Presse médicale
Villiers-le-Bel : L’AP-HP ouvre un site pour l’accueil des migrants
Il y a 2 mois
Villiers-le-Bel : L’AP-HP ouvre un site pour l’accueil des migrants

Un bâtiment de l’Hôpital Adélaïde-Hautval de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) a été mis à disposition par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) pour accueillir un centre d’hébergement d’urgence pour migrants et une structure pour les femmes « en détresse[...]

What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Découvrez plus sur le même flux
Presse médicale
Le système de santé australien est enviable, mais encore trop inégalitaire
Il y a 16 jours
Le système de santé australien est enviable, mais encore trop inégalitaire
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Des soins et des hommes
Il y a 17 jours
Des soins et des hommes
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Le NHS britannique : un seul modèle, quatre systèmes
Presse médicale
Ci-gît le temps médical ?
Il y a 18 jours
Ci-gît le temps médical ?
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
"It" parade
Il y a 18 jours
"It" parade
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Doctors in Danger : une campagne pour les confrères syriens
Il y a 19 jours
Doctors in Danger : une campagne pour les confrères syriens
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Violence en établissement : 76 % d'atteintes à la personne
Il y a 19 jours
Violence en établissement : 76 % d'atteintes à la personne
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Choix de stages à Paris : des internes « déclassés »
Il y a 19 jours
Choix de stages à Paris : des internes « déclassés »
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
PLFSS 2018 : un cran de plus à la ceinture
Il y a 20 jours
PLFSS 2018 : un cran de plus à la ceinture
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Loi travail : ci-gît le compte pénibilité
Il y a 20 jours
Loi travail : ci-gît le compte pénibilité
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
La consult' de Jérôme Marty
Il y a 21 jours
La consult' de Jérôme Marty
What\'s Up Doc - Toute l\'actualité
Presse médicale
Grand plan d’investissement : l’hôpital se partage le gâteau
Articles liés par le même flux
Actualité
Il y a 16 jours
CHU de Toulouse

Résumé : Pour la huitième année consécutive, l'Unité de coordination d'aide au sevrage tabagique (UCAST) de l'hôpital Larrey, toujours fidèle à ses missions de prévention et d'information du grand public, organise une journée spécifiquement toulousaine de sensibilisation au sevrage tabagique le jeudi 12 octobre 2017. Journée Larrey Tabac 2017 : le défi « Moi(s) sans tabac » renouvelé ! [297.8 ko]

Actualité
Il y a 16 jours
Souffrance et travail

Dans « Tako Tsubo, un chagrin de travail », la journaliste Danièle Laufer enquête sur cette étrange pathologie. Quand le stress au travail finit par user le cœur à bas bruit et provoquer un chagrin qui conduirait ses victimes aux urgences.

Des millions de personnes souffrent du stress dans le monde du travail. Comme Danièle Laufer, auteure du livre Le Tako Tsubo, un chagrin de travail, qui s’est retrouvée en soins intensifs de cardiologie, victime d’un Tako Tsubo (« piège à poulpe » en japonais).

En prenant comme point de départ une scène personnelle (un vif accrochage avec une collègue), cette journaliste spécialisée des questions de psychologie et de société mène l’enquête. On y découvre les contours d’une maladie aussi spectaculaire que méconnue, qualifiée de « syndrome du cœur brisé ».

Petites violences de la vie de bureau et de certains modes de management, absence de reconnaissance, perte de sens, conflits de valeurs, conditions de travail inadaptées, absurdité des procédures… Ces souffrances semblent difficiles à partager, tant le simple fait d’avoir un travail est considéré de nos jours comme un privilège.

Qu’est-ce qui vous est arrivé ?

Danièle Laufer – J’ai passé neuf ans dans une rédaction dans laquelle j’ai passé mon temps à me battre. J’ai été reclassée, j’ai fait face à des gens qui ne comprenaient pas très bien ce que je faisais là, comme si j’étais une sorte d’outsider qui débarquait. Petit à petit, j’ai réussi à faire ma place. Je suis très impliquée dans ce que je fais, mon travail me tient à cœur. J’ai eu plusieurs coups de sang et un jour, une de mes collègues de bureau m’a hurlé dessus. Sur le moment, je n’ai pas compris ce qu’il s’était passé. J’étais à la fois pétrifiée et sidérée.

Cela s’est traduit par un “Tako Tsubo”. De quoi s’agit-il et quels en sont les symptômes ?

La journée de l’incident, dans l’après-midi, j’ai eu de la fièvre. Le lendemain, j’avais un déplacement prévu à Albi mais je n’étais pas au mieux de ma forme. La nuit, j’ai ressenti une douleur dans la poitrine et dans le bras gauche. J’ai d’abord minimisé, je ne me suis pas écoutée. J’ai fait ma conférence et je suis rentrée à Paris. Mais le soir[...]

Actualité
Il y a 16 jours
APF ICM

Questionnaire - témoignage sur le regard de l'autre

Vous pouvez vous aussi répondre au Questionnaire - témoignage


  • Présentation :

Qui êtes vous ? Femme

Votre âge ? 46 ans

Un prénom (pseudo ou pas) : Hélène !

  • Je suis sensible au regard :
        • de la famille : Oui
        • au regard des ami(e)s, connaissances : Oui
        • des collègues de travail : Non
        • des professionnels de la santé : Non
        • Je suis sensible au regard des inconnus : Oui
  • Ce que j'ai à dire :

Je ne suis pas vraiment sensible au regard de l'autre : Je ne suis pas du tout sensible aux Collègues de Travail vu que ce sont des Collègues au sein du Milieu Associatif. Mais je suis très sensible au regard des inconnus à cause de mes douleurs chroniques que je sens par moments et vu que cela me tends psychiquement et aussi au regard de mes parents lorsque je suis bloquée psychiquement et que mon père me dit que je ne sais plus marcher.

  • Le regard de votre famille :

Je voudrais vous dire que je suis très très sensible au regard de mes parents surtout lorsque mon père me fait des réflexions sur ma arche en me disant que je ne peux plus marcher au point de faire trois pas tellement je suis bloquée psychologiquement et cela me rends triste et vulnérable à son égard et à l'égard de ma mère aussi alors dans certaines sorties que je fais au sein de l'APF, je suis obligée de prendre un fauteuil roulant lorsque je ne peux pas tenir le bras d'une personne valide lorsqu'il n'y a pas assez de monde.

  • Le regard des ami(e)s, connaissances :

Aucun Problème car vu que j'ai des ami(es) aussi en situation de handicap et que l'on se comprends et certaines amies en situation de handicap prennent un fauteuil roulant dans le cadre des sorties de l'APF ou dans le cadre d'autres sorties. Je n'aime pas du tout être regardée bizarrement par des inconnus lorsque je suis bloquée psychiquement ou lorsque je suis tendue à cause de mes douleurs qui me font très mal.

  • Le regard au travail :

Pas de problèmes dans la mesure ou ce sont les amis collègues au sein du milieu associatif et au sein d'une association dont je suis membre depuis 11 ans qui existe depuis 12 ans qui est une association de personnes en situation de handicap et de personnes valides qui tissent des liens par le biais de l'art et de la peinture qui est lauréate envers le travail de bénévolat des personnes en situation de handicap et dont je suis lauréate envers mon travail de bénévole après des enfants en situation de handicap et valides en leur transmettant mon savoir de l'art et de la peinture.

  • Le regard des professionnels de santé :

Je voudrais faire comprendre à certaines Kinés que lorsque je me sens obligée de demander de l'aide à quelqu'un, c'est à cause de mon rétrécissement de mon canal lombaire très étroit, du nerf lombaire abimé par un peu d'arthrose et à cause de mes fourmillements dans les pieds et je voudrais faire comprendre ça au professionnels de santé de Berck- sur-Mer où je suis allée il y a deux ans pendant deux mois l'hiver et que j'ai du marcher dans l'hôpital de Berck-sur-Mer avec un déambulateur.

  • Le regard des inconnus :

Je voudrais leur faire comprendre que lorsque l'on a ce type d'handicap Moteur et de Pathologie avec un gros blocage psychique et une très grosse souffrance psychique et des problèmes de rires et de pleurs incontrôlable qui deviennent des hurlements surtout lorsque l'on a des douleurs chroniques qui font très mal et lorsque ça nous tends psychiquement, on ne peux pas traiter quelqu'un de malade et lorsqu'un chauffeur de taxi s'est arrête pour que j'aille aux toilettes das un café, le chauffeur de taxi ne peux pas dire "JE SUIS AVEC UNE MALADE" parce que cela me fait rire d'angoisse et n'est pas gentil du tout à mon égard !

  • Que souhaitez-vous ajouter ?

Nous, la plupar[...]

Actualité
Il y a 16 jours
sante-medecine-RFI

Dans la région du Kanem, région sahélienne, au nord de N’Ndjamena, les indicateurs concernant la santé maternelle et infantile sont au plus bas. Alors que le mariage des mineurs est interdit par une ordonnance de 1993, un tiers des filles de moins de 15 ans est victime d’un mariage précoce. Ces mariages et grossesses précoces ont des conséquences dramatiques sur la santé des jeunes mères et des enfants. 20% des enfants naissent avec un poids inférieur à 2,5 Kg. Le nombre de décès en raison de la malnutrition est en constante augmentation. De façon générale, l’analphabétisme des mères, le poids de la tradition et le manque criant d’infrastructures est un véritable frein à l’accès aux soi[...]

Blog
Il y a 16 jours
docteurjd

La médecine française ne va pas très bien. Les déserts médicaux s’étendent et l’hôpital public souffre. Mais les remèdes proposés ne semblent pas satisfaire les professionnels. La phrase est tombée en préambule d’une discussion réunissant direction, médecins et société d’audit … Continuer la lecture

Actualité
Il y a 17 jours
APF ICM

Questionnaire - témoignage sur le regard de l'autre

Vous pouvez vous aussi répondre au Questionnaire - témoignage


  • Présentation :

Qui êtes vous ? Femme

Votre âge ? 46 ans

Un prénom (pseudo ou pas) : Hélène !

  • Je suis sensible au regard :
        • de la famille : Oui
        • au regard des ami(e)s, connaissances : Oui
        • des collègues de travail : Non
        • des professionnels de la santé : Non
        • Je suis sensible au regard des inconnus : Oui
  • Ce que j'ai à dire :

Je ne suis pas vraiment sensible au regard de l'autre : Je ne suis pas du tout sensible aux Collègues de Travail vu que ce sont des Collègues au sein du Milieu Associatif. Mais je suis très sensible au regard des inconnus à cause de mes douleurs chroniques que je sens par moments et vu que cela me tends psychiquement et aussi au regard de mes parents lorsque je suis bloquée psychiquement et que mon père me dit que je ne sais plus marcher.

  • Le regard de votre famille :

Je voudrais vous dire que je suis très très sensible au regard de mes parents surtout lorsque mon père me fait des réflexions sur ma arche en me disant que je ne peux plus marcher au point de faire trois pas tellement je suis bloquée psychologiquement et cela me rends triste et vulnérable à son égard et à l'égard de ma mère aussi alors dans certaines sorties que je fais au sein de l'APF, je suis obligée de prendre un fauteuil roulant lorsque je ne peux pas tenir le bras d'une personne valide lorsqu'il n'y a pas assez de monde.

  • Le regard des ami(e)s, connaissances :

Aucun Problème car vu que j'ai des ami(es) aussi en situation de handicap et que l'on se comprends et certaines amies en situation de handicap prennent un fauteuil roulant dans le cadre des sorties de l'APF ou dans le cadre d'autres sorties. Je n'aime pas du tout être regardée bizarrement par des inconnus lorsque je suis bloquée psychiquement ou lorsque je suis tendue à cause de mes douleurs qui me font très mal.

  • Le regard au travail :

Pas de problèmes dans la mesure ou ce sont les amis collègues au sein du milieu associatif et au sein d'une association dont je suis membre depuis 11 ans qui existe depuis 12 ans qui est une association de personnes en situation de handicap et de personnes valides qui tissent des liens par le biais de l'art et de la peinture qui est lauréate envers le travail de bénévolat des personnes en situation de handicap et dont je suis lauréate envers mon travail de bénévole après des enfants en situation de handicap et valides en leur transmettant mon savoir de l'art et de la peinture.

  • Le regard des professionnels de santé :

Je voudrais faire comprendre à certaines Kinés que lorsque je me sens obligée de demander de l'aide à quelqu'un, c'est à cause de mon rétrécissement de mon canal lombaire très étroit, du nerf lombaire abimé par un peu d'arthrose et à cause de mes fourmillements dans les pieds et je voudrais faire comprendre ça au professionnels de santé de Berck- sur-Mer où je suis allée il y a deux ans pendant deux mois l'hiver et que j'ai du marcher dans l'hôpital de Berck-sur-Mer avec un déambulateur.

  • Le regard des inconnus :

Je voudrais leur faire comprendre que lorsque l'on a ce type d'handicap Moteur et de Pathologie avec un gros blocage psychique et une très grosse souffrance psychique et des problèmes de rires et de pleurs incontrôlable qui deviennent des hurlements surtout lorsque l'on a des douleurs chroniques qui font très mal et lorsque ça nous tends psychiquement, on ne peux pas traiter quelqu'un de malade et lorsqu'un chauffeur de taxi s'est arrête pour que j'aille aux toilettes das un café, le chauffeur de taxi ne peux pas dire "JE SUIS AVEC UNE MALADE" parce que cela me fait rire d'ang[...]