Presse médicale
Il y a 4 mois
L'héparine non fractionnée sous-cutanée pour le traitement initial de la thromboembolie veineuse

Contexte La thromboembolie veineuse (TEV) est une pathologie dans laquelle un caillot de sang se forme dans les veines profondes (le plus souvent de la jambe) et peut se déplacer et aller bloquer les artères des poumons (une affection potentiell[...]

Cochrane
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 18 minutes
Alcool info service

A l’occasion de la journée mondiale contre l’hépatite, Alcool info service rappelle quelques faits et invite les personnes qui boivent à se faire dépister. Les hépatites B et C sont des maladies du foie qui peuvent évoluer en cirrhose. Ce sont des maladies qui se soignent mais on estime qu’en France 75 000 personnes ignorent encore être infectées par le virus de l’hépatite C (1). La consommation régulière d’alcool est un facteur de risque de développer un cancer du foie ou une cirrhose. Ces risques sont aggravés par la coexistence d’une hépatite et d’une consommation d’alcool régulière. Il est donc recommandé aux buveurs réguliers de se faire dépister pour les hépatites B et C afin de p[...]

Actualité
Il y a 45 minutes
ISNI

Poste d’assistant spécialiste partagé entre les Hôpitaux Universitaire Paris-Sud, Service de psychiatrie de Bicêtre (Pr E. Corruble) et l’EPS B. Durand, secteur 91G05 (Dr C. Trichard), site de Sainte-Geneviève-des-Bois, Essonne. Poste de deux ans à compter de novembre 2017.

Ce poste d’assistant partagé doit permettre d’approfondir la coopération entre les deux établissements, en particulier dans le cadre de la structuration de consultations spécialisées et d’une filière de soins de recours dans les troubles de l’humeur. L’assistant pourra participer ainsi à l’élaboration et à la mise en place de protocoles d’évaluation clinique ou de traitement des dépressions résistantes, de prise en charge préco[...]

Presse médicale
Il y a 6 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 27 July 2017
Source:Revue de Pneumologie Clinique
Author(s): S. Rabiou, I. Issoufou, F.Z. Ammor, H. Harmouchi, L. Belliraj, M. Lakranbi, M. Serraj, Y. Ouadnouni, M. Smahi
IntroductionLa dilatation des bronches (DDB) est une maladie potentiellement grave et handicapante. Le traitement chirurgical reste une alternative intéressante, qui devra être proposée précocement aux patients en cas de complication ou d’altération de la qualité de vie, malgré un traitement médical optimal. À travers cette étude rétrospective et une revue de la littérature, nous rapportons les résultats chirurgicaux des DDB.Patients et méthodeNous avons mené une étude monocentrique, rétrospective et descriptive, dans le service de chirurgie thoracique de CHU Hassan II de Fès, concernant 64 patients opérés pour DDB pendant la période allant de janvier 2009 à décembre 2016.RésultatsIl s’agissait de 30 hommes et 34 femmes ayant un âge moyen de 32 ans. Vingt six pour cent (26 % avaient un antécédent d’infection pulmonaire à répétition, et 17 % auraient été traités pour tuberculose et déclarés guéris). La toux productive (93 %), les bronchorrhées chroniques à prédominance matinale (92 %) et l’hémoptysie à répétition (62,5 %) étaient les principaux symptômes. Sur le plan scanographique, la DDB était unilatérale localisée dans 49 cas. Le poumon droit était concerné dans 27 cas et la localisation était bilatérale chez 15 patients. Il y avait 38 DDB kystiques, 16 cylindriques et 10 étaient mixtes à prédominance cylindriques. La fibroscopie bronchique réalisée dans 34 cas, montrait une tumeur carcinoïde dans 1 cas, une broncholithiase dans 1 cas et un corps étrangers intrabronchique dans 1 cas. La voie d’abord était une thoracotomie postérolatérale conservatrice dans tous les cas. Les gestes réalisés étaient une lobectomie chez 53 % des patients. Le taux de morbidité était de 32,80 % et dominé par des complications septiques. Après un délai moyen de suivi de 20,52 mois, nous avons noté 2 cas de récidive d’une hémoptysie minime et 1 cas d’une reprise des bronchorrhées. Pour tous les autres patients, l’évolution était favorable et aucun cas de décès n’a été noté à ce jour.ConclusionLa chirurgie des DDB nécessite une parfaite collaboration entre le pneumologue, le chirurgien thoracique, le réanimateur-anesthésiste, le biologiste sans oublier le kinésithérapeute pour une prise en charge optimale des patients.IntroductionBronchiectasis is a serious and disabling disease. Surgical treatment is an interesting alternative to be proposed early to patients in case of complications or deterioration of quality of life, despite an optimal medical treatment. Through this retrospective study and literature review, we analyze surgical results for bronchiectasis.Patients and methodWe conducted a monocentric, retrospective, descriptive and analytical study in the Department of thoracic surgery of CHU Hassan II Fès, about 64 patients operated for bronchiectasis during the period from January 2009 to December 2016.ResultsThere were 30 men and 34 women with an average age of 32years. Twenty six percent (26 %) had a history of recurrent lung infection, and 17.18 % would have been treated for pulmonary tuberculosis and declared cured. Productive cough (93 %), morning chronic bronchorrhea (92 %) and repeatedly hemoptysis (62.5 %) were the main symptoms. On CT scanning, the bronchiectasis was unilateral and localized in 49 cases. The right lung was involved in 27 cases and t[...]

Presse médicale
Il y a 8 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 26 July 2017
Source:Annales de Chirurgie Plastique Esthétique
Author(s): C. Verbruggen, A.S. Ricard, O. Cogrel, M. Bondaz, S. Carrier
ObjectifsL’objectif principal de cette étude est de déterminer les marges de résection nécessaires pour réaliser une exérèse complète (R0) des dermatofibrosarcomes protuberans (DFSP) cervico-faciaux par technique de Slow-Mohs en 1re intention. L’objectif secondaire est d’étudier le taux de récidive de ces tumeurs.Matériel et méthodesLa technique de Slow-Mohs en galette était utilisée sur les patients inclus de 2005 à 2015 du CHU de Bordeaux. L’âge, le sexe, la localisation tumorale, les marges initiales, les marges avant R0, la survenue d’une récidive locale, locorégionale, métastatique ou de décès, la durée de suivi ont été étudiés. L’exérèse était réalisée sous anesthésie locale. La reconstruction, par autogreffe de peau ou lambeau local, était réalisée lors un 2e temps chirurgical.RésultatsVingt patients ont été inclus. Les marges initiales étaient de 10mm (9 patients) et 15mm (11 patients). L’exérèse était complète dès le premier temps chirurgical pour quinze patients (75 %). Les marges d’exérèse moyennes permettant une résection R0 était de 15,25±5,7mm (10–25). Aucun cas de récidive n’a été constaté. La durée de suivi moyenne était de 38 mois.ConclusionLa technique de Slow-Mohs permet de réaliser une exérèse R0 dans 75 % des cas pour le traitement des DFSP cervico-faciaux en 1re intention, avec des marges réduites de 12,75±2,55mm. Elle permet, au prix d’un délai d’analyse histologique supérieur, un meilleur contrôle au niveau local tout en réduisant les marges d’exérèse R0. Cette préservation des tissus mous est un atout esthétique et fonctionnel majeur dans la chirurgie cervico-faciale.ObjectivesThe main objective of this study is to determine the necessary surgical margins to obtain a complete R0 resection for head and neck dermatofibrosarcoma protuberans (DFSP) using Slow-Mohs micrographic surgery. The secondary objective is to study the recurrence rate of these tumors.Patients and methodsSlow-Mohs micrographic surgery was used for patients included between 2005 and 2015 at Bordeaux universitary hospital. For each patient the age, the sex and death occurrence, the initial surgical margins, the surgical margins for complete R0 resection, the occurrence of local or general recurrence during follow-up were reported. Surgery was realized under local anesthesia. The closure of the tumor site was realized secondarily using a skin graft or local flap.ResultsTwenty patients were included in the study. Initial surgical margins were 10mm (9 patients) or 15mm (11 patients). Complete resection was obtained from the first surgery for fifteen patients (75%). The average surgical margin for a complete R0 resection was 15,25±5,7mm (10–25). None of the patients presented recurrences during the entire follow-up (38 months)ConclusionA complete R0 resection of head and neck DFSP is obtained from the first surgery in 75% of the cases, with minimum surgical margins (12,[...]

Actualité
Il y a 12 heures
Santé Environnement

L'interdiction d'utilisation du glyphosate par les particuliers entre en vigueur ce 1er juin en Wallonie ! Elle découle de l'arrêté adopté ce 30 mars dernier par le Gouvernement wallon. Cet arrêté encadre également la vente des produits contenant cet herbicide autorisé par le Fédéral via une obligation de délivrance du produit en magasin par un vendeur disposant d'une formation adéquate. La Fédération salue ce pas important vers une restriction de l'utilisation des pesticides par les particuliers et les professionnels des secteurs verts indispensable à la protection de la santé des citoyens et à la protection de l'environnement. Elle salue également la décision du Ministre Borsus d'interdire prochainement la mise sur le marché des herbicides à base de glyphosate pour les particuliers, et demande un renforcement des évaluations des pesticides, tant au niveau européen que fédéral...

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié le glyphosate de « probablement cancérogène » pour l'homme. Dans le cadre de la procédure de réévaluation de cette substance, l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et dernièrement l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont conclu que le glyphosate ne l'était pas. Leurs avis posent cependant de nombreuses questions quant à la procédure d'évaluation des pesticides et notamment les données sur lesquelles elles se basent. Pour réaliser son évaluation, le CIRC s'est basé sur les études publiées dans les revues à comité de lecture, alors que l'EFSA et l'ECHA disposaient des études réalisées par l'industrie chimique, confidentielles. Récemment, les Monsanto Papers ont démontré que cette firme pouvait « acheter la science » et produire par ce biais des rapports favorables à son herbicide le plus rentable (lié à la technologie OGM). Les divergences entre les avis des autorités européennes et du CIRC résultent donc principalement des études prises en compte dans l'évaluation.

Face à ces controverses, la Wallonie a décidé d'avancer et interdit dès ce 1er juin l'utilisation des herbicides de glyphosate par les particuliers. Cette mesure sera prochainement suivie par une interdiction de mise sur le marché de ces produits par les autorités fédérales, comme l'a annoncé le Ministre Borsus. Au vu des mésusages et des nombreuses alternativ[...]

Actualité
Il y a 17 heures
Le généraliste

Le laboratoire américain Mylan annonce avoir lancé mercredi en France un générique du traitement préventif contre le sida Truvada, après avoir obtenu l'autorisation de mise sur le marché de l'Agence Européenne des Médicame...