Presse médicale
Il y a 2 mois
L’utilisation des défibrillateurs semi-automatiques par le grand public améliore la survie immédiate des arrêts cardiaques survenant dans les aéroports internationaux

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Elena Linda Garcia, Sherry Caffrey-Villari, Diomeda Ramirez, Jean-luc Caron, Patrice Mannhart, Paul-Georges Reuter, Frederic Lapostolle, Frederic Adnet
IntroductionLa défibrillation semi-automatique (DSA) réalisée par le public pour un arrêt cardiorespiratoire (ACR) extrahospitalier semble améliorer la survie des patients victimes d’un ACR en dehors de l’hôpital. Le but de notre étude était de comparer la prise en charge des ACR survenant dans les aéroports internationaux en fonction des protocoles d’utilisation des DSA.MéthodesIl s’agissait d’une étude observationnelle rétrospective, comparative, menée sur les données recueillies auprès de trois aéroports internationaux : Paris-Roissy-Charles-De-Gaulle (CDG), Chicago et Madrid-Barajas. Les patients victimes d’ACR dans l’enceinte d’un aéroport entre 2009 et 2013 ont été inclus. Nous avons défini un groupe PUB qui incluait les aéroports dont les DSA étaient à la disposition du public et le groupe SEC représenté par l’aéroport de Paris-CDG dont l’utilisation du DSA était assurée par les équipes de Prompt secours. Le critère principal d’évaluation était de succès de la réanimation définie par la survie à l’admission hospitalière.RésultatsNous avons inclus consécutivement 150 patients victimes d’ACR. Le délai entre l’effondrement et la pose du DSA était significativement plus courte dans le groupe PUB vs. SEC (4±3minutes vs. 11±11, p=0,0006). La durée totale de la réanimation cardiopulmonaire était plus courte dans le groupe PUB (10±10minutes vs. 36±25minutes, p0,0001). La survie à l’arrivée à l’hôpital était plus importante dans le groupe PUB (62 %, vs. 38 %, p=0,01).ConclusionsLa mise à disposition de DSA au grand public dans les aéroports semble permettre une défibrillation plus rapide et un taux de succès de la réanimation augmenté.IntroductionOut-of-hospital cardiac arrest (OHCA) is a major public health challenge. Use of automated external defibrillators (AED) by laypersons improves survival of patient's victim of OHCA. The aim of our study was to compare onsite AED vs. dispatched AED management of cardiac arrest occurring in international airports.MethodsWe conducted a retrospective, observational, comparative, study on data collected from three international airports: Paris-Charles-de-Gaulle (CDG), Chicago and Madrid-Barajas. We included patients with OHCA occurring inside the airport between 2009 and 2013. Group public access (PUB) included airports where AED were available to laypersons and group dispatched (SEC) was represented by Paris-CDG airport where AED was provided by paramedic teams. The primary endpoint was successful resuscitation defined as survival at time of hospital admission.ResultsWe included 150 consecutive patients victim of OHCA in the three airports. The time between collapse and AED setting was significantly shorter in the PUB vs. SEC group (4±3minutes vs. 11±11, P=0.0006). The total duration of resuscitation was shorter in the PUB group (10±10minutes vs. 36±25minutes, P0.0001). Survival at time of hospital admission was higher in the PUB group (62% vs. 38%, P=0.01).ConclusionThe availability of public access AEDs in international airports seems to allow a quicker defibrillation and an increased success rate of resuscitation.

Ce qui était connu Les défibrillateurs semi-automatiques (DSA) sont largement implantés dans les lieux publics et équipent les équipes de premiers secours. Les DSA sont en accès libre dans certains aéroports et acheminés par des équipes de premiers secours dans d’autres. L’utilisation précoce du DSA améliore la survie mais la modalité d’utilisation reste controversée.
Ce qu’apporte l’article L’utilisation par le public des DSA dans les aéroports semble augmenter le taux de survie immédiate par rapport à l’utilisation par du personnel spécialisé. Les temps de défibrillation et de réanimation sont réduits par une utilisation du DSA par le public dans un aéroport comparé à une utilisation par les secouristes. Ce type de déploiement devrait être recommandé dans toutes les zones publiques à forte affluence.


ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Il y a 14 jours
Épidurite cervico-dorsale étendue
ScienceDirect
Presse médicale
Presse médicale
Presse médicale
Il y a 16 jours
Un étrange visiteur…
ScienceDirect
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 56 minutes
Travailler Mieux

Les demandeurs d'emploi en avril 2017

- Communiqués de presse
Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Lancée en août 2016, l’évaluation de l'organisation et du fonctionnement des instances médicales a été confiée à une mission composée de membres de l’inspection générale des affaires sociales (IGAS), de l’inspection générale de l’administration (IGA), de l’inspection générale des finances (IGF) et de l’inspection générale de l'administration de l'éducation nationale et de la recherche (IGAENR). Son pilotage a été assuré par la DRH du secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales (SGMAS) en lien avec la direction générale de l’administration de la fonction publique (DGAFP). Le rapport remis par la mission d’évaluation en mars 2017 fait état d’un dispositif complexe et inefficient en dépit des efforts des acteurs impliqués dans sa mise en oeuvre. La multiplicité des intervenants, le cloisonnement du dispositif entre les sujets relevant d[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Les objectifs de rénovation énergétique des logements ne s’intègrent pas naturellement dans le dispositif d’aide à l’insonorisation des bâtiments aux abords des aéroports. Il s’agit de deux politiques publiques répondant à des préoccupations différentes et mises en oeuvre de manière distincte. La mission a examiné comment mieux coupler les travaux d’insonorisation et d’amélioration énergétique des bâtiments aux abords des aéroports. Pour émettre ses recommandations, elle s’est placée du point de vue du riverain et des gestionnaires des aides afin de donner un nouvel angle aux approches. Elle insiste pour que les acteurs concernés, le groupe Aéroports de Paris (ADP), l’Agence nationale de l’habitat (Anah), l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) et les Agences départementales d'information sur le logement (Adil) se rapprochent pour mettre en oeuvre les recommandations avec l’appui des collectivités locales. En synthèse, la mission propose une intégration systém[...]

Actualité
Il y a 2 heures
La documentation française

Située sur la rive droite de la Loire, à 35 km d'Orléans, Saint-Benoît-sur Loire (Loiret) est le siège d'une abbaye fondée au 7ème siècle dont la silhouette caractéristique est visible de loin. Avec le plan d'eau de la Loire, qui forme à cet endroit deux grands méandres bordés de végétation et la plaine agricole qui l'entoure, elle constitue un ensemble d'une grande beauté. Le périmètre du site proposé au classement s'étend sur environ 980 hectares sur les communes de Saint-Benoît-sur Loire, Sully-sur-Loire, Guilly et Germigny-des-Près. Il englobe l'abbaye et les paysages dont elle est le point focal. Le rapport propose de donner un avis favorable au classement au titre du critère pitto[...]