Presse médicale
Il y a 10 jours
L’exploration des perceptions relatives à l’excès de poids pour mieux comprendre les difficultés dans la prise en charge de l’obésité : une étude populationnelle exploratoire

Publication date: Available online 19 March 2017
Source:Revue d'Épidémiologie et de Santé Publique
Author(s): C. Crutze, B. Pétré, N. Dardenne, A.-F. Donneau, S. Streel, A. Albert, A. Scheen, E. Husson, M. Guillaume
BackgroundOverweight and obesity are major public health problems of growing concern. Few studies have investigated the representations and perceptions of subjects with overweight and obesity, especially in the general population, as compared to people in a medical weight loss process. The objective of this study was to fill this gap by enabling participants to express their feelings and experience about their overweight, and to assess the extent of the body mass index (BMI) as a determinant of these perceptions.MethodsA total of 4155 persons participated in an exploratory study conducted in Wallonia (Belgium). Data were collected by means of a web-based questionnaire. This study investigated the following parameters: sociodemographic and anthropometric factors, perceived health, quality of life, diet perception, enrolment in a weight loss process and weight loss target. The influence of BMI was considered, on one hand, looking at how the above variables evolve according to BMI category, secondly, as a mediation factor in the relationship between socioeconomic level and these same variables.ResultsA large majority (87.5%) of subjects were overweight (32.2%) or obese (obese class I 29.9%, class II 14.8%, class III 10.6%). Perceived health was found to deteriorate with the BMI (P0.0001); obese class III had a 5.9-fold risk to present bad perceived health compared to subjects with normal weight. The physical and psychological quality of life reported by the subjects decreased significantly with the BMI (P0.0001) particularly for the physical quality of life. The percentage of poor diet perception (frustration, weight gain, aggressiveness, inefficacy and impossibility) as well as the weight loss targeted by the subjects increased with the BMI. Between overweight subjects and obese class III subjects, weight loss target increased from 13% to 34% of the initial weight. The majority of subjects judged that diet represents “aggressiveness”, “weight gain” and “impossibility”. A partial mediation role of BMI was identified in the relationship between social status and the variables of interest.ConclusionsThis study focused on a sample of people from the general population. It confirmed previous results of others studies. All results gave a feeling of resignation and powerlessness which can seize obese individuals (especially when BMI increases). As a consequence, there is a need for more adapted weight management to achieve a genuine therapeutic alliance.Position du problèmeLe surpoids et l’obésité demeurent des problèmes majeurs de santé publique. Peu d’études ont investigué les représentations et les perceptions des individus présentant un excès de poids, en particulier au sein de la population générale. L’objectif de la présente étude est de combler cette lacune en permettant aux personnes concernées d’exprimer leurs sentiments et expériences au sujet de leur poids, ainsi que d’évaluer l’ampleur de l’indice de masse corporelle en tant que déterminant de ces éléments de perception.MéthodesUn total de 4155 personnes a pris part à cette étude exploratoire menée en Wallonie (Belgique). Un questionnaire « en ligne » a été utilisé pour collecter les données. Les paramètres investigués étaient : caractéristiques sociodémographiques et anthropométriques, perception de la santé, qualité de vie, perceptions des régimes, engagement dans une démarche de perte ou de maintien du poids et objectifs de perte de poids. L’influence de l’indice de masse corporelle a été considérée, d’une part, en regardant comment les variables susmentionnées évoluaient en fonction de la catégorie d’indice de masse corporelle investiguée, d’autre part, comme variable de médiation dans la relation entre le statut de classe sociale et ces mêmes variables.RésultatsUne large majorité (87,5 %) des répondants présente un surpoids (32,2 %) ou une obésité (classe I 29,9 %, classe II 14,8 %, classe III 10,6 %).[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 17 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 17 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Actualité
Il y a 17 minutes
Réseau CHU
A Angers, un programme expérimental de prévention des addictions (alcool, tabac, cannabis) et des conférences d'information sur la vie affective et sexuelle sera porté par 21 étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers auprès des collégiens et lycéens. Il s'agit de casser la barrière de génération pour que le message passe plus facilement. Tel est le pari tenu par le CHU, l’Université d’Angers (UFR Santé) et la Direction académique des services de l’Éducation nationale de Maine-et-Loire, associés autour de cette initiative.
Concrètement, une vingtaine d'étudiants en médecine, en pharmacie et en soins infirmiers sont allés à la rencontre des adolescents collège Jean-Vilar et le lycée professionnel Simone Veil, pour rencontrer des adolescents en 3e et en 2nde. Ces étudiants ont bénéficié d’une formation spécifique, en lien étroit avec le Service Universitaire de Médecine Préventive et Promotion de la Santé (SUMPPS) de l’Université d’Angers.

Leurs interventions se déroulent en trois temps, entre février et avril. La première séance consiste à présenter le programme et distribuer un questionnaire anonyme. Sur la base des réponses à ces questionnaires, les étudiants élaborent des ateliers interactifs pour la deuxième séance. Le dernier rendez-vous est une séance de débriefing, l’occasion pour les élèves de poser de nouvelles questions, de récupérer des contacts, mais aussi de faire un bilan des interventions et une évaluation du programme.

[...]
Presse médicale
Il y a 18 minutes
ScienceDirect

Publication date: Available online 28 March 2017
Source:La Revue de Médecine Interne
Author(s): P. Henneton, M. Frank, E. Litvinova, S. Miranda, E. Messas, L. Darnige
IntroductionLe syndrome de Gardner-Diamond correspond à une autosensibilisation des patients à leurs propres hématies. Il touche très majoritairement les femmes et se traduit par l’apparition d’ecchymoses douloureuses. Une comorbidité psychiatrique associée ou l’existence d’un facteur psychologique déclenchant constituent un argument diagnostique majeur.ObservationNous décrivons l’histoire d’un homme de 24 ans qui présentait des ecchymoses douloureuses spontanées évoluant par poussées depuis 5 ans. Les explorations réalisées s’avéraient négatives. Le diagnostic de syndrome de Gardner-Diamond était retenu devant la présentation clinique et l’existence d’un facteur psychologique déclenchant. Le traitement antalgique et psychologique est difficile et nécessite une prise en charge pluridisciplinaire.ConclusionLe syndrome de Gardner-Diamond est rare et méconnu, mais doit être évoqué en cas de lésions ecchymotiques ou purpuriques pour lesquelles une étiologie organique n’est pas mise en évidence. Le diagnostic précoce permet de proposer une prise en charge adaptée et de limiter les examens complémentaires inutiles.IntroductionGardner–Diamond syndrome is a rare condition secondary to a sensitization to self-erythrocytes. It is predominantly seen in women and presents as a painful ecchymotic disorder. An underlying psychiatric disease or a triggering psychological stress is of important diagnostic value.Case reportWe report a 24-year-old patient who presented with intermittent spontaneous painful ecchymosis since 5 years. Complementary investigations failed to identify an organic disorder. Gardner–Diamond syndrome was retained because of the clinical presentation, the negativity of diagnostic work-up and the identification of a psychological trauma. Patient management (pain, psychological support) is difficult, justifying a multidisciplinary approach.ConclusionGardner–Diamond syndrome is a rare and unrecognized disorder, which should b[...]

Actualité
Il y a 37 minutes
SNFGE
29/03/2017

Ce record est sans nul doute le résultat de la qualité du programme et de l'intérêt de tous les participants pour la connaissance scientifique et la formation médicale continue de la spécialité. Il témoigne aussi de la convivialité des JFHOD, le rendez-vous incontournable de l'hépato-gastroentérologie et de l'oncologie digestive francophone.

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition des JFHOD qui auront lieu du 22 au 25 mars 2018 au Palais des congrès de Paris. La thématique sera la douleur et le pays invité la Roumanie.


Actualité
Il y a 37 minutes
SNFGE
29/03/2017

Ce record est sans nul doute le résultat de la qualité du programme et de l'intérêt de tous les participants pour la connaissance scientifique et la formation médicale continue de la spécialité. Il témoigne aussi de la convivialité des JFHOD, le rendez-vous incontournable de l'hépato-gastroentérologie et de l'oncologie digestive francophone.

Rendez-vous l'an prochain pour une nouvelle édition des JFHOD qui auront lieu du 22 au 25 mars 2018 au Palais des congrès de Paris. La thématique sera la douleur et le pays invité la Roumanie.