Presse médicale
Il y a 7 jours
Retour au travail après un accident coronarien aigu

Publication date: April 2017
Source:Annales de Cardiologie et d'Angéiologie, Volume 66, Issue 2
Author(s): F. Latil, M.C. Iliou, C. Boileau, J.X. Pietri, C. Lechien, P. Ha-Vinh, C. Guimond
Buts de l’étudeRechercher les facteurs de variation de la reprise du travail après un syndrome coronarien aigu (SCA) avec un focus sur l’avis médical et l’information délivrée au patient. Notre étude compare les durées d’arrêt post-critique à un référentiel qui préconise la reprise à 90jours.Patients et méthodesNous avons suivi en prospectif 216 patients hospitalisés pour la première fois pour un SCA en utilisant un questionnaire et un examen médical. Les facteurs pouvant influencer la reprise, les conditions de travail, les performances cardiaques, les complications, ont été recueillies, ainsi que l’origine des informations médicales délivrées aux patients.RésultatsSur les 216 patients, 93 n’avaient pas repris le travail à 90jours. Pour 30 d’entre eux (32 %) en dépit de bonnes performances et de l’absence de complications. La durée moyenne d’arrêt de travail était de 93,3jours±103,7. Il n’existait pas d’avis du cardiologue sur la possibilité de travail chez 44 % des patients. Les performances cardiaques d’effort étaient indépendantes de la durée d’arrêt de travail mais corrélées avec la probabilité de reprendre (p0,001). Les patients avaient assimilé 70 % de l’information médicale les concernant mais seulement 53 % de l’information professionnelle. Cette assimilation était améliorée par un centre de réadaptation (p0,05).ConclusionLes cardiologues devraient pouvoir se prononcer dans les deux mois après un SCA chez les patients en état de reprendre leur travail. La prise en charge du patient au-delà de la phase aiguë devrait comprendre systématiquement une éducation thérapeutique ou une réadaptation en centre.BackgroundReturn to work (RTW) after acute coronary syndrome (ACS) is an important issue for the patient's future.AimsThe study aim was to determine whether RTW practice complies with guidelines or is delayed by failure in patient management. We analysed the factors influencing RTW beyond the 90-day period recommended by guidelines.MethodsWe conducted a survey of 216 self-employed workers admitted to the hospital for ACS using self-report questionnaires and medical examination. Factors influencing RTW, occupational and cardiac features, and recall and source of medical information were investigated.ResultsNinety-three of 216 patients did not return to work by 90 days, despite good cardiac performance in 30 cases (32 %). The mean sick leave duration was 93.3±103.7 days. Advice concerning return to work was completely missing for 44 % of patients. Cardiac performance was independent of sick leave duration, but was correlated with the likelihood of RTW (P0.001). Patients assimilated about 70 % of the medical information they were provided, but only 53 % of work-related information. Recall of work-related information was better among patients admitted to a rehabilitation facility (65 %) compared to those who did not receive rehabilitation (P0.05).ConclusionCardiologists should assess the patient's cardiac performance within 2 months afte[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 3 minutes
APF ICM

À écouter : L'Assistance sexuelle si non c'est la condamnation des personnes handicapées à l'abstinence et à la sexualité imaginaire. Article mis en ligne le 17 avril 2017.

On va essayer de comprendre les difficultés et les verrouillages de la situation avec Julia Tabath la présidente de l'Association CH(s)OSE invitée de l'émission Handimédias. avec André DJI-Radio Fréquence Paris Plurielle.

Pour écouter l'émission : www.handicapepasbete.com.

Source : www.rfpp.net.

Actualité
Il y a 13 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 13 minutes
Ministère de la Santé

L'innovation en santé concerne de multiples domaines : les médicaments, les vaccins, les diagnostics, les dispositifs médicaux, les organisations, la e-santé, la prévention, le secteur médico-social, les interventions à impact populationnel … Elle émerge dans un système complexe multidisciplinaire en perpétuelle évolution, composé de chercheurs, d'ingénieurs, d'industriels, d'investisseurs, d'administrations, d'agences de réglementation et d'évaluation, de professionnels de santé, de citoyens et de patients.

Les innovations en santé contribuent à l'amélioration de l'espérance et de la qualité de vie de chacun. La France, reconnue internationalement pour l'excellence et l'accessibilité de ses soins, a souhaité mettre en place une politique forte, cohérente, partenariale, visible et lisible en matière d'innovation en santé ; une délégation à l'innovation en santé a été créée fin septembre 2016. L'équipe, hébergée dans les locaux du ministère de la santé, est dirigée par le Professeur Jean-Yves Fagon.

Ses missions principales, au sein de l'écosystème de l'innovation en santé, sont avant tout de faciliter l'accès des patients et de la population aux innovations. Pour cela , la délégation souhaite :

  • ORIENTER les porteurs de projets innovants qui le souhaiteraient. Il peut s'agir de clarifier, faciliter, et coordonner les démarches à anticiper dans l'écosystème de l'innovation en santé, voire de les accélérer en levant certains freins. Pour cela la délégation a mis en place un Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI).
  • ORCHESTRER LA NECESSAIRE EVOLUTION DE l'EVALUATION de tous types de solutions innovantes de santé : médicament, diagnostic, dispositif médical, programmes de santé, nouvelles organisations, e-santé, innovations polymorphes… vers une évaluation multidimensionnelle.
  • ARTICULER et COORDONNER les initiatives pluridisciplinaires, nationales et régionales, et interministérielles.

Zoom sur le Pôle analyse et orientation des projets innovants (PAOPI)

La délégation à l'innovation en santé propose un service de « mentoring » de l'innovation en santé visant à recevoir, orienter et accompagner les porteurs de projets qui le souhaiteraient.

[...]
Actualité
Il y a 24 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 24 minutes
ANSM

L'ANSM a été informée de la mise en œuvre d’une action de sécurité effectuée par la société Advanced Medical Solutions Plymouth Limited. Les utilisateurs concernés ont reçu le courrier ci-joint (27/04/2017) (3622 ko).

Cette action de sécurité est enregistrée à l’ANSM sous le n° R1705349.

Actualité
Il y a 25 minutes
Ministère de la Santé

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR

Définition

La Banque nationale de données maladies rares - BNDMR - est un projet ambitieux : elle vise à mettre en place une structure sécurisée qui permettra de rassembler les données médicales anonymisées de tous patients atteints de maladies rares à l'échelon national. Ces données sont collectées dans les centres de référence (CRMR) et les centres de compétences maladies rares (CCMR) à partir, notamment, des dossiers patients compatibles et de bases de données (registres, cohortes…) de maladies rares.

La BNDMR a défini un set minimal de données national à recueillir auprès de chaque patient atteint d'une maladie rare. Ce set de données est essentiel afin de garantir la qualité de l'information recueillie et son exploitation. Il constitue le socle d'information commun à toutes les maladies rares et à tous les acteurs de la prise en charge du soin.

Dans un premier temps, il s'agit d'élaborer et déployer une application web commune, BaMaRa (Base Maladies Rares), permettant la coordination et la fluidification du fonctionnement des filières et du travail en réseau. Cette application [...]