Presse médicale
Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France
Il y a 1 mois
Réévaluation de la stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France

Dépistage du VIH

Biologiste infos
Crédit photo : Peshkova-istock

La stratégie de dépistage de l’infection à VIH en France a fait l’objet de recommandations publiées par la Haute Autorité de santé (HAS) en 2009. Au regard des nouvelles données épidémiologiques et de celles portant sur le recours au dépistage de l’infection à VIH depuis 2009, et à la demande de la Direction générale de la santé, la HAS réévalue cette stratégie de dépistage.

EDP Biologie
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Agnès Buzyn nommée ministre de la Santé
Articles liés par le même flux
Presse médicale
Il y a 4 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 26 May 2017
Source:Médecine & Droit
Author(s): Philippe Pirnay, Patricia de Bernardi
Le besoin en soins bucco-dentaires, notamment pour les étudiants les plus fragiles, a été identifié à l’Université Paris Est Créteil. Cet article présente les actions mises en place pour aider la prise en charge dentaire des étudiants. Une étude a été menée sur les déclarations des étudiants venus consulter le service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé de l’Université Paris Est Créteil du 1er septembre 2015 au 15 mai 2016. Son objectif était d’identifier les principaux facteurs de conduite à risque d’altération de la santé bucco-dentaire. À chacun des risques repérés fut associée une proposition d’action de prévention et/ou de soins. Le tabac, l’alcool, le cannabis, la détresse psychologique et les désordres alimentaires apparaissent comme autant de conduites nocives nécessitant la mise en place de conseils, d’action de prévention et de soins bucco-dentaires. Les conseils apportés aux étudiants nécessitent d’indiquer les risques de dégradation de l’état bucco-dentaire et leur prise en charge doit accorder une place importante aux recommandations liées à l’équilibre alimentaire. La mise en place d’actions de prévention dentaire au sein du SUMPPS et du parcours de soins dentaires via le réseau RESUS instituée par l’Université et le service d’odontologie du Groupe Henri-Mondor de l’AP–HP répondent à un besoin de santé publique dentaire. Couplées à un réseau de soins dans lequel l’étudiant est orienté vers une structure d’accueil, ces actions de prévention et de dépistage répondent bien plus à l’intérêt de santé générale de l’étudiant.The need for oral health care, especially for the most vulnerable students, was identified at the University Paris Est Creteil. This article presents the acti[...]

Presse médicale
Il y a 14 heures
ScienceDirect

Publication date: Available online 26 May 2017
Source:Annales de Cardiologie et d'Angéiologie
Author(s): A. Mbaye, B. Dodo, A.A. Ngaïde, N.F. Sy, K. Babaka, J.S. Mingou, M. Faye, K. Niang, S.A. Sarr, M. Dioum, M. Bodian, M.B. Ndiaye, A.D. Kane, M. Ndour-Mbaye, M. Diao, B. Diack, M. Kane, D. Diagne-sow, I. Thiaw, A. Kane
ObjectifsÉvaluer la prévalence de l’hypertrophie ventriculaire gauche (HVG) électrocardiographique et échographique ainsi que ses corollaires dans une population d’hypertendus vivant en milieu semi-rural au Sénégal.Patients et méthodeSelon l’approche STEPS de l’organisation mondiale de la santé, nous avons mené, en novembre 2012, une enquête transversale et exhaustive chez les sujets âgés d’au moins 35 ans et vivant depuis au moins 6 mois, dans la zone semi-rurale de Guéoul. Les facteurs de risque cardiovasculaire ont été dépistés et l’hypertrophie ventriculaire gauche recherchée à l’électrocardiogramme et à l’échocardiographie chez les hypertendus. Les données étaient analysées grâce au logiciel SPSS 18.0 et le seuil de significativité fixé pour une valeur de p0,05.RésultatsNous avons examiné 1411 sujets âgés en moyenne de 48,5±12,7 ans. Au total, 654 sujets étaient hypertendus et une hypertrophie ventriculaire gauche a été la recherche chez 515 sujets parmi eux. Selon l’indice de Sokolow-Lyon, 86 sujets (16,7 %) présentaient une HVG électrocardiographique, plus fréquemment chez les hommes (p=0,002). Selon l’indice de Cornell et le produit de Cornell, elle était retrouvée respectivement chez 66 (12,8 %) et 52 sujets (10,1 %), avec une prédominant féminine (p=0,0001 ; p=0,004). Elle était plus fréquente chez les hypertendus en grade 3 quel que soit l’indice. À l’échocardiographie, la prévalence de l’HVG selon la masse ventriculaire gauche était de 2,5 % (13 cas), de 9,3 % (48 cas) selon la masse ventriculaire gauche indexée à la surface corporelle et de 8,2 % (42 cas) selon la masse ventriculaire gauche indexée à la taille2,7. L’HVG selon la masse ventriculaire gauche indexée à la surface corporelle était significativement corrélée à l’HVG électrocardiographique selon l’indice de Sokolow-Lyon (p0,0001) et à l’hypertension artérielle de grade 3 (p=0,003).ConclusionBien que rare chez l’hypertendu sénégalais vivant en milieu semi-rural, l’hypertrophie ventriculaire gauche est corrélée à la sévérité de l’hypertension artérielle. Un dépistage par l’électrocardiogramme permettra un meilleur suivi de ces hypertendus.ObjectivesTo assess the prevalence of left ventricular hypertrophy according to electrocardiographic and echocardiographic criteria among hypertensive patients living in semi-rural Senegalese area.Patients and methodsAccording to the World Health Organization STEPSwise approach, we conducted, in November 2012, a cross-sectional and exhaustive study in the population aged at least 35 years old and living for at least six months in the semi-rural area of Guéoul. We researched electrocardiographic and echocardiographic left ventricular hypertrophy in hypertensive subjects. Data were analyzed with SPSS 18.0 software version. The significance level was agreed for a value of P0.05.ResultsWe examined 1411 subjects aged on average of 48.5±12.7 years. In total, 654 subjects were hypertensive and screening of left ventricular hypertrophy (LVH) was effective in 515 of them. According to Sokolow-Lyon index, 86 subjects (16.7%) presented electrocardiographic LVH, more frequently in men (P=0.002). According to Cornell index and Cornell product, LVH was founded respectively in 66 (12.8%) and 52 subjects (10.1%), more frequently in female (P=0.0001; P=0.004). It was more common in grade 3 of hypertension however criteria. In echocardiography, prevalence of LVH was 2.2% (13 cases) according to the left ventricular mass[...]

Presse médicale
Il y a 1 jours
ScienceDirect

Publication date: Available online 25 May 2017
Source:La Revue Sage-Femme
Author(s): A. Crociati, L. Galliot, J. Flenghi, G. Ambroise
IntroductionLes étudiants constituent une population en bonne santé mais qui adoptent des comportements à risque notamment dans le domaine de la sexualité. Ce constat a justifié la multiplication de campagnes de prévention et d’information ciblant chez les 18–25 ans la prévention des IST et des grossesses non désirées. Pourtant, certains indicateurs tels que le taux de recours à l’IVG ou l’incidence des infections sexuellement transmissibles restent préoccupants.ObjectifÉtablir un diagnostic de l’état de santé gynécologique des étudiantes de 18 à 25 ans à Nancy en 2014 et situer la profession de sage-femme dans le suivi de cette population.MéthodesRéalisation d’une étude observationnelle, descriptive, transversale par questionnaire auprès de 430 étudiantes de l’université de Lorraine entre octobre et décembre 2014.RésultatsAu total, 84,9 % des étudiantes ont déjà bénéficié d’une consultation gynécologique mais 25 % ne consultent que lorsqu’elles l’estiment nécessaire. Le ressenti lors de cet examen est péjoratif. La sage-femme était jugée apte par 58,2 % des femmes à assurer le suivi gynécologique mais peu consultée (3 %), 53,6 % ont réalisé un dépistage des IST, 91,8 % ont bénéficié d’une information à la sexualité au cours de leur cursus.ConclusionLes étudiantes de la cohorte ont recours aux soins et sont dans l’ensemble bien suivies. Cependant, cette étude révèle une irrégularité dans le suivi, un ressenti péjoratif de la consultation de gynécologie et un recours faible aux examens de dépistage malgré la persistance de situations « à risque ». Face à la multiplication des supports d’information, on constate paradoxalement une évolution lente des comportements, une banalisation des messages de prévention et une méconnaissance concernant les IST. La sage-femme, qui devrait constituer un professionnel de premier recours pour les jeunes femmes en bonne santé, est peu sollicitée.IntroductionStudents are a healthy population but who adopt risk behaviors especially in the area of sexuality. This has justified the multiplication of prevention and information campaigns targeted at 18–25 year olds prevention of STIs and unwanted pregnancies. Still, some indicators such as the rate of induced abortion or incidence of sexually transmitted infections remain a concern.ObjectivesTo establish a diagnosis of gynecological health of students of 18–25 years in Nancy in 2014 and locate the profession of midwifery in monitoring this population.MethodsRealization of an observational study, descriptive, cross-sectional questionnaire to 430 students from the University of Lorraine between October and December 2014.ResultsIn total, 84.9% of students have already received a gynecological consultation but only 25% consult only where considered necessary. The felt during this review is derogatory. The midwife was deemed fit by 58.2% of women gynecological care to ensure consulted but few (3%), 53.6% achieved a STI screening, 91.8% received information on sexuality during their curriculum.ConclusionStudents of the cohort have recourse to treatment and are generally well attended, however, this study reveals an irregularity in monitoring, a pejorative felt gynecology consultation and a low use of screening d[...]

Actualité
Il y a 1 jours
Infirmiers

En ce mois de mai qui s'achève, nous vous proposons notamment de découvrir un ouvrage très inspirant sur la relation de soin, de nous interroger sur la révolution de la e-sante : le big data va-t-il bouleverser notre système de santé ? Mais aussi de réfléchir à la place de l’épigénétique dans l'autisme, c’est-à-dire l’influence de l’environnement sur l’expression des gènes, semble-t-il déterminante.

Chaque mois, la rédaction d'Infirmiers.com vous propose ses conseils de lecture… Une rubrique comme une occasion d'affûter sa curiosité et de parfaire son savoir dans bien des domaines !

Le soin dans l'existence

couverture comprendre et gérer la violence en institution médico-socialeÀ l’heure où l’accent est toujours plus mis sur la nécessité de l’implication personnelle des différents partenaires de la relation de soin, ce livre examine les résonances entre ce que signifie se soigner, soigner une personne et vivre le soin dans son existence. Il donne toute son importance aux sources du soin en soi, ainsi qu’aux dispositions au soin, intérieures à la vie. Pour explorer le sens du soin dans l’existence, l’auteur, Bernard Honoré, psychiatre et philosophe, propose un éclairage philosophique sur ce que représente le soin de soi, de l’autre et du monde dans la vie de chacun. Les diverses conceptions du soin dans l’univers hospitalier sont approfondies. La notion d’autosoin est introduite et développée en lien avec celle d’auto-formation. Elle se révèle au fondement de l’éducation thérapeutique du patient, démarche toujours plus appelée à se développer. L’auteur s’intéresse ensuite aux manifestations du soin dans les situations-limites de l’existence que sont le vieillissement et l’approche de la mort. Il fournit enfin un éclairage sur l’accompagnement dans l’existence, en introduisant la notion d’approche exis-tentielle, dans les situations où des soins sont requis. Au-delà d’une quête du sens du soin dans l’existence, ce livre révèle que le soin est inhérent à la vie elle-même.

Ce livre propose un éclairage sur la nécessité de l’implication personnelle des différents partenaires de la relation de soin, les diverses conceptions du soin, ses manifestations, la notion d’autosoin, à la source de l’éducation thérapeutique du patient.

• Le soin dans l'existence. Soin de soi, de l'autre et du monde, Bernard Honoré, Collection Perspectives soignantes, Editions Seli Arslan, avril 2017, 22 €..

L'anglais médical pratique à l'usage des professionnels de santé

couverture anglais médical pratiqueCet ouvrage est destiné aux professionnels de santé, médecins, infirmiers libéraux ou hospitaliers, aides-soignants... qui désirent améliorer ou perfectionner leur anglais. Il propose des outils nécessaires pour une pratique quotidienne afin de maîtriser la communication autour des situations de soin en milieu hospitalier. Rédigé sous forme de fiches avec du vocabulaire médical et des phrases types, ce livre permettra aux professionnels de santé de construire des dialogues et des entretiens avec les patients ou les soignants, les incitant ainsi à l'accueil et à l'information médicale en anglais. Dans cet objectif, le professionnel de santé pourra : se familiariser avec le vocabulaire médical, formuler des argumentations, développer et défendre un point de vue et communiquer de façon claire et activement maîtriser des échanges.

Un ouvrage qui peut êtte utilisé, grâce à sa présentation bilingue, par celles et ceux quidésirent mieux communiquer en anglais médical ou paramédical.

• L'anglais médical pratique à l'usage des professionnels de santé, Emilien Mohsen, Editions Lamarre, avril 2017, 16,50 €.

La révolution de la e-santé

couverture révolution e-santéLe rapport patient-médecin a changé, le rapport du patient à sa santé aussi. Grâce aux objets connectés et aux applications de santé, le particulier dispose d'outils d'automesure et de diagnostic auparavant réservés au cabinet médical ou à l'hôpital. Les applis de suivi de l'activité physique, du sommeil ou de la nutrition sont elles aussi prises très au sérieux par les acteurs du système de santé qui y voient de puissants outils de prévention. Les géants du numérique (Google, Apple, Amazon, Microsoft, Samsung...) ne s'y sont pas trompés et investissent massivement dans la e-santé ; le nombre de start-up du secteur explose également. Mais s'agira-t-il encore de médecine ? Notre assurance-maladie et nos mutuelles vont-elles introduire des systèmes de bonus-malus pour récompenser les bons comportements ? Le big data va-t-il bouleverser notre système de santé ? Alexis Normand, directeur du développement chez un leader d'objects connectés pour la santé, répond à ces questions de manière précise et dépassionnée ; il donne de nombreux exemples d'initiatives en cours en Europe et aux États-Unis, en pointant les risques de dérives et en se faisant l'écho des débats sur les questions éthiques.

Impossible, après cette lecture, de continuer à croire que le monde médical va poursuivre sa route sans affronter de grands bouleversements !

• La révolution de la e-santé. Objects connectés, applis, big data, médecine prédictive, Alexis Normand, Editions Eyrolles, avril 2017, 21 €.

Autisme. Un nouveau regard

couverture autisme nouveau regardAprès avoir considéré l’autisme comme un dysfonctionnement purement « psychiatrique », tous les spécialistes s’accordent pour mettre en avant des causes physiologiques à ce type de pathologie. Mais il n’existe pas une cause : elles sont multiples, comme le sont les réponses possibles. Certes, les susceptibilités génétiques sont là et la nouvelle édition de cet ouvrage le confirme. Mais l’épigénétique, c’est-à-dire l’influence de l’environnement sur l’expression des gènes, est également déterminante. Cet ouvrage est un véritable message d’espoir pour les parents d’enfants autistes. Pourquoi ? Parce qu’il fait très scientifiquement et très rationnellement le tour de la question, listant les causes et influences connues, mais aussi parce qu’il donne des pistes, des solutions possibles, et que ces dernières sont appuyées par le té[...]

Actualité
Il y a 1 jours
JIM

Malgré les progrès récents, 8 % des morts annuelles par cancer aux Etats-Unis sont rapportées au cancer de la prostate. Les disparités ethniques y sont plus marquées qu’ailleurs, avec un taux de mortalité 2,5 fois plus important chez les Noirs (N) que chez les Blancs (B).
La fréquence des cancer de prostate latents et la généralisation du dépistage ont re[...]

Actualité
Il y a 1 jours
sante-medecine-RFI

Le cancer de col de l'utérus : n cancer qui pourrait quasiment être éliminé grâce au frottis de dépistage et à la vaccination contre le virus HPV. Mais aujourd’hui, en France par exemple, moins de 30 % des jeunes filles sont correctement vaccinées et 40 % des femmes ne réalisent pas de frottis régulièrement. 90% des cancers pourraient être évités par un dépistage régulier par frottis. Quels sont l[...]