Presse médicale
Il y a 9 jours
Suivi à 10 ans d’un essai thérapeutique en transplantation rénale comparant deux stratégies immunosuppressives avec corticoïdes et globuline anti-thymocytes : ciclosporine/azathioprine contre tacrolimus/mycophénolate mofétil

Publication date: September 2017
Source:Néphrologie & Thérapeutique, Volume 13, Issue 5
Author(s): L. Fages, V. Moal, M. Boucekine, P. Brunet, J. Moussi-Francès, T. Legris, R. Purgus, L. Daniel, S. Burtey, B. Dussol, Y. Berland, H. Vacher-Coponat
IntroductionL’essai clinique prospectif randomisé comparant ciclosporine/azathioprine (csa/aza) à tacrolimus et mycophénolate mofétil (Tac/MMF), associés à des corticoïdes et une induction par globulines anti-thymocytes (ATG) n’a pas démontré de supériorité d’une stratégie à 3 ans. Les principaux critères de jugement étaient le taux de rejets aigus (clinique et prouvé par biopsie) à 1 an, le débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe), les taux de survie des patients et des greffons à 1 an et 3 ans. Nos objectifs, ici, ont été d’évaluer au bout de 10 ans de suivi, les données de la population initiale de l’étude CATM2.Matériels et méthodesC’est une étude observationnelle à 10 ans de suivi. Nous avons analysé les taux de survie rénale (sans et après censure des décès), des patients, et des évènements secondaires chez 289 greffés rénaux. Les analyses statistiques ont été réalisées en intention de traiter.RésultatsÀ 10 ans de suivi, la survie globale était de 72,2 % dans le groupe CsA/Aza vs. 69,5 % dans le groupe Tac/MMF, (p=0,335). La survie rénale était de 83,3 % vs. 78,9 % (p=0,61) et la survie des patients de 86,7 % vs. 88 % (p=0,738), dans le groupe CsA/Aza vs. Tac/MMF. Le DFGe était de 46,9±1,8 et 55,8±2,2mL/min/1,73m2 dans les groupes CsA/Aza et Tac/MMF, respectivement (p=0,002). Les rejets aigus étaient significativement plus fréquents dans le groupe CsA/Aza (17,8 %) que dans le groupe Tac/MMF (9,1 %) (p=0,03). Il y avait plus d’infections opportunistes parasitaires (5 % vs. 0 %, p=0,007) et d’intolérance digestive dans le groupe TaC/MMF (11,2 % vs. 2,1 %, p=0,002). L’apparition de donor specific antibodies était plus fréquente dans le groupe CsA/Aza (13,9 % vs 2,9 %, p=0,001). On notait 54,1 % de modification de l’immunosuppression dans le groupe Csa/Aza vs. 25,5 % dans le groupe Tac/MMF (p=0,005). Le coût annuel du traitement était supérieur dans le groupe Tac/MMF.DiscussionAprès 10 ans de suivi, cette étude ne démontre pas de différence significative entre les associations CsA/Aza et Tac/MMF, en termes de survie rénale et de survie patient. Cependant, la fonction rénale était meilleure, le taux de rejets aigus moindre, le taux de complications infectieuses non létales et de toxicité dige[...]

ScienceDirect
Découvrez plus sur le même flux
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 24 minutes
SNPI

Avec la réforme du code du travail, votre rémunération pourrait baisser car les primes de nuit, d'ancienneté ou le 13e mois seront désormais du ressort des directions.

Les ordonnances définissent trois blocs de négociation collective.

Le premier concerne les thèmes que les branches conservent. On y trouve notamment les salaires minima, les classifications, la mutuelle/prévoyance, l'égalité hommes-femmes, la période d'essai. Ainsi que les conditions de renouvellement des CDD et leur durée globale, et les conditions de recours au contrat de chantier dans leur secteur.

Cela ne veut pas dire qu'il ne peut y avoir d'accord d'entreprise sur le sujet. Mais, pour pouvoir s'appliquer, il faut qu'il offre des garanties "au moins équivalentes" (terme peu clair aux yeux des juristes, qui redoutent déjà des contentieux).

Deuxième bloc, celui qui concerne les sujets qui reviennent à l'entreprise sauf si les branches décident expressément de garder la main dessus. C'est le cas de la prévention de la pénibilité, de l'emploi des travailleurs handicapés, des primes pour travaux dangereux ou insalubres. Si la branche verrouille ces sujets, un accord d'entreprise ne peut se déployer que s'il prévoit des "garanties au moins équivalent[...]

Actualité
Il y a 53 minutes
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des chercheurs lyonnais ont stimulé pendant un mois le nerf vague d'un patient souffrant d'une grave lésion cérébrale.


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Une équipe de chercheurs lyonnais a réussi à rendre une conscience minimale à un homme plongé depuis 15 ans dans un état dit "végétatif", révèle Le Monde.


Actualité
Il y a 1 heures
News Santé | Actualités & informations - Yahoo Actualités FR

Des vignes sont plantées sur des terrils du Nord. 800 kilos de raisins ont été ramassés ce week-end sur l'ancienne mine d'Haillicourt.


Actualité
Il y a 2 heures
APF ICM

La survie des prématurés s'améliore mais des progrès restent à faire. Par Eric Favereau, Libération, 30 août 2017.

      • Extrait : « Un des premiers constats est l'amélioration de la survie de ces enfants, notamment des grands prématurés, nés autour du sixième et septième mois de la grossesse », a pu expliquer Pierre-Yves Ancel, médecin épidémiologiste de l'Inserm, qui a coordonné l'étude. La survie d'un enfant né autour du sixième mois est ainsi passée de 80% il y a 20 ans à plus de 90% aujourd'hui. « Le deuxième constat concerne le développement et le devenir de ces enfants à l'âge de 2 ans. On observe qu'ils sont moins de 10% à développer un handicap moteur, type infirmité motrice cérébrale. Ces handicaps moteurs ont été réduits de moitié en vingt ans. La survie s'est améliorée mais la survie sans séquelle grave aussi. »

- Étude publiée (anglais) : Neurodevelopmental outcome at 2 years for preterm children born at 22 to 34 weeks' gestation in France in 2011 : EPIPAGE-2 cohort study BMJ 2017 ; 358 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.j3448 (Published 16 August 2017) Cite this as : BMJ 2017 ;358:j3448.


Ressources :

  • Un article de février 2015 : Des progrès encourageants dans la prise en charge des prématurés www.faire-face.fr
Actualité
Il y a 2 heures
APF ICM

La survie des prématurés s'améliore mais des progrès restent à faire. Par Eric Favereau, Libération, 30 août 2017.

      • Extrait : « Un des premiers constats est l'amélioration de la survie de ces enfants, notamment des grands prématurés, nés autour du sixième et septième mois de la grossesse », a pu expliquer Pierre-Yves Ancel, médecin épidémiologiste de l'Inserm, qui a coordonné l'étude. La survie d'un enfant né autour du sixième mois est ainsi passée de 80% il y a 20 ans à plus de 90% aujourd'hui. « Le deuxième constat concerne le développement et le devenir de ces enfants à l'âge de 2 ans. On observe qu'ils sont moins de 10% à développer un handicap moteur, type infirmité motrice cérébrale. Ces handicaps moteurs ont été réduits de moitié en vingt ans. La survie s'est améliorée mais la survie sans séquelle grave aussi. »

- Étude publiée (anglais) : Neurodevelopmental outcome at 2 years for preterm children born at 22 to 34 weeks' gestation in France in 2011 : EPIPAGE-2 cohort study BMJ 2017 ; 358 doi : https://doi.org/10.1136/bmj.j3448 (Published 16 August 2017) Cite this as : BMJ 2017 ;358:j3448.


Ressources :

  • Un article de février 2015 : Des progrès encourageants dans la prise en charge des prématurés www.faire-face.fr