Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Il y a 26 jours
Gingembre coquille
Springer Link
Presse médicale
Presse médicale
Presse médicale
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Dans le cancer de la vessie métastatique, l’immunothérapie est une alternative intéressante face à la seule chimiothérapie à base de cisplatine.


Actualité
Il y a 17 jours
JIM

L'ostéoporose se caractérise par une diminution de la densité minérale osseuse (DMO) et une détérioration de la microarchitecture osseuse, avec en corollaire une augmentation du risque de fracture. L'âge joue un rôle déterminant et, de fait, après l’âge de 50 ans, une femme sur deux est victime d’une fracture ostéoporotique. La prévention repose sur d[...]

Actualité
Il y a 18 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

La yogathérapie s'inscrit dans le cadre plus large des pratiques alternatives déjà adoptées et souvent reconnues par la médecine. Explications de la journaliste Jihane Benzina.


Actualité
Il y a 18 jours
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Le yoga fait son entrée dans les établissements hospitaliers, utilisé comme une nouvelle méthode de soins. C'est la yogathérapie. Reportage.


Actualité
Il y a 18 jours
JIM

Malgré les progrès des modalités de l’insulinothérapie (multi injections, pompe), de l’autosurveillance, la grande majorité des patients diabétiques de type 1 n’atteint pas l’objectif idéal d’une HbA1c

Actualité
Il y a 18 jours
Infirmiers

Dans ce nouveau cours consacré à la « congruence » et à l’ « authenticité », Christine Paillard en quoi ces notions parfois floues sont importantes dans l’accompagnement des personnes soignées.

Chaque mois, Christine Paillard, ingénieur pédagogique, propose d'analyser un mot, son étymologie et démontre son importance dans le domaine du soin ; un mot figurant dans son Dictionnaire des concepts en soins infirmiers – Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné.

Equipe soignante avec un patient

Allier relation soignant/soigné et authenticité n’est pas toujours évident.

La congruence peut se définir simplement comme l’adéquation entre des émotions ressenties en lien avec les réactions non verbales provoquées par ces émotions. Pour un soignant, ce comportement réaliste implique une certaine disponibilité à accueillir les souffrances et les causes sans faire paraître de réaction inappropriée, maladroite ou relevant d’un certain jugement défavorable par la personne soignée, écoutée. Ici, il ne sert à rien de faire semblant d’être accueillant si le soignant ne l’est pas. La congruence soutient cette manière d’être du professionnel qui manifeste une concordance entre ce qu’il ressent, ce qu’il pense, ce qu’il dit et ce qu’il fait. Pour Jacqui Schneider-Harris1, la congruence, est la capacité d’être réellement soi-même, de prendre conscience de qui l’on est, et de pouvoir vivre cette identité pleinement et ouvertement. Il s’agit d’un processus d’acceptation de soi, favorisant l’expression réelle de soi-même et, à travers cette dynamique, qui permet la rencontre réelle avec autrui… La notion de congruence est également très importante dans l’accompagnement des personnes en démarche de soins, car, afin d’adapter au mieux les réponses et les stratégies aux situations de vie des personnes, il est nécessaire qu’elles puissent nous dire, le plus sincèrement possible, ce qui se passe réellement pour elles. Indépendante du système rogerien, la congruence se reconnaît par son approche humaniste.

Une approche centrée sur la personne

La congruence relève d’une approche centrée sur la personne (ACP) et nécessite une écoute active, la reformulation, le non jugement, l’empathie et l’acceptation inconditionnelle, qui sont les caractéristiques de la relation d’aide chez Carl Rogers qui définit ainsi cette approche : la relation d’aide psychologique est une relation permissive, structurée de manière précise, qui permet à l’individu d’acquérir une compréhension de lui-même à un degré qui le rende capable de progresser2. Selon Wilders Sue3, l’empathie est un concept qui est intégré aux conditions de congruence et de regard positif inconditionnel. Elle existe au sein du contexte de la non-directivité et est considérée comme un prédicat de la tendance actualisante. Cette congruence interroge notre authenticité. Celle-ci peut se diviser en deux aspects, celui de son identité personnelle/professionnelle et par la question des relations interpersonnelles.

L'identité professionnelle et les valeurs personnelles

Selon Erickson, 19594, la motivation la plus importante de l’être humain est la quête de l’expression de son Soi au cours de sa vie. En effet, au cours du stade de développement d’intégrité puis de générativité, l’adulte cherche à vivre dans l’authenticité et à être son vrai soi par le biais de l’expression de soi. Dans la tradition humaniste, l’authenticité est essentielle au développement de l’individu. Elle en constitue même une finalité5. Carl Rogers6 souligne l’importance d’être son vrai soi et considère que l’authenticité provient de la congruence entre le soi et l’expérience immédiate. Selon Hodgkinson7, être authentique, c’est être fidèle à soi-même, à son système de valeurs. Pour J. Ménard et L. Brunet8, l’aspect interpersonnel de l’authenticité, quant à lui, porte davantage sur l’intégrité ou l’éthique, de même que la responsabilisation de l’individu…

On définit donc l’authenticité comme le fait d’assumer ses responsabilités et de respecter autrui, de même que les normes établies. Ainsi, selon les tenants de cette conception, une personne authentique est une personne éthique et intègre. Il s’agit d’une vision dite interpersonnelle de l’authenticité puisque l’individu est authentique vis-à-vis autrui. Ici, c’est l’autre qui juge de l’authenticité dont l’individu fait preuve.

Une évaluation interactive

Dans une démarche de soins, la congruence interroge des valeurs internes, des motivations profondes et concerne la qualité d’une relation de soin par sa résonance authentique. La personne soignée agit, réagit en évaluant naturellement le positionnement du soignant. La relation soignant-soignée suggère une analyse de situation par le professionnel. Pour Maeona K. Jacobs-Kramer et Peggy L. Chinn9, s’interroger dans quelle mesure nous « savons ce que nous faisons » et « faisons ce que nous savons » suscite une prise de conscience tant du soi authentique que du soi divulgué. Cela permet un mouvement personnel vers la force intérieure, la sincérité et l’authenticité – des caractéristiques associées à la congruence. La réflexion et la réponse constituent le contexte du processus associé à l’évaluation du soi comme un type de savoir. Pendant que l’individu examine le soi, les perceptions et intuitions lui sont renvoyées par les autres. Les réponses réfléchies fournissent une perception concernant le soi de l’individu et sa congruence. Lors des interactions de soin, l’infirmière et[...]