Presse médicale
Il y a 1 mois
L’utilisation des défibrillateurs semi-automatiques par le grand public améliore la survie immédiate des arrêts cardiaques survenant dans les aéroports internationaux

Publication date: Available online 18 March 2017
Source:La Presse Médicale
Author(s): Elena Linda Garcia, Sherry Caffrey-Villari, Diomeda Ramirez, Jean-luc Caron, Patrice Mannhart, Paul-Georges Reuter, Frederic Lapostolle, Frederic Adnet
IntroductionLa défibrillation semi-automatique (DSA) réalisée par le public pour un arrêt cardiorespiratoire (ACR) extrahospitalier semble améliorer la survie des patients victimes d’un ACR en dehors de l’hôpital. Le but de notre étude était de comparer la prise en charge des ACR survenant dans les aéroports internationaux en fonction des protocoles d’utilisation des DSA.MéthodesIl s’agissait d’une étude observationnelle rétrospective, comparative, menée sur les données recueillies auprès de trois aéroports internationaux : Paris-Roissy-Charles-De-Gaulle (CDG), Chicago et Madrid-Barajas. Les patients victimes d’ACR dans l’enceinte d’un aéroport entre 2009 et 2013 ont été inclus. Nous avons défini un groupe PUB qui incluait les aéroports dont les DSA étaient à la disposition du public et le groupe SEC représenté par l’aéroport de Paris-CDG dont l’utilisation du DSA était assurée par les équipes de Prompt secours. Le critère principal d’évaluation était de succès de la réanimation définie par la survie à l’admission hospitalière.RésultatsNous avons inclus consécutivement 150 patients victimes d’ACR. Le délai entre l’effondrement et la pose du DSA était significativement plus courte dans le groupe PUB vs. SEC (4±3minutes vs. 11±11, p=0,0006). La durée totale de la réanimation cardiopulmonaire était plus courte dans le groupe PUB (10±10minutes vs. 36±25minutes, p0,0001). La survie à l’arrivée à l’hôpital était plus importante dans le groupe PUB (62 %, vs. 38 %, p=0,01).ConclusionsLa mise à disposition de DSA au grand public dans les aéroports semble permettre une défibrillation plus rapide et un taux de succès de la réanimation augmenté.IntroductionOut-of-hospital cardiac arrest (OHCA) is a major public health challenge. Use of automated external defibrillators (AED) by laypersons improves survival of patient's victim of OHCA. The aim of our study was to compare onsite AED vs. dispatched AED management of cardiac arrest occurring in international airports.MethodsWe conducted a retrospective, observational, comparative, study on data collected from three international airports: Paris-Charles-de-Gaulle (CDG), Chicago and Madrid-Barajas. We included patients with OHCA occurring inside the airport between 2009 and 2013. Group public access (PUB) included airports where AED were available to laypersons and group dispatched (SEC) was represented by Paris-CDG airport where AED was provided by paramedic teams. The primary endpoint was successful resuscitation defined as survival at time of hospital admission.ResultsWe included 150 consecutive patients victim of OHCA in the three airports. The time between collapse and AED setting was significantly shorter in the PUB vs. SEC group (4±3minutes vs. 11±11, P=0.0006). The total duration of resuscitation was shorter in the PUB group (10±10minutes vs. 36±25minutes, P0.0001). Survival at time of hospital admission was higher in the PUB group (62% vs. 38%, P=0.01).ConclusionThe availability of public access AEDs in international airports seems to allow a quicker defibrillation and an increased success rate of resuscitation.

Ce qui était connu Les défibrillateurs semi-automatiques (DSA) sont largement implantés dans les lieux publics et équipent les équipes de premiers secours. Les DSA sont en accès libre dans certains aéroports et acheminés par des équipes de premiers secours dans d’autres. L’utilisation précoce du DSA améliore la survie mais la modalité d’utilisation reste controversée.
Ce qu’apporte l’article L’utilisation par le public des DSA dans les aéroports semble augmenter le taux de survie immédiate par rapport à l’utilisation par du personnel spécialisé. Les temps de défibrillation et de réanimation sont réduits par une utilisation du DSA par le public dans un aéroport comparé à une utilisation par les secouristes. Ce type de déploiement devrait être recommandé dans toutes les zones publiques à forte affluence.


ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Presse médicale
Presse médicale
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 2 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Actualité
Il y a 2 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Actualité
Il y a 2 minutes
CHU de Toulouse

Résumé : Créée en 1999, lors du regroupement à l'hôpital Rangueil des services de cardiologie initialement situés sur les deux grands sites du CHU (Purpan et Rangueil), la Fédération de cardiologie n'a cessé de développer ses activités avec un renforcement de son plateau technique et une montée en surspécialisation des équipes médicales et paramédicales. Depuis plusieurs mois, elle s'est engagée dans un programme de modernisation de son fonctionnement pour aboutir à une nouvelle organisation médicale et un redécoupage de ses unités de soins. La nouvelle configuration de la Fédération de cardiologie bénéficie ainsi d'une visibilité accrue qui contribue au rayonnement de ses équipes aux [...]

Blog
Il y a 24 minutes
Tribune miniblog

Introduction 3ème édition du "Collège des enseignants d'endocrinologie, diabète et maladies métaboliques" (CEEDMM), il s'agit de la première version de cet ouvrage depuis la réforme ECNi. Caractéristiques physiques Il s'agit d'un ouvrage de près de 600 pages de format légèrement inférieur au A4. La couverture est souple, l'impression (en noir et rouge sur fond blanc) et la reliure sont de qualité. Qualités rédactionnelles Ouvrage très attendu recouvrant[...]

Actualité
Il y a 35 minutes
Faculté de médecine Montréal

Attribuer le bon organe à la bonne personne est toujours un défi. Deux chercheurs de l’UdeM pensent que l’intelligence artificielle peut contribuer à améliorer ce processus.

En termes de greffes d’organes, tout est une question de chance. La réussite d’une greffe dépend d’un certain nombre de facteurs, comme l’âge et l’état de santé du donneur et du receveur, la compatibilité biologique entre le donneur et le receveur et la capacité du patient à recevoir la greffe.

Mais si le système pouvait s’appuyer sur de meilleures statistiques, cela augmenterait-il les taux de réussite?

C’est ce que des chercheurs de l’Université de Montréal et de Polytechnique Montréal tentent de découvrir en travaillant à la conception d’une méthode d’apprentissage-machine informatisée qui permettra de mieux prédire le taux de réussite d’une greffe standard.

Lire la suite sur UdeMNouvelles
Les 48 dernières heures d’un donneur

Cet article Attribuer le bon org[...]

Actualité
Il y a 38 minutes
APF ICM

À écouter : L'Assistance sexuelle si non c'est la condamnation des personnes handicapées à l'abstinence et à la sexualité imaginaire. Article mis en ligne le 17 avril 2017.

On va essayer de comprendre les difficultés et les verrouillages de la situation avec Julia Tabath la présidente de l'Association CH(s)OSE invitée de l'émission Handimédias. avec André DJI-Radio Fréquence Paris Plurielle.

Pour écouter l'émission : www.handicapepasbete.com.

Source : www.rfpp.net.