16 jours
SNPI

Au Royaume-Uni, les infirmiers peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans pour pouvoir pratiquer des actes chirurgicaux simples en bloc

Le National Health Service anglais (NHS) va promouvoir les "surgical care practitioners" (SCP), ces personnels infirmiers qui pouvaient déjà opérer sous le contrôle d'un chirurgien, mais en les autorisant cette fois à devenir autonomes et responsables de leurs actes. Après leur diplôme d'infirmiers en 3 ans, ces professionnels suivent un mastère de deux années supplémentaires.

Leur rôle est d'assurer toute la prise en charge de l'opéré depuis la consultation avant l'hospitalisation jusqu'à la surveillance postopératoire, la sortie du malade et les consultations de suivi. Ils placent les perfusions, réalisent eux-mêmes l'opération au bloc opératoire et prescrivent des médicaments.

Médicalement, la qualité des résultats obtenus par les "surgical car practitioners" a été évaluée identique à celle des chirurgiens. Ce partage de compétences permet de réserver aux chirurgiens le rôle de décision et d'action dans les cas complexes.

Source https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/030624407349-vers-la-fin-des-chirurgiens-2117980.php#HJ0bMBXv4XLy5bz8.99

Les pratiques avancées doivent se faire en master 2

Le Syndicat National des Professionnels Infirmiers, SNPI CFE-CGC, est fortement demandeur de la mise en place d'une pratique avancée en France. Dans 25 pays, 330.000 infirmières en pratique avancée peuvent disposer de telles compétences après deux années d'études supplémentaires validées par un Master. Toutes les études scientifiques ont prouvées l'intérêt de ce métier intermédiaire entre l'infirmière à Bac +3 et le médecin à bac +9 ou +12. L'exemple a été donné par les USA dans les années 1960, et il y a aujourd'hui 158.348 « infirmières praticiennes » et 59.242 « infirmières cliniciennes spécialisées », toutes titulaires d'un Master. En Europe, de l'Irlande à la Finlande, ces infirmières diplômées d'un Master peuvent prescrire des médicaments et assurer le suivi des patients chroniques.

Pour Thierry Amouroux, le Secrétaire Général du SNPI CFE-CGC, la solution réside dans une reconnaissance officielle et nationale de pratiques, avec une rémunération et une formation conséquentes : En France, le cadre légal de l'infir­mière de pra­ti­que avan­cée IPA est l'arti­cle 119 de la loi n° 2016-41 du 26 jan­vier 2016 de moder­ni­sa­tion de notre sys­tème de santé. Hélas, aucun texte d'application n'est paru, et les travaux n'ont même pas commencé (référentiel d'activité, de compétences, de formation, cadre statutaire et grille salariale), car des lobby font pression sur le ministère.

En particulier, les directeurs d'hôpitaux préfèrent pratiquer du "low cost", avec des "protocoles de coopération" pour régler des situations individuelles, sans les compétences acquises dans une formation cadrée nationalement. Avec les "coopérations", ce sont des compétences personnelles qui seront attribuées à des infirmières particulières pour faire des actes à la place des m[...]

E-santé
Il y a 16 jours
Buzz esante

Le laboratoire MSD enrichi son offre digitale avec le lancement d’une nouvelle application mobile pour les patients atteints d’une hépatite C : C’Partner. Découverte. L’accès de tous les patients aux…

Cet article MSD lance l’application mobile C’Partner est apparu en premier sur Buzz-esanté.

E-santé
Il y a 16 jours
Buzz esante

Le laboratoire MSD enrichi son offre digitale avec le lancement d’une nouvelle application mobile pour les patients atteints d’une hépatite C : C’Partner. Découverte. L’accès de tous les patients aux…

Cet article MSD lance l’application mobile C’Partner est apparu en premier sur Buzz-esanté.

E-santé
Il y a 16 jours
DSIH

Vendredi dernier, le 22 septembre, le Conseil Economique Social et Environnemental accueillait les Assises Nationales de la Haute Sécurité Santé (HS2). Dans son discours d’ouverture le Haut-Commissaire Ghislaine Alajouanine, MC Institut de France, a démontré la nécessité d’encourager la Télémédecine et d’établir un véritable écosystème permettant de conjuguer équitablement le Social avec l’Econ[...]

Actualité
Il y a 16 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Face à la colère de patients signalant des effets secondaires depuis la commercialisation de la nouvelle formule au printemps, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait annoncé le 15 septembre le retour en pharmacie sous quinze jours de l'ancienne formule du Levothyrox et de médicaments alternatifs sous un mois.